Guide folio 167v  

 

                  

 

  guide folio 167v PDF

 

                                                                                   latin  

 

  (Hi vero turpiter vestiuntur et turpiter comedunt et bibunt: omnis namque familia domus Navarri, tam servus quam dominus, tam ancilla quam domina, omnia pulmentaria simul mixta in uno catino, non cum ...)

  ... cochleariis, sed manibus propriis, solet comedere, et cum uno scypho bibere.

 

  Si illos comedere videres, canibus edentibus vel porcis eos computares; sique illos loqui audires,

canum latrantium memorares: barbara enim lingua penitus habentur.

 

  "Deum vocant urcia; dei genitricem andrea maria; panem orgui; vinum ardum; carnem aragui; piscem araign; domum eehea; dominum domus jaona; dominam andrea; ecclesiam elicera; presbyterum belaterra; quod interpretatur pulchra terra; triticum gari; aquam urie; regem ereguia; Sanctum Jacobum jaona domne jaeue.

 

  Haec est gens barbara, omnibus gentibus dissirnilis ritibus et essentia, malitia plena, colore atra, visu iniqua, prava, perversa, perfida, fide vacua et corrupta, libidinosa, ebriosa, omni violentia docta, ferox et sylvestris, improba et reproba, impia et austera, dira et contentiosa, ullis bonis inculta, cunctis vitiis et iniquitatibus

edocta, getis et sarracenis consimilis, malitia nostrae genti gallicae in omnibus inimica.

 

  Pro uno nummo tantum, perimit navarrus aut basclus, si potest, gallicum.

 

  In quibusdam oris eorumdem, in biscagia scilicet et alava, dum navarri se calefaciunt, vir mulieri et mulier viro verenda sua ostendunt.

 

  Navarri etiam utuntur fornicatione incesta pecudibus.

 

  Seram enim navarrus ad mulée suae et equae posteriora suspendere dicitur ne alius accedat, sed ipse.

 

  Vulvae etiam mulieris et mulae basia praebet libidinosa.

 

  Quapropter ab omnibus peritis sunt corripiendi navarri.

 

  ln campo tamen belli probi habentur; ad assiliendum castrum improbi; in decimis dandis legitimi, in oblationibus altarium assueti approbantur.

 

  Per unumquem enim diem, dum ad ecclesiam navarrus vadit, aut panis, aut vini, aut tritici, aut alicujus substantiée oblationem deo facit.

 

  Ubicumque navarrus aut basclus pergit, cornu ut venator collo suspendit; et duo jacula aut tria, quae auconas vocat, ex more manibus tollit.

 

  Cumque domum ingreditur et regreditur, ore sibilat ut milvus; et dum in secretis locis vel in soliditunibus, rapacitatis causa, latens socios silentio convocare desiderat, vel more bubonis cantat, vel instar lupi ululat.

 

  Tradi solet illos ex genere scothorum descendisse, pro eo ...

(... quod similes illis sunt moribus et similitudine.)

                                                                          ------------------------------

 

                                                                             traduction  

 

  (Comme on le voit, ils s'habillent mal, de même qu'ils mangent et boivent aussi mal, car dans la maison d'un navarrais toute la famille a l'habitude de manger ensemble la même chose, l'employé comme le maître, la servante comme la dame, mélangeant tous les plats dans une seule marmite, et pas de ...)

  ... cuillères, mais avec les mains elles-mêmes, et ils boivent tous de la même cruche.

  

  Et en les entendant parler, ils te rappellent les aboiements des chiens, par le barbare de leur langue.

 

  Dieu, ils l'appellent urcia; la Mère de Dieu, andrea Maria; le pain, orgui; le vin, ardum; la viande, aragui; le poisson, araign; la maison, echea; le propriétaire de la maison, iaona; la maîtresse, andrea; l'église, elicera; le prêtre, belaterra, qui signifie belle terre; le blé, gari; l'eau, uric; le roi, ereguia; et Saint Jacques, iaona domne iacue.

 

  Ce sont un peuple barbare, différent de tous les autres dans leurs coutumes et nature, comblé de méchancetés, de couleur noire, d'aspect ignoble, scélérats, pervers, perfides, déloyaux, luxurieux, ivrognes, agressifs, féroces et sauvages, inhumains et réprouvés, impies et rudes, cruels et querelleurs, dépourvus de toute vertu et dressés à tous les vices et iniquités, égaux en méchanceté aux Gètes et  aux sarrazins, et ennemis mortels de notre nation gauloise.

 

  Pour une misérable pièce de monnaie, un navarrais, ou un basque, liquide, comme il peut, un français.

 

  Dans certains de leurs secteurs, en Biscaye ou en Alava par exemple, les navarrais, tandis qu'ils se chauffent, se montrent leurs parties, l'homme à la femme et la femme à l'homme.

 

  En outre, les navarrais forniquent incestueusement avec le bétail.

 

  Et on raconte aussi que le navarrais place une serrure au postérieur de sa mule ou  de sa jument, pour que personne d'autre que lui ne puisse y accéder.

 

  En outre, il donne des baisers luxurieux à la vulve de sa femme et  de sa mule.

 

  Pour tout cela, les personnes averties ne peuvent faire moins que de réprouver les navarrais.

 

  Toutefois, on les trouve vaillants sur le champ de bataille, courageux à l'assaut, fiables dans le paiement des dîmes, persévérants dans leurs offrandes à l'autel.

 

  Le navarrais, chaque fois qu'il va à l'église, offre à Dieu pain, vin, blé, ou tout autre offrande.

 

  Où qu'aille un navarrais ou un basque, il s'accroche au cou une corne comme un chasseur; et il a l'habitude de porter deux ou trois javelines, qu'ils appellent anconas.

 

  Et quand il entre ou qu'il retourne à la maison, il siffle comme un milan; et quand il est embusqué pour assaillir une proie, et qu'il veut appeler secrètement ses compagnons, il ulule comme le hibou ou hurle comme un loup.

 

  On dit généralement qu'ils descendent de la lignée des Ecossais, par ...

(...la ressemblance qu'ils ont dans leurs coutumes et aspect.)

                                                             -----------------------------------------------------------------------

      

  retour à Guide: intrduction (M.Record)

  

delhommeb at wanadoo.fr - 01/01/2013