Codex : musique

 

                                                                             Musique du Codex Calixtinus

      

                                                                           

 

 

  Trois parties du Codex Calixtinus comprennent de la musique:

 

  1. Le Livre I (des liturgies). Il comprend la musique des offices et les messes, ainsi qu'un supplément grégorien. Une des pièces est polyphonique, le reste est monodique.

  2. L'Appendice I, qui contient 21 pièces polyphoniques: 7 Benedicamus, 4 répons, 5 conduits, 2 Kyries, 1 Graduel, 1 prose et 1 Alelluia.

  3. L'Appendice II, avec l'hymne Dum paterfamilias.

 

  Caractéristiques générales

 

  Les 22 oeuvres polyphoniques du Codes Calixtinus appartiennent à la première étape de la polyphoníe européenne, période connue sous le nom de ars antiqua. Pendant longtemps, elles ont été liés avec les compositions appartenant à la École de Saint Martial de Limoges. Pourtant, les compositions du Calixtinus sont plus élaborées que dans le répertoire de Saint Martial, et on envisage aujourd'hui qu'elles soient apparentées avec les expériences qui se développaient à Paris, dans la nouvelle Cathédrale Notre Dame, pendant les années 1165-1180, et qui se termineraient bientôt avec les compositions de l'École de Notre Dame de Paris.

 

  Toutes les pièces sont à deux voix, hormis le Congaudeant catholici qui est à trois voix. Les formes musicales représentées sont typiques de l'ars antiqua:

 

• le conduit: il apparaît principalement dans les tropes du Benedicamus Domine, des kyries et d'autres pièces liturgiques comme proses, séquences, etc. Les conduits de Benedicamus sont les plus nombreux. La voix principale est le trope de la pièce polyphonique, alors que la voix organal est une mélodie plus ou moins ornée dans le registre aigu. Ces tropes polyphoniques ont parfois une forme responsoriale, en comprenant après chaque strophe un bref refrain, comme il arrive avec le Congaudeant catholici.

 

• L'organum: il apparaît dans certaines pièces liturgiques comme réponss, graduels, alleluias et Benedicamus. il consiste généralement en une mélodie grégorienne monodique (voix principale), à laquelle, à un moment donné, s'ajoute une deuxième voix (voix organal) qui développe une mélodie longue et ornée. Cette deuxième voix peut être au début, au milieu ou vers la fin de la composition, mais généralement termine avec la mélodie monodique. Comparés avec les organa de la École de Notre Dame de Paris, qui apparaîtront bientôt après, ils sont plus simples et condensés, sans arriver à défigurer la voix principale. La voix organal n'est pas aussi mélismatique que les organa de l'école parisienne.

 

  Il y a aussi quelques pièces, comme le Kyrie Cunctipotens Genitor, dont la forme intervient entre le conduit et l' organum: ils ont un trope comme voix principale, comme dans un conduit, et la voix organale développe de longs mélismes, comme dans un organum.

 

  Le Codex Calixtinus est le premier manuscrit (avec le ms. Londres, British Library, Egerton 2615, originaire de Beauvais) à utiliser le terme "conductus" pour une composition musicale. En plus, en exceptant quelques compositions qui se trouvent dans quelques monastères catalans, il contient les pièces polyphoniques les plus anciennes que se sont conservées dans la péninsule Ibérique.

 

  Pour l'hymne "Congaudeant catholici", qui est l'unique oeuvre connue pour 3 voix dans tout le XII° siècle, on croit qu'il a été composé originellement pour 2 voix (supérieure et inférieure), et qu'on a inséré postérieurement une troisième voix entre les deux. Cette hypothèse se base sur le fait que la voix intervenant été copiée à l'encre rouge au lieu d'encre noire comme dans le reste du manuscrit, puis copiée dans le tétragramme de la voix inférieure. Le même copiste qui a copié cette voix a aussi ajouté une deuxième voix à l'encre rouge à deux conduits du supplément grégorien du Livre I: "Iacobe sancte tuum" (f. 131) Et "In hac die laudes cum gaudio" (f. 131v). La première de ces deux pièces apparaît répétée dans l'appendice polyphonique (f. 215v).

 

  Existent en plus 7 autres compositions dans le Livre I à une seule voix qui apparaissent de nouveau dans l'appendice polyphónique à deux voix, bien que dans divers cas la concordance soit seulement partielle: "Dum esset salvator in monte" (f. 107v, 216v), "Huic Iacobo" (f. 109v, 217), "Iacobe virginei" (f. 110, 217), "O adiutor omnium seculorum" (f. 110v, 217-217v), "Misit Herodes" (f. 118v, 218) et "Alleluia. Vocavit Ihesus Iacobum" (F. 119, 218v), "Regi perennis glorie" (f. 139, 216).

 

  Notation

 

  Le "Dum pater familias" est l'unique composition du codex en notation aquitaine de points "in campo aperto", qui est la notation employée de préférence en Espagne après la suppression du chant hispáaicque. Le reste des oeuvres sont en notation lorraine, avec des grandes ressemblances avec la notation des manuscrits de la région de Nevers, en Bourgogne. Par ce motif, quelques spécialistes soutiennent que la partie musicale du codex est due aux moines bénédictins de Vézelay, qui était un des points de départ du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. L'hymne "Dum paterfamilias", ajouté à la fin du codex, serait l'unique composition qui pourrait  avoir été copiée dans l'environnement de Saint Jacques. En plus le dernier des Benedicamus du supplément grégorien du Livre I, "Regi perennis glorie" est attribué à un certain docteur de Galice (Quodam Doctore Galleciano) non identifié.

 

 Paternité

 

  Dans l'introduction des compositions de l'appendice polyphonique et de quelques des pièces pour une seule voix dans le Livre I, apparaît à l'encre rouge le supposé auteur de celle-ci. En général, ces auteurs supposés sont des évêques et personnages célèbres de Paris et autres églises, ce pourquoi quelques chercheurs croient que cette attribution ne doit être tenue en compte puisqu'ils figureraient avec l'intention de donner prestige et autorité aux oeuvres. Pourtant, d'autres recherches modernes soutiennent que quelques une de ces attributions, comme celle de Albertus Parisiensis, pourraient être vraisemblables, en raison de ce que les oeuvres polyphoniques seraient dues à des compositeurs liés à la Cathédrale de Notre Dame de Paris.

 

  Au total, ce sont 16 personnages auxquels on attribue des oeuvres:

Ato episcopus Trecensis. Correspond à Aton, évêque de Troyes, qui s'est retiré en 1145 à l'Abbaye de Cluny. On lui attribue 7 compositions dans l'appendice polyphonique.

Magister Goslenus episcopus Suessionis. Maître Goslenus (Gocelin), évêque de Soissons. Il est mort en 1152. On lui attribue 2 oeuvres dans l'appendice polyphonique.

Magister Albericus archiepiscopus Bituricensis. Maître Alberic (Aubry), Archevêque de Bourges, en Berry. Il est mort en 1141. On lui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique

Fulbertus episcopus Karnotensis. Fulbert, Évêque de Chartres. Onlui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique et 6 oeuvres monodiques dans le Livre I.

Magister Albertus Parisiensis. Maître Albert de Paris. Il s'agit d'Albertus Stampensis (Etampes), chanoine de la Cathédrale de Notre Dame de Paris et cantor depuis 1146 jusqu'à sa mort en 1177. On lui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique: la fameuse composition "Congaudeant catholici".

Magister Airardus Viziliacensis. Maître Airard de Vézelay. On lui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique.

Magister Gauterius de Castello Rainardi. Maître Gautier de Château Renard. On lui attribue 3 oeuvres dans l'appendice polyphonique.

Magister Iohannes Legalis. Maître Jean Legal. Onlui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique.

Magister Droardus Trecensis. Maître Droard de Troyes. On lui attribue 2 oeuvres dans l'appendice polyphonique.

Aimericus Picaudi, presbiter de Partiniaco. Aymeric Picaud, prêtre de Parthenay, en Poitou. One lui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique.

Antiquo episcopo Boneventinus. Ancien évêque de Bénévent. On lui attribue 1 oeuvre dans l'appendice polyphonique et 1 oeuvre monodique dans le Livre I.

Guillelmo patriarcha Iherosolomitano. On lui attribue 3 oeuvres monodiques dans le Livre I.

Magistro Anselmo I. On lui attribue 1 oeuvre monodique dans le Livre I.

Magistro Rotberto cardinali Romano. On lui attribue 1 oeuvre monodique dans le Livre I.

Fortunato Pictavensi episcopo. On lui attribue 1 oeuvre monodique dans le Livre I.

Quodam Doctore Galleciano. Un certain docteur de Galice. Non identifié. On lui attribue 1 oeuvre monodique dans le Livre I.

 

  Transcriptions musicales modernes

 

  Depuis les premières transcriptions musicales à la fin du XIX° siècle, la transcription de la polyphonie du Calixtinus a été difficile et polémique. Cela en raison de ce que la polyphonie est en notation lorraine, qui était utilisée dans le nord de la France pour le chant monodique grégorien, par le quel on n'exprime aucune valeur rythmique particulière, mais seulement le rythme libre du chant grégorien. Mais par ailleurs, la polyphonie devait avoir inévitablement un rythme déterminé pour qu'il permît aux deux voix (3 dans le Congaudeant catholici) de chanter ensemble de forme harmonieuse.

 

  La première transcription en notation musicale moderne a été réalisée, en 1882, par le cantor du Monastère des Descalzas Reales (Madrid), José Flores Laguna, qui est celui qui transcrivit les hymnes Dum Paterfamilias et Ad honorem Regis summi. A la fête de Saint Jacques du 25 juillet de la même année ont été chantés les deux hymnes à la Cathédrale de Santiago, pour la première fois depuis les temps médiévaux. Déjà cette première transcription a provoqué une intense polémique qui a duré plus de 20 ans, en ce qui concerne la ligne mélodique et surtout en ce qui concerne le rythme, dans laquelle est intervenu entre autres Francisco Asenjo Barbieri. Ensuite, le moine bénédictin de l'Abbaye de Solesmes, Joseph Pothier, a fait une nouvelle transcription du Dum Paterfamilias, selon le système rythmique de Solesmes, comme on devait s'y attendre.

 

  En 1924, le musicologue Friedrich Ludwig a réalisé les premières transcriptions d'oeuvres polyphoniques du Calixtinus, transcrivant divers organa dans divers systèmes rythmiques. En 1931, Peter Wagner, professeur de l' Université de Fribourg (Suisse) réalisa la première transcription complète de toutes les oeuvres musicales du Calixtinus, et en 1944, par commission de l'Institut d'Études Galiciennes, le moine bénédictin du Monastère de Silos, Germán Prado, réalisa une autre transcription complète en l'accompagnant d'un facsímilé avec les feuillets du manuscrit qui contiennent la musique. Les deux transcriptions, celle de Wagner et celle de Prado, sont réalisées en suivant le système grégorien de Solesmes, transcrivant en notation carrée les neumes originaux du codex, sans se poser de problèmes rythmiques ou interpretatifs.

 

  À partir de 1950 surgissent de nombreuses études qui proposent de nouveaux systèmes de transcription, parmi lesquelles se détachent celles de Willi Apel, Walther Krüger, Johann Schubert, Bruno Stäblein, Theodore Karp, Heinrich Husmann, Paul Helmer, Hendrik vont der Werf, etc. Parmi les musicologues espagnols se détachent les trancriptions de la polyphonie de Higinio Anglés, publiée en 1962 et de José López-Calo, en 1981.

 

                                                               --------------------------------------------------------------

 

  Les oeuvres : Détail des oeuvres musicales du manuscrit.

 

  Nº - Feuillet - Oeuvre - Voix - Forme musicale - Commentaires

 

  Livre I - Livre des Liturgies

 

  Office de la Vigile de Saint Jacques (24 juillet)

  (VIII Kalendas Augusti. Vigilia Sancti Iacobi. Responsoria Beati Iacobi a domno Pape Calixto ex evangeliis edita)

  (24 Juillet. Vigile de Saint Jacques. Répons de Saint Jacques extraits des évangiles par le Pape Calixte)

 

  Matines

- 01 - 101v - Regem regum Dominum... his sacris - 1 - invitatoire- mode 2

- 02 - 101v - Psallat chorus celestium letetur plebs - 1 - hymne - mode 7 et 8. Hymnus S. Iacobi a domno Fulbertus Karnotensy episcopo editus

- 03 - 101v - O venerande Christi apostole Iacobe - 1 - antíenne  - mode 1 et 2 - ton 1

- 04-  102 - Redemptor imposuit Simoni - 1 - répons - mode 1 - ton 1

- 05 - 102 - Vocavit Ihesus Iacobum et Iohannem - 1 - répons - mode 2 - ton 2

- 06 - 102 - Clementissime Deus qui nos ad beati Iacobi  - 1 - répons - mode 7 - ton 7

 

  Laudes (In Laudibus)

- 07 - 102v - Imposuit Ihesus Simoni nonem - 1 - antíenne - mode 1 - ton 1

- 08 - 102v - Vocavit Ihesus Iacobum et Iohannem - 1 - antíenne - mode 2 - ton 2

- 09 - 102v - Sicut enim tonitrui voces - 1 - antíenne - mode 3 - ton 3

- 10 - 102v - Recte filii tonitrui cognominantur - 1 - antíenne - mode 4 - ton 4

- 11 - 102v - Iacobus et Iohannes tonitrum de nube - 1 - antíenne - mode 5 - ton 5

- 12 - 103 - Iacobus fuit magnus (Sanctissime o Iacobe) - 1 - verset - Hymnus sancti Iacobi domno Fulberto Karnotensi episcopo editus. Sanctissime O Iacobe . Probablement un extrait de Psallat chorus celestium

- 13 - 103 - Ascendens Ihesus in montem - 1 - antíenne - mode 8 - ton 8

 

  Tierce (Ad Terciam)

- 14 - 103, 104v - Ora pro nobis beate Iacobe - 1 - répons - mode 6

 

  Sixte (Ad Sextam)

- 15 - 103 - Occidit autem Herodes - 1 - verset - Officium stellae. Stella fulgore nimio rutilat

 

  Office de la Fête de Saint Jacques (25 juillet)

  (Responsoria evangelica Beati Iacobi apostoli a Beato Calixto pape édita, cum suis antifonis et ymnis diebus festis, passions scilicet et translationis eiusdem Sancti Iacobi cantanda. VIII Kalendas Augusti. Passio Sancti Iacobi et III Kalendas Ianuarii translatio et electio eiusdem colitur)

 

  Vêpres (Ad Vesperas)

- 16 - 103v - Ad sepulcrum beati Iacobi - 1 - antíenne - mode 1 et 2 - ton 1

- 17 - 103v - O quanta sanctitate et gracia beatus Iacobus - 1 - antíenne - mode 2 - ton 2

- 18 - 104 - Gaudeat plebs Gallecianorum - 1 - antíenne - mode 3 - ton 3

- 19 - 104 - Sanctissime apostole Iacobe - 1 - antíenne - mode 4 - ton 4

- 20 - 104 - Iacobe servorum spes et medecina - 1 - antíenne - mode 5 - ton 5 - mélodie grégorienne

- 21 - 104v - Felix per omnes Dei plebs ecclesias - 1 - hymne - modes 3 et 4 (2 mélodies différentes) - Ymnus sancti Iacobi a domno Guillelmo patriarcha Iherosolomitano editus, ad Vesperas et ad Laudes cantandus - C'est une imitation de l'hymne Felix per omnes festum mundi cardines. Il comporte deux mélodies qui se trouvent aussi dans d'autres sources

       - 104v - Ora pro nobis - 1 - verset    

- 22 - 105 - Honorabilem eximii patroni nostri - 1 - antíenne - Hossanna. Sanctus. mode 8 - ton 8

 

  Complies (Ad Completorium)

- 23 - 105 - Alleluia. Iacobe sanctissime - 1 -  alleluia - mode 5 trans. - ton 5

- 24 - 105 - Alma perpetui luminis - 1 - antíenne - mode 6 trans. - tonus 6

 

  Matines (Ad Invitatorium)

- 25 - 105v - Venite omnes christicole ad adorandum... qui apostolum - 1 - invitatoire - modes 1 et 2 - ton 2

- 26 - 105v - Iocundetur et letetur augmentum - 1 - hymne - mode 1 - Ymnus sancti Iacobi a domno Guillelmo patriarcha Iherosolimitano editus, post Venite cantandus (Hymne à Saint Jacques, composé par Guillaume, Patriarche de Jérusalem, pour être chanté après le Venite)

- 27 - 105v - Iesus Dominus vidit duos fratres - 1 - antíenne - mode 1 (finale Fa)- ton 1

- 28 - 106 - Venite post me dixit Ihesus Iacobo - 1 - antíenne - mode 2 - ton 2

- 29 - 106 - Iacobus et Iohannes statim relictis retibus - 1 - antíenne - mode 3 - ton 3

- 30 - 106 - Iesus vocavit Iacobum Zebedei - 1 - antífenne - mode 4 - ton 4

- 31 - 106 - Eduxit Ihesus beatum Iacobum - 1 - antíenne - mode 5 - ton 5

- 32-  106 - Dixerunt Iacobus et Iohannes ad Ihesum - 1 - antíenne - mode 6 - ton 6

- 33 - 106v - Iesus autem ait Iacobo et Iohanni - 1 - antíenne - mode 7 - ton 7

- 34 - 106v - Iam vos delectat locus celsitudinis - 1 - antíenne - mode 8 - ton 8

- 35 - 106v - Herodes rex misit manus - 1 - antíenne - mode 1 - ton 1

- 36 - 106v - Videns Herodes quia de Iacobi nece - 1 - antíenne  - mode 2 - ton 2

- 37 - 106v - Regis vero facinus in apostolo perpetratum - 1 - antíenne - mode 3 - ton 3

- 38 - 107 - Statim percussit Herodem angelus - 1 - antíenne - mode 4 - ton 4

- 39 - 107 - Iacobe magne supplantator nomine - 1 - antíenne - mode 5 - ton 5

- 40 - 107 - Salvator progressus pusillum - 1 - répons - mode 1 - ton 1

- 41 - 107v - Dum esset salvator in monte - 1 - répons - mode 2 - ton 2 - il existe une version à deux voix dans le f. 216v.

- 42 - 107v - Accedentes ad salvatorem Iacobus et Iohannes - 1 - répons - mode 3 - ton 3

- 43 - 108 - Cum vidissent autem Iacobus et Iohannes - 1 - répons - mode 4 - ton 4

- 44 - 108v - Iam locum celsitudinis querebant Iacobus et Iohannes - 1 - répons - mode 5 - ton 5

- 45 - 108v - Confestim autem percussit Herodem angelus Domini - 1 - répons - mode 6 - ton 6

- 46 - 109 - Hic est Iacobus dilectus Christi - 1 - répons - mode 7 - ton 7

- 47 - 109v - Misit Herodes rex manus - 1 - répons - mode 8 - ton 8

- 48 - 109v - Huic Iacobo condoluit Dominus - 1 - répons - mode 1 - ton 1 - il existe une version à deux voix dans le f. 217.

- 49 - 110 - Cum appropinquaret beatus Iacobus - 1 - répons - mode 8 - ton 7

- 50 - 110 - Iacobe virginei frater preciose - 1 - répons - mode 8 - ton 8 - il existe une version à deux voix dans le f. 217.

- 51 - 110v - O adiutor omnium seculorum - 1 - répons - modes 2 et 1 - tonus - il existe une version à deux voix dans le f. 217v.

 

  Laudes (In Laudibus)

- 52 - 111 - Inmisit, inquit, Herodes - 1 - antíenne - modes 1 et 2 - ton 1

- 53 - 111 - His qui obtulerat Iacobum iudicii - 1 - antíenne - mode 2 - ton 2

- 54 - 111 - Ducti sunt inquit ambo pariter - 1 - antíenne - mode 3 - ton 3

- 55 - 111v - Cum ducerentur in via - 1 - antíenne - mode 4 - ton 4

- 56 - 111v - At Iacobus parum per deliberans  - 1 - antíenne - mode 5 - ton 5

- 57 - 111v - Ora pro nobis beate Iacobe - 1 - répons - mode 6

- 58 - 111v - Apostole Christi Iacobe eterni regis - 1 - antíenne - mode 1 - ton 1

 

  Tierce (Ad Terciam)

- 59 - 112 - Ora Pro nobis beate Iacobe alleluia - 1 - répons - mode 6

- 60 - 112 - Iacobe servorum spes et medicina... alleluia - 1 - répons -  mode 6, ton solennel

 

  Sixte (Ad Sextam)

- 61 - 112 - Imposuit Iesus Iacobo et Iohanni, alleluia - 1 - verset - mode 6

- 62 - 112 - Iacobe pastor inclite... Alleluia - 1 - répons - mode 6, ton solennel. mélodie grégorienne

 

  Vêpres (Ad Vesperas)

- 63 - 112v - O lux et decus Hispaniae - 1 - antíenne - mode 3 - ton 3

 

  Messe de la vigile de Saint Jacques (24 juillet)

  (Missa in vigilia Sancti Iacobi a domno papa Calixto edita in Vigilia sancti Iacobi Zebedei circa nonam cantanda sicut in diem Pentecostes. Kyrie eleison. Christes audi nos. Pater de celis. Sequatur. Hac in die fontes debeant benedici)

  (Messe composée par le Pape Calixte, à chanter à la Vigile de Saint Jacques, fils de Zébédée, à l'heure de None. Comme la Veille de Pentecôte, se chante après Kyrie eleison, Christe audi nous, Pater de celis. Ce jour là on doit bénir les fonts baptismaux)

- 64 - 114 - Iacobus et Iohannes dixerunt ad Ihesum - 1 - introït - mode 8

- 65 - 114v - Vocavit Ihesus ad Iacobum - 1 - trait - mode 8

- 66 - 115 - Nimis honorati sunt amici tui - 1 - graduel répons - mode 2 trans.

- 67 - 115v - Iacobus in vita sua - 1 - trait -  mode 8

- 68-  115v - Certe dum filii Zebedei - 1 - offertoire - mode 8

- 69 - 116 - Ego vos elegi de mundo - 1 - communion - mode 1

 

  Versus Calixti Pape cantandi ad processionem Sancti Iacobei in solempnitate passionis ipsius et translacionis eiusdem

- 70 - 116v - Salve festa dies Iacobi veneranda tropheo - 1 - hymne - mode 4 - C'est une imitation de l'hymne Salve festa dies toto venerabilis evo. La mélodie aussi se trouve dans d'autres sources

 

  Messe de la festivité de Saint Jacques (25 juillet)

  (VIII Kalendas augusti. Missa Sancti Iacobi a domno Papa Calixto edita)

- 71 - 118 - Iesus vocavit Iacobum Zebedei - 1 - introït - mode 7

- 72 - 118v - Misit herodes rex manus ut affigeret - 1 - graduel répons - modes 6 et 5 - il existe une version à deux voix dans le f. 218.

- 73 - 118v - Alleluia. Sanctissime apostole Iacobe - 1 - alleluia  - modes 7 et 8

- 74 - 118v - Alleluia. Hic Iacobus valde venerandus est - 1 - antíenne - mode 8

- 75 - 119 - Vocavit Ihesus Iacobum Zebedii - 1 - alleluïa  - mode 1 - il existe une version à deux voix dans le f. 218v.

- 76 - 119 - Alleluia. Gratulemur et laetemur summa cum laetitia - 1 - séquence - modes 7 et 8 - Prosa sancti Iacobi. Latinis, Grecis et Ebraicis verbis, a domno Papa Calixto abreviata

- 77 - 121 - Ascendens Ihesus in montem vocavit ad Iacobum - 1 - offertoire - modes1 et 2

 

  Proses, Tropes et Conduits

- 78 - 123 - Clemens servulorum genitus tuorum - 1 - prose - mode 7 - Prosa S. Iacobi crebro cantanda a domno Guilelmo patriarcha Iherosolimitano edita

- 79 - 130 - Exultet celi curia. Fulget dies - 1 - trope -mode 8 - Benedicamus Domino. Benedicamus sancti Iacobi a magistro Anselmo I editum (Benedicamus à Saint Jacques composé par le Maître Anselme I)

- 80 - 131 - Iacobe sancte tuum repetito tempore festum - 2 - conduit - Conductum sancti Iacobi ab antiquo episcopo Boneventino editum. A l'origine conduit monodique auquel on a ajouté une deuxième voix à l'encre rouge. La pièce apparaît répétée dans l'appendice polyphonique du f. 215v.

- 81 - 131 - Lector lege et de rege qui regit omne, dic: Iube domne - 1 - séquence - (exhortation à lire)

- 82 - 131v - In hac die laudes cum gaudio - 2 - conduit - Conductum sancti Iacobi a domno Fulberto Karnotensi episcopo editum (Fulbert, évêque de Chartres). A l'origine conduit monodique auquel on a ajouté une deuxième voix à l'encre rouge.

- 83 - 131v - Lector lege et de rege qui regit omne, dic: Iube domne - 1 - séquence - (exhortation à lire)

- 84 - 132 - Resonet nostra Domine caterva - 1 - conduit - mode 1 - Conductum sancti Iacobi a magistro Rotberto cardinali Romano editum

- 85 - 132 - Lector lege et de rege qui regit omne, dic: Iube domne - 1 - séquence - (exhortation à lire)

- 86 - 132 - Salve festa dies veneranda per omnia fies - 1 - conduit - mode 8 - Conductum sancti Iacobi a sancto Fortunato Pictavensi episcopo editum

 

  Messe farcie

  (Farsa oficii Misse S. Iacobi. a domno Fulberto Karnotensi episcopo, illustri viro, composita: in utroque festo eiusdem apostoli cantanda quibus placebit)

- 87 - 133 - Ecce adest nunc Iacobus [+ Hic est reuera Iacobus] [+ Alleluia, in gloria sit Deo laus per omnia] - 1 - trope - modes 7 et 8

- 88-  133v - Reges terrae et omnes populi - 1 - introït - mode 7 - de l'Introït Ihesus vocavit

- 89 - 134 - Rex inmense pater pie eleyson. Rex cunctorum seculorum eleison - 1 - trope - modes 7 et 8 - Kyrie tropé. La mélodie se trouve également dans autres sources. Entre le texte principal qui commence par Rex inmense pater et le tétragramme s'ajoute, en lettre plus petite, un deuxième texte alternatif qui commence par Rex cunctorum seculorum...

- 90 - 134 - Qui vocasti supra mare - 1 - trope - mode 4 - Gloria tropé. Versus Fulberti episcopi Karnotensis de S. Iacobo. La mélodie aussi se trouve dans d'autres sources

- 91 - 135v - Cantemus Domino cantica glorie - 1 - trope - modes 7 et 8 - Farcie de l'építre de Saint Jacques

Farse lectionis de Missa S, Iacobi edita a domno Fulberto Karnotensi episcopo, illustri viro

- 92 - 138-138v - Sanctus. Osanna salvifica - 1 - trope - mode 4 - les concordances avec d'autres manuscrits indiquent que c'était un trope très diffusé dans le sud de la France (Narbonne et Moissac) et l'Espagne (Catalogne et Aragon)

- 93 - 139 - Agnus Dei. Qui pius ac mitis es - 1 - trope - modes 7 et 8 - Agnus Fulberti episcopi Karnotensis

- 94 - 139 - Regi perennis glorie sit canticum letitie - 1 - trope - modes 7 et 8 - Benedicamus. Benedicamus Sancti Iacobi a quodam Doctore Galleciano. il existe une version à deux voix dans le f. 216.

 

  Appendice I - Oeuvres polyphoniques

  Organa, Conducti, Discantus et Hymni

 

- 95 - 214 [185] - Nostra phalanx plaudat leta  - 2 -  conduit - attribué à Ato episcopus Trecensis (Aton, évêque de Troyes)

- 96 -  214 [185] - Congaudeant catholici - 3 - conduit  (Benedicamus) - C'est l'unique oeuvre connue pour 3 voix au XII° siècle. On croit que cet hymne a été composé originellement pour 2 voix (supérieure et inférieure) et qu'on a inséré postérieurement une troisième voix entre les deux. Attribué à Magister Albertus Parisiensis (Maître Albert de Paris)

- 97 - 214v [185v] - Gratulantes celebremus festum - 2 - conduit (Benedicamus) - C'est un Benedicamus tropé en déchant. Attribué à Magister Goslenus episcopus Suessionis (Maître Goslenus/Gocelin, évêque de Soissons)

- 98 - 215 [186] - Ad superni regis decus - 2 - conduit (Benedicamus) - attribué à Magister Albericus archiepiscopus Bituricensis (Maître Alberic, Archevêque du Berry)

- 99 - 215v [186v] - Annua gaudia - 2 - conduit - attribué à Magister Airardus Viziliacensis (Maître Airard de Vézelay)

- 100 - 215v [186v] - Iacobe sancte tuum - 2 - conduit - répété dans le Livre I (f. 131). Conductum sancti Iacobi at antiquo episcopo Boneventinus editum (Conduit à Saint Jacques, écrit par l'ancien évêque de Bénévent). La pièce apparaît répétée dans le supplément grégorien dans le f. 131.

- 101 - 216 [187] - Regi perhennis glorie - 2 - organum / conduit - attribué à Magister Gauterius de Castello Rainardi decantum fecit (Maître Gautier de Château Renard). La même pièce à une seule voix est dans le feuillet 139.

- 102 -  216v [187v] - Vox nostra resonet - 2 - organum (Benedicamus) - attribué à Magister Iohannes Legalis (Maître Jean Legal)

- 103 - 216v [187v]  - Dum esset salvator in monte. Sicut enim vox tonitrui - 2 - organum (répons) - attribué à Magister Ato episcopus Trecensis (Maître Aton, évêque de Troyes). L'oeuvre existe aussi à une seule voix dans le f. 107v.

- 104 - 217 [188] Huic Iacobo. Tristis est anime - 2 - organum (répons)  - attribué à Magister Ato episcopus Trecensis (Maître Aton, évêque de Troyes). L'oeuvre existe aussi à une seule voix dans le f. 109v.

- 105 - 217 [188] - Iacobe virginei. Tu prece continua - 2 - conduit (répons) - attribué à Magister Ato episcopus Trecensis (Maître Aton, évêque de Troyes). L'oeuvre existe aussi à une seule voix dans le f. 110.

- 106 - 217-217v [188-188v]  - O adiutor omnium seculorum. Qui subvenis periclitantibus - 2 - organum

(répons) - Idem Ato, c'est-à-dire attribuée au même auteur du précédent: Magister Ato episcopus Trecensis (Maître Aton, évêque de Troyes). Le ténor appartient au répons "O adiutor" du même répons du feuillet 110v.

- 107 - 217v [188v] - Portum in ultimo - 2 - prose - Prosa. Idem Ato, c'est-à-dire attribuée au même auteur que le  précédent: Magister Ato episcopus Trecensis (Maître Aton, évêque de Troyes)

- 108 - 218 [189] - Rex inmense pater pie eleyson - 2 - organum (Kyrie) - attribué à Fulbertus episcopus Karnotensis (Fulbert, Évêque de Chartres)

- 109 - 218 [189] - Misit Herodes. Occidit autem - 2 - organum (Graduel) - attribué à Ato prefatus (Aton, évêque de Troyes). L'oeuvre existe aussi à une seule voix dans le f. 110v.

- 110 - 218v [189v] - Alleluia. Vocavit Ihesus Iacobum - 2 - organum (Alleluia) - attribué à Magister Goslenus episcopus Suessionis (Maître Goslenus/Gocelin, évêque de Soissons). L'oeuvre existe aussi à une seule voix dans le f. 119.

- 111 - 219 [190] - Cunctipotens genitor Deus. (Rex virginum amator Deus... eleyson) - 2 - organum (Kyrie) -

Tenor du Kyrie IV . attribué à Gauterius prefatus (Gautier mentionné précédemment)

- 112 -  219 [190] - Benedicamus Domino (I) - 2 - organum (Benedicamus) - sans trope. Tenor du Benedicamus de I Vêpres dans les grandes solennités. Attribué à Gauterius prefatus (Gauterius mentionné précédemment)

- 113 - 219v [190v] - Benedicamus Domino (II) - 2 - organum (Benedicamus) - Tenor du Benedicamus de II Vêpres "In festis Sanctorum". Attribué à Magister Droardus Trecensis (Maître Droard de Troyes)

- 114 - 219v [190v] - Benedicamus Domino (III) - 2 - organum (Benedicamus) - Le tenor est le Benedicamus des fêtes. Attribution: Idem Droardus (Droard également)

- 115 - 219v [190v] - Ad honorem regis summi - 2 - prose / conduit - modes 5 et 6 - Attribution: Aimericus Picaudi, presbiter de Partiniaco

 

  Appendice II

 

- 116 - 221v [192v] - Alleluia. Efonissen Ysus Iacobon. Alleluia. Vocavit Ihesus Iacobum - 1 - alleluia - mode 1 - Alleluia in greco

- 117 - 222 [193] - Dum pater familias - 1  prose - mode 1 - De sancto Iacobo. Ultreia, ou hymne des pèlerins de Saint Jacques. C'est une composition non liturgique avec des exclamations en latin, allemand et flamand.

- X    - 222v;225 [193v;196] - Signa sunt nobis sacra - hymne  - Le Codex ne comprend pas la notation musicale, puisque c'est un nouveau texte pour une mélodie déjà connue. Le manuscrit indique: "cantus sicut: Iste confessor, vel: Ut queant laxis resonaret fibris". En réalité, on interprétait ces deux hymnes avec de nombreuses mélodies, si bien qu'on ne sait pas avec laquelle on interprétait cette pièce du Calixtinus.

                                                               -------------------------------------------------------------------------

 

  retour à Q.Culture Codex

              Discographie  Wiki

  

delhommeb at wanadoo.fr - 05/01/2013