Pseudo-Turpin : MSS 2137-17203 texte (R. N. Walpole)  

 

                     An Anonymous Old French Translation of the Pseudo-Turpin Chronicle

                                                       Ronald N. WALPOLE

     A Critical Adition of the Text Contained  in Bibliothèque Nationale MSS fr. 2137 and 17203

                        and Incorporated by Philippe Mouskés in His Chronique rimée

 

                   (The Mediaeval Academy of America. 1979. Cambridge, Massachussets)

                            ------------------------------------------------------------------------------------------------

 

                               

 

                                                          LE TEXTE

 

  Ci parole de saint Jaque coment il s'aparut a Charlemainne.

 

  [Prologue]

Ci poez savoir, oir et entendre et lire coment saint Jaque s'a/parut a Charlemainne. Coment li mur de Panpelune fondirent par euls meismes. Des nons de toutes les citez d'Espaigne. De l'ymage Mahonmet.

Des eglyses que Charlemaine fist. D'Agoulant conment il fu vaincuz. Conme il est grant pechié de retenir le lés des morz. De la bataille Saint Fagon quant les lances florirent. Quanz milliers de genz Charles ot en son ost. La destrincion de Charlemainne et d'Agoulant. L'afere des povres. La bataille de Fourré. La mort d'Agoulant. Des Crestiens coment il retornerent pour les morz rober. La bataille de Navre. La bataille de Roncevaus. La batail/le de Rollant et des xii. pers. Queus estoit Charles et combien fort. La mort Charle.

Les miracles que Dieus fist pour Rollant en la cité d'Ais. La mort l'arcevesque Tourpin et coment il fu trouvé.

De l'aumaçour de Cordres.

 

  I

  Le glorieus apostre monseigneur saint Jaque, ausi conme li autre apostre furent envoié par le monde pour preeschier la loi Jhesu Crist, s'en vint preeschier en Espaigne. Mes en sa vie n'i pot mie granment monteplier. II s'en retorna ariere en la terre de Jherusalem, et la fu il ocis par le conmandement le roy Herode d'une espee. D'ilec fu il aporté des genz dou païs en Espaigne / en Galice dont il estoit tornez et la fu il enseveli. Ilec preeschierent cil qui avec lui vindrent, mes pou monteplierent jusques au tans Charlon. Cil Charles estoit moult cremuz pour sa nomee en maintes terres et moult avoit terres conquises en diverses parties: France, Engleterre, Alemaigne, Baiviere, Loheraine, Bretaigne, Lombardie, Bergoigne et toutes les terres des la mer de Brandiz jusques a la mer d'occidant avoit a lui souzmises et ostees des mains aus Sarrazins. Lors se pourpensa Charles qu'il se reposeroit et plus em batailles fere ne se traveilleroit. Une nuit se gisoit Charles en son lit et vit en avisi/on  i . chemin d'estoiles qui conmensoit des la mer de Frise et venoit entre France, Alemaigne et Lombardie et passoit entre France et Aquitainne, parmi Gascoigne et Bascle et Navarre et aloit parmi Espaigne jusque en Galice ou le cors monseigneur saint Jaque gisoit et n'estoit pas seus. Quant Charles par pluseurs foiz ot veu ce chemin, si pensa en soi que ce senefioit. Aprés une eure que il si durement y pensoit, si li aparut uns granz sires en vision. De grant biauté estoit plus que l'en ne porroit deviser et dist: "Que fez tu, biaus filz?" Charlemainne respondi: "Qui es tu?" "Sire," dist il, "je sui l'apostre Jaque, norriz de Jhesu/Crist, filz Zebedee et frere Jehan l'evangeliste que Dieus eslut a apostre sus la mer de Tabarie par sa grace pour sa loi preeschier aus genz. Et si est mon cors en Espaigne, mes l'en ne set ou, et si est entre Sarrazins; dont moult me merveil quant tu n'i vas qui tantes terres as conquises et tantes citez et que Deus t'a eslit a estre le plus poissant des rois de terre. Pour ce te mande Dieus que tu ma voie et ma terre ou je repose ostes des mains as Sarrazins et que par ce aies tu la coronne des cieus aprés ta mort. La voie et le chemin que tu as veu es cieus senefie que tu yras avec genz d'autres contrees pour mon sepu/cre et ma chapelle et ma terre delivrer de la gent mescreant. Et aprés toi toutes les genz de l'une mer jusques a l'autre iront em pelerinage pour querre pardon de leur pechiez et conteront les loenges et les vertuz Dieu jusques a la fin dou siecle. Va la tantost conme tu porras, car je te serai tout tans en aide, et pour guerredon de painne t'en ferai je rendre a Dieu la gloire des cieus, et si sera tes nons en memoire jusques a la fin dou monde." Ainsint aparut trois foiz l'apostre saint Jaque a Charlemainne. Li rois, pour cest conmandement asambla son ost et ala en Espaigne sus la gent mescreant.

 

  II

  La premiere cité que Charles asist ce fu Panpelune. La sist il .iii. mois que onques ne la pot prendre, car bien estoit garnie de paiens et de forz murs. Adont fist Charles priere a Dieu et si dist: "Sire Dieus, pour qui foi avancier je sui venuz en ceste terre, otroiez moi a prendre ceste cité a l'enneur de vostre non. Et tu, saint Jaque, s'il est voirs que tu m'apareuz, done la moi prendre si conme tu me prameis aide." Tantost chairent li mur de Panpelune par la priere de I'apostre par la volenté de Dieu. Li Sarrazin qui voudrent estre baptisié furent em pes, et cil qui ne voudrent furent ocis. Par les noveles de cestui fet, s'enclinerent moult de Sar/razins a Charle la ou il aloit et li rendirent partout treu. Moult se merveilloient li Sarrazins des Crestiens qu'il veoient si biaus et si forz et si bien apareilliez et si les recevoient a biau samblant et getoient jus leur armes. Puis visita li rois Charles le cors saint Jaque, et ala jusque au Perron, et ficha sa baniere en la mer, et rendi graces a Dieu et a I'apostre, et dist que avant ne pooit il aler. Ceuls de la terre de Galice qui par la predicacion saint Jaque devant ce avoient esté converti et l'avoient lessié pour la poour des Sarrazins, fist li rois baptisier a l'arcevesque Tourpin, qui devant n'estoient baptisié, et ceuls qui ne se voudrent baptisier / fist ocirre ou metre en chetivoisons. Puis ala li rois par la terre de l'une mer jusque a l'autre.

 

  Ill

  Ci parole des citez que Charles conquist: Cisimus, Dume, Colimbre, Luque, Aurenne, Ure, Jude, Mindoine, Vracarie qui mestre citez est de Nostre Dame, Vinmare, Erinne, Conpostele qui adont iert petite, Ispale, Auscale, Godelfaz, Talemanche, Uzede, Ulme, Cavalais, Jadrite, Maquede, Saint Jale, Talevaire qui moult est bone, Altente, Bellarige, Osine, Seguntiene, Segoibe qui granz est, Avile, Salemande, Sepulnege, Toulete, Glarame, Radaiot et Turgel, Godiane, Emeride, Altacore, Palence, Luserne, Ventouse qu'en apele Car/tons et si est en Val Vert, Gapte, Esturges, Oventin, Lyon, Karyon, Burs, Nadres, Carroges, Urence qu'en apele l'Estoile, Glatan, Mirade, Tudele, Sarragonne qu'en apele Cesaranguste, Panpelune, Laione, Jace, Osche ou il soloit avoir lx. tours, Terrascone, Barbastre, Rosez, Urgel, Ulne, Geronde, Latyone, Teride, Tourtouse, Algene, Adame, Yypalite, Ascalone, Hore, Barbetoe i. chastel bon, Aurele, Alagne, Borriane qui sont deus contrees, Bede, Maience, Brutoise ou en fait le bon argent, Valence, Bechie, Sative, Granande, Sebile, Cordes, Abule, Atentive, et la gist li glorieus confessor saint / Torquis qui fu deciple saint Jaque, et a sus lui i. olivier croissant qui florist et porte fruit meur chascun an le jour de sa feste en mai, et Bist qui citez est bone et s'i a bons chevaliers qu'en apele Arabites, Hongrie ou il a roy, Agaibe, Boaire qui citez est en Barbarie, Meloide, Eniche, Formentine, Alcore, Aumarie, Gilbatare, Carthage, Seppe qui siet es destroiz d'Espaigne la ou la mer est estroite, Gesir, Garuth. Toutes prist Charles les terres d'Espaigne, la terre Alaudaluf, la terre de Portingal, la terre des Sarrazins, la terre des Turs, la terre de Castele, la terre des Meurs, la terre de Navarre, la terre de Biscarre, la terre de Bas/cle, la terre de Palalabre. Toutes ces terres furent a la volenté Charle, et toutes les citez en prist, les unes par bataille, les autres par art et par engin, fors la cité de Luiserne en Val Vert qui bien estoit garnie; si ne la pooit prendre jusque au derreain qu'il l'asist par iiii. mois et fist priere a Dieu et a saint Jaque pour li prendre et li mur chairent et fondirent et est encore la cité deserte jusque a nostre tans. Et a dedenz une eve crevee qui soloit norrir les poissons noirs. Autres rois de France devant cestui Charle pristrent de ces terres une partie, et convertirent moult de la gent.mes a son tans estoient reperié tuit a la loi des Sar/rasins quant li autre roi premerain furent mort. Cloevis qui fu premiers rois crestiens, Clotaires aprés, Dagouberz, Pepins, Charles Martiaus, Charles li Chaus en conquirent partie et partie en lessierent a conquerre, mes cil Charles a son tans les conquist toutes. Cestes sont les citez que Charles maudist pour ce que a grant traveil les conquist: Luiserne Ventouse, Caparre, Adame. Pour ce sont eles encore sans abiteeurs.

 

  IV

  Toutes les ydoles que Charles trouva en Espaigne fist il destruire fors une ymage qui siet en la terre Alaudaluf que l'en apeloit Salancadis. "Cadis" estoit apelez le leu ou ele estoit, et l'ymage / avoit a non "Salan." Et vaut autant "Salan" en caldieu conme "nostre Dieu," et dient li Sarrazin que cele ymage fist Mahomet en sa vie en son non et si seela dedenz et enclost par nigromance une legion de deables qui en tel force le tenoient que nus ne li pooit mal fere. Et quant aucuns Crestiens l'aprouchoit si moroit, et se aucun oisel s'aseoit sus, si moroit.

 

  V

  Sus le rivage de la mer avoit une pierre entailliee noblement d'uevre sarrazine, estroite desus et par desouz large et quarree et si estoit merveilles haute. Et la fu cele ymage mise et fu fete de fin loton en la samblance d'ome et estoit desus ses piez. Et / avoit torné vers midi son chief et tenoit en sa main destre une grant clef. Li Sarrazin disoient que cele clef devoit cheoir de sa main quant i . roy de France y vendroit qui toute la terre conquerroit et quant li Sarradin la verroient cheoir, si s'enfuiroient atout ce qu'il emporroient porter. De l'or que li prince et li roi d'Espaigne donnerent a Charle fist il fere le moustier Saint Jaque en trois anz qu'il y demora et si y mist chanoines regulers qui tenoient la ruile saint Ysidoire qui fu evesque et confessor. Et si y mist le roy Charlemainne aornemenz de pailes et de vestemenz et galices et saintuaires d'or et d'argent. De l'or et de I'argent qui li estoit re/més quant reperiez en fu, si fist fere autres eglyses assez: l'eglyse madame Sainte Marie a Ais en Gascoigne, l'eglyse Saint Jaque a Toulouse, et cele qui est en Gascoigne entre la cité qu'en apele Anxe et Saint Jehan seur Durance, et l'eglyse Saint Jaque de Paris entre Sainne et Monmartre et si fist pluseurs abaïes.

 

  VI

  Quant Charles s'en fu reperié en France, li rois d'Aufrique que l'en apeloit Agoulant vint a grant ost en Espaigne et la reconquist et osta et ocist les Crestiens que Charles y avoit lessiez. Quant Charles li rois le sot, si s'esmut a granz olz pour aler en Espaigne, et ala avec lui Miles d'Angiers, dus et mestre / de son ost. Mes i . grant miracle y avint que Dieus y moustra de ceuls qui retienent les lés des morz. Quant li rois fu hebergiez atoute son ost a Baione, une cite de Bascle, uns chevaliers que I'en apieloit Romanc si amaladi moult. Pres fu de morir et fu confés et prist corpus domini et conmanda a .i. sien cousin, qui gardé l'avoit, que il son cheval vendist et donast as povres ce qu'il en avroit. Quant mort fu le chevalier, cil vendi le cheval cent sols, ne riens n'en departi aus povres, ainz les despendi a ce que mestiers li fu. Mes la venchance de Dieu soloit estre plus hastive et plus aperte que ele n'est ore. Oez qu'il en avint ! Quant xxx. jorz aprés sa mort furent / passé, cil qui morz estoit s'aparut une nuit a son cousin et li dist: "Pour ce que je mis seur toi mes aumosnes a doner pour redempcion de mes pechiez et de m'ame, saches que Nostre Sires m'a pardoné mes pechiez, et pource que tu retenis mes aumosnes a tort, je ai este xxx. jourz es painnes d'enfer. Et saches bien que tu enterras demain es painnes dont je sui issuz." Quant li morz ot ainsint dit, si s'en ala, et li vis s'esveilla et si ot grant poour. L'endemain raconta cil coment avenu li estoit, et ainsi conme il et li autre parloient de ce, si furent oïz en l'air urlemenz sus celui ausi conme de lions et d'ours et de leus / . Einsint en mi l'ost fu cil raviz touz vis. Par .iiii. jorz fu quis de ceuls a pié et a cheval mes ne pot estre trouvé. Aprés ce xii. jourz, si conme l'ost passoit par la terre de Navarre, si trouverent le cors de celui tout debrisié seur une moult haute roche loing de la cité a .iiii. jornees, et la l'avoient geté li deable mes l'ame avoient getee en enfer. Pour ce sachent bien cil qui les lés des morz retenront qu'il sont dampné pardurablement. Aprés ce Charles et Miles d'Angiers quisent od toutes les os Agoulant par Espangne et le trouverent en une terre que l'en apele Des Chans sus l'iaue de Seie en une pree en i . plain leu. La ot puis fete une egly/se de ii. glorieus martirs, saint Fagon et saint Primitif, par le conmandement Charlon. Quant les unes olz furent pres des autres, Agoulant manda bataille a Charle selonc son plesir, .xx. contre xx. ou xl. contre xl. ou cent contre cent ou deus cenz contre deus cenz ou a. seul contre i . autre. Charles y envoia cent de ses chevaliers contre cent des Agoulant, et se combatirent, mes li Sarrazin furent ocis. Aprés en y envoia Agolant deus cenz contre deus cenz et refurent ocis li païen. Puis y envoia Agoulant cent contre cent, et refurent li sien ocis. Et puis y envoia il .v. mile contre .v. mile, si en fu une partie ocise et l'autre s'en/foï. Au tierz jour geta Agoulanz ses sorz et vit que Charles perdroit hastivement et li manda pleniere bataille a l'andemain, et Charles li otroia. Lors avint que li Crestien qui leur lances avoient apareilliees pour la bataille, les enfichierent par nuit devant leur tentes es prés et es chans desus l'iaue dont je dis ore qui Seie a non. L'andemain les trouverent toutes charchiees de branches et d'escorces, et furent les lances a ceuls qui le jor devoient recevoir martire en la bataille. II s'en merveillierent moult durement et les trenchierent pres de terre, et les racines qui demorerent crurent puis, et encore y a il granz arbres et granz / bois de cele maniere d'arbres dont les lances estoient, de fresne et d'autre bois. Grant fu le miracle et la joie et le bien aus ames et aus cors le domache. Ce jour fu la bataille, si y ot morz .xl. mile chevaliers. Li dus Miles d'Angiers, peres Rollant, reçut martire avec ceuls qui leur lances florirent. Et li chevaus Charles fu desouz lui ocis, et Charles fu a pié avec ii. mile Crestiens a pié et trest l'espee que l'en apeloit Joieuse, si en ocist moult de Turs. Quant ce vint au vespre, li Turc et li Crestien s'en alerent a leur tentes. L'endemain vindrent au secours Charle iiii. marchis de Lombardie a iiii. mile chevaliers. Quant Agoulant vit / François retorner, si s'en ala a Lyon, et Charles si s'en revint en France avec la gent que il ot. En ceste bataille si devez entendre le salut de ceuls qui pour Dieu se combatent. Car ausi conme li chevalier Charle s'apareilloient d'armes contre la bataille, ausi nous devons nous apareillier en bien et en vertuz et oster les mauvés vices de nous qui devons fere la bataille contre le deable. Car qui bone foi a contre mescreance, charité contre haine, largesce contre avarice, humilité contre orgueil, chasteé contre luxure, oroisons contre temptacions de deable, povreté pour Dieu contre riquece, perseverance contre .egerie, silen/ce contre tençon, obedience contre mauvés corage, sachiez que cil avra sa lance vert et fueillie au jour dou juise. Ha! Dieus! Tant sera l'ame dou venkeor bele, vert et florie qui loyalement avra estrivé en terre contre ses mauvés vices. Car Deus dit: "Ja ne sera de moi coroné qui loialment ne se combatra."

 

  VII

  Puis avint que Agolant asambla gent sanz conte et sanz mesure, les Sarradins, les Meurs, les Moabites, les Perses, Terefin le roy d'Arrabe, Sarre le roy d'Alixandre, Nivot roy de Bougie, Hospinel roy de Gaibe, Fatuel roy de Barbarie, Elis roy de Marath, Amphimore, Lormon roy de Ynec, Cebreon roy de Sebile / , l'aumaçour de Cordres et leur genz. Donques vint Agoulant a la cité de Gene et la prist. Puis manda Charle qu'il venist a lui a pou de chevaliers et si li pramist or et argent et granz richesces .xxx. somiers s'il se voloit souzmetre et obeïr. Pour ce le dist Agoulant qu'il le voloit connestre, par coi il le peust ocirre em bataille. Mes Charles, qui s'en aperçut, a .ii. mile chevaliers s'en ala prés de la cité et lessa sa gent reposte et vint a .xl. chevaliers sanz plus jusques au mont qui prés estoit de la cité si que bien le pooit en veoir, et lessa ceuls ilec et mua ses vestemenz, sans lance, et son escu mist sus la croupe de son cheval come me/sagier a cel tans, et entra en la cité avec un seul chevalier. Cil de la cité issirent encontre et demanderent que il queroient, et il respondirent: "Nous sommes li chevalier Charle qui nous envoie a Agoulant." Cil les menerent a Agoulant, et quant il furent devant li, si li dirent: "Charles nos envoie a toi, et vient a toi si conme tu li mandes a .xl. chevaliers et veult estre enclins a toi se tu li veuls doner ce que tu li promeis. Et vien a lui parler atout xl. des tiens em pes!" Lors s'arma Agoulant et leur dist qu'il s'en alassent ariers a Charle et li deissent que il l'atendist.

 

  VIII

  Agoulant ne savoit pas que ce fust Charles qui a lui parloit. Mes / Charles le connut bien et esgarda de quel part la cité estoit plus feible, et vit les rois et les amirauz qui la estoient, si s'en repera aus .xl. chevaliers qu'il avoit lessiez, et s'en alerent jusques aus deus mile a l'embuschement. Agoulant sivi le roy moult tost a .vii. mile Sarrazins a armes et avoit empensé qu'il l'ocirroit. Charles li rois, qui s'en aperçut, s'en ala ariers en France et rasambla grant ost et revint a Gene et si l'asist et y fu .vi. mois et au septiesme ot apareilliez ses engins divers pour la vile prendre. Quant ce vit Agoulant, il et si roy et si aumaçour et si meilleur prince si s'en issi/rent de la vile par les chambres privees et s'en foïrent par l'iaue de Gironde et passerent l'iaue si eschaperent par nuit. Charles entra le jour apriés en la cité et fist ocirre x .mile Sarrazins qu'il y trova. Agoulant vint adont a Saintes qui lors estoit aus Sarrazins et demora la. Charles le sivi et li manda qu'il li rendist la cité. Mais il ne le valt rendre, ançois issi a bataille contre lui par tel couvent que la vile seroit celui qui vaincroit. Au vespre, quant li François gisoient en leur tentes aus prez qui sont entre le chastel de Taleborc et la cité jouste l'iaue de Caire et il ierent apareillié de la bataille qui devoit estre le landemain, il avoient fichiees leur lances devant leur / trez. A l'ajorner les trouverent d'escorce et de fueille chargiez cil qui le jour devoient recevoir martire pour Dieu. Mult furent lié de cel miracle et trenchierent lor lances prés de terre et si s'armerent et firent la premiere eschiele de la bataille. Moult firent grant destruicion de Sarradins le jour, mes en la fin furent ocis et estoient quatre mille. Li chevaus Charles fu ocis souz lui, et quant il fu a pié, si fist domache a ses anemis durement, car ses genz li aidierent. Li Sarradin furent lassez et ne porent soufrir l'estour, si se mirent en la cité. Charles les / sivi et asist la vile a la reonde fors par devers l'iaue. Cele nuit s'en foï li rois Agoulanz et si Sarrazins par mi l'iaue, et Charles s'en aperçut, si les chaça et ocist le roy de Gaibe et le roy de Bougie et autres Sarrazins jusques a quatre milliers.

 

  IX

  Agoulant s'en rala et passa les porz de Sire et vint a Panpelune, et manda Charle que il l'atendroit a bataille. Quant Charles oï ce, si s'en vint en France. Par grant humilité manda ses genz et prés et loing, quanque il en pot avoir, et que tuit li serf qui desouz mauvés usage et mauvés seignorage estoient et rachatez de leur / chiés, et toute leur ligniee, des lores en avant seroient franc parmenablement pour aler en eel ost. Et conmanda que tuit cil qui yroient ne fussent desormés servant ne home a nelui ne sozmis. Touz les emprisonnez delivra et les povres enrichi et les nuz revesti. Ceuls qui s'entrehaoient acorda, les desheritez et les eschis rapela et mist en leur heritages. A touz ceuls qui pooient armes porter dona selon ce qu'il estoient. Et ceuls qui par aucun forfet estoient esloignié de lui, il les atrest a s'amour et a son servise. Amis, anemis, estranges, privez acompagna d'aler avec lui en cele voie. Je Tourpin, / arcevesque de Rains, par l'autorite Dieu les beneï et asou de leur pechiez.

 

  X

  Lors ot asamblé Charles, le bon roy, au service de Dieu fere, de gent combatant cent et quarante quatre mile, et entra en Espaigne contre Agoulant le roy qui toutes ses genz ot asamblees.

 

  XI

  Or poez oïr les nons des barons qui avec Charle furent adont. Je, Tourpins, qui chascun jour par predicacion fesoie le pueple des Crestiens forz et hardiz contre Sarrazins et de leur pechiez les asoloie, et ocis de mes mains mainz Sarrazins et contai et mis en escrit pour savoir le nombre. /

 

  XII

Rollant y fu, niés le roy Charle et mareschal de toute l'ost et si estoit dus d'Angiers et de Blaive, filz Milon d'Angiers et de Bretaigne la seror le roy Charle; si y mena de sa propre gent quatre mile homes. .I. autre Rollant i ot, mais or n 'en dirai plus. Oliviers i fu, preus et fors et sages en bataille et estoit dus, fils au conte Renier de Gennes et si mena .iiii. mile homes; Estouz de Lengres, filz au conte Odon, a .iiii. mile; Arestans, rois de Bretaigne, a .vii. mile. .I. autre roi avoit adont em Bretaigne, mes je n'en dirai plus. Angeliers, cil d'Aquitainne, y fu a quatre mile combatanz, a ars et a saestes armez richement. Au tens cest Angelier estoit uns autres quens en Aquitainne en la cité de Pigtavie, dont je ne dirai plus. Cil Angeliers estoit Gascons de lignage / et dus de la cité d'Aquitainne qui siet entre Limoges et Poitiers et Boourges. Et si la fist Cesar Agustes et nonma Aquitainne, et souzmist a lui Boourges et Lymoges, Saintes, Poitiers, Engolesme et tout le païs, et tout est Aquitainne. Cil Engeliers fu ocis en Roncevaus, et puis sa mort agasti et apetisa tout le païs car tuit li preudome morurent avec lui. Gaifiers li rois de Bordiaus y fu avec Charle a quatre mile, Geliers, Gerins, Salemon, Estouz ses compainz, Baudoyn le frere Rollant, Gondebuef le roy de Frise: cist y furent a .vii. mile homes; Hoiaus de Nantes a trois mile, Ernaut de Biaulande / a .ii. mile, Naimes, li dus de Bavieres, a .x. mile, Ogier, roy de Danemarche, a .x. mile, et toutjours chantera l'en mes de lui et bien le doit en fere car merveilles y fist; Lambert, prince de Boourges i fu a .ii. mile, Sanses li dus de Bergoigne a x. mile, Costentins, prevost de Rome, a .xx. mile, Rainnaus de l'Aube Espine, Gautier de Termes, Guilliaume et Guarin, dus de Lorainne, a .iiii mile homes, Begues et Auberi de Bergoigne, Bernarz de Nubles, Guimars, Estormiz, Thierriz, Yvoire, Berengier, Haste, Guenes qui puis fist la traïson; cist i furent a grant plenté de gent. Et de la propre terre Charle y furent .xl. mile a che/val, et tant en i ot a pié que nus n'en sot le nombre. Cist que nonmez vous ai sont noble combatant et furent apareillié a la volenté Nostre Seigneur et a sa loy essaucier. Car autresi conme Jhesu Crist, Nostre Sires, avec ses .xii. apostres, souzmist a lui le monde, autresi Charles, enperiere de Rome et rois de France avec ses .xii. pers conquist Espaigne a l'enneur Dieu.

 

  XIII

  Adont, si conme je vous ai dit, asamblerent toutes les olz aus Landes de Bordiaus et couvroient toute la terre en lonc et en lé ii. jornees de .xiiii. luies et le bruit de la noise estoit oïz de .xii. luies loing. Er/naut de Biaulande passa premiers les porz et vint a Panpelune. Et puis passa Estouz atot son ost; apres, Arestanz li rois, et Angelier aprés avec leur genz, Gondebuef avec la seue. Ogier passa apres et Costentin avec leur gent. En la fin passa li honorez rois Charles de France atouz ses olz, et covrirent la terre des l'iaue de Rune jusque au mont qui loing est de la cité a iiii. liues par devers la voie Saint Jaque et mirent .viii. jourz a passer les porz. Puis si manda Charles a Agoulant qui estoit en la cité de Panpelune, et l'avoit refete et garnie, qu'il li rendist ou il issist a bataille contre lui. Agoulant vit qu'il ne pot te/nir la cité contre Charle et vost mieulz venir a bataille contre lui que laidement morir en la vile, et demanda trives tant que sa gent fust de la cité issue et apareillie de combatre. Et li manda qu'il parleroit a lui bouche a bouche se il li plesoit; moult volentiers et trop le desirroit. Et Charles li dona trives ainsint et dit qu'il i parleroit.

 

  XIV

  Quant li rois Charles ot einsint doné trives au roy Agoulant, il issi de la cité avec toute sa gent apareillie, et lessa ses genz jouste la cité, et s'en vint atout .xl. de ses plus hauz homes au paveillon le roy Charle qui estoit loing de la cité une liue. D'une part et/d'autre estoient les os en i. plain liu mult biel qui duroit de lonc et de large .vi. luies si conme la voie Saint Jaque va, et le chemin les departoit. Agoulant fu en estant devant le roy Charle. Et puis li dist Charles: "Tu es Agoulant qui ma terre m'as tolue felonnessement: Espaigne, Gascoigne, que je avoie conquise a l'enneur de Dieu et a sa loi. Quant en France m'en reperié, tu preis mes citez; mes chastiaus et ma terre et ma gent as destruite, dont je me plain moult." Quant Agoulant oï le roy parler sarrazinois, moult s'en esmerveilla et ot grant joie. Et Charles l'avoit apris a Tolete quant il y fu enfes avec le roy Galafre. Lors respondi Agoulant /  a Charle: "Sire, je te pri que tu me dies pourcoi tu nos as tolue ceste terre ou tu, ne tes peres, ne tes ayous ne ti ancesseurs n'orent onques riens.". "Pour ce," dist Charles, "que Jhesu Crist, fesierres dou ciel et de la terre, eslut nostre gent crestienne seur toute autre gent, et seur toutes choses vost qu'il eussent seignorie, et ai de ta gent paienne convertie a nostre loi tant conme je puis." "Granz torz est," dist Agoulant, "que nostre gent doive estre souzmise a la teue quant la nostre loi vaut mieus que la teue. Nous avons Mahomet qui fu mesagier Dieu, et le nous envoia, et nous fesons ses conmandemenz, et avons autres dieus qui par / le conmandement de Mahomet nous dient ce qui est a venir, et nous les honorons car nous vivons et regnons par euls." "Agoulant," dit Charles, "en ce que tu dis foloies tu qui tiens les conmandemenz Mahonmet et ces autres dieus, car nous ne tenons conmandement que d'un seul Dieu et vous le tenez de mainz homes. Nous avons un seul Dieu qui Peres est et Filz et Sainz Esperiz et tout est i. seul Dieu et lui aorons nous, et vous aorez le deable et ses ymages et creez ce que eles dient. Nos ames, par nostre creance - de ce ne doutons nous mie - aprés ceste mortel vie que nous ore avons, monteront em paradis, et / les vostres - ce savons nous bien - descendront en enfer. Par ce savons nous bien que nostre loi vaut mieulz que la vostre. Et pour ce vous comant je que vous recevez baptesme et vivez em pes, ou vous venez a nous combatre." "Ne sera mie ainsint," dit Agoulant, "que nos baptisiez soions. Ainçois nous conbatrons contre toi et contre ta gent par si que se la vostre loi est plus plaisans a Dieu que la nostre, que nous soiens veincuz, et se la nostre est meldre a Dieu que vos soiés vaincu, et pardurable reprouche en soit aus veincuz et loenge toutjourz aus veinqueeurs, et se je sui veincuz, je recevrai baptesme." Ainsint fu acordé d'ambedeus parz. Puis furent esleuz .xx. / Sarrasins contre .xx. Crestiens a combatre par tel couvenant, et tantost furent ocis li Sarrazin. Et puis .xl. contre .xl. et furent ocis li Sarrazin. Et puis cent contre cent et furent ocis li Sarrazin. Et puis cent contre cent autres et furent ocis li Crestien por ce qu'il cremirent la bataille et s'en foïrent. Ce senefie que qui por la loi Dieu se combat qu'il ne se doit douter ne esmaier ausi conme cil firent qui s'en tornerent fuiant. Dont li apostres dist: "Cil ne sera pas coronnez qui loialment ne se combatra." Et puis furent envoiez cc. contre .cc. et furent ocis li Sarrazin. Puis mil contre mil et furent ocis li Sar/razin. Lors donerent trives d'une part et d'autre, et vint Agoulant parler au roi Charle et si aferma et dist que mieulz valoit crestiene loi que cele aus païens et pramist que l'andemain recevroit baptisement. Puis s'en ala Agoulant a sa gent et dist a ses rois qu'il se feroit baptisier et leur dist qu'il se baptisasent. Li pluseurs l'otroierent et pluseurs le refuserent.

 

  XV

  L'endemain revint Agoulant a Charle pour soi fere baptisier endroit eure de tierce, et trouva le roy Charle seant au mengier et vit moult de tables ça et la et de bachelers qui menjoient avec Charle, et vit esvesques et / arcevesques, prestres et clers et autres genz de religion, et vit dus et contes et barons. Si demanda a Charle de chascune maniere de gent quele gent ce estoient. Li rois Charles li respondi: "Ceuls que tu voiz vestuz d'une maniere de vestemenz de brunetes a ces longues robes, ce sont arcevesques, esvesques et prestres de nostre loi qui nous donent la beneïçon Dieu et nous asolent de nos pechiez. Cil a ces blans dras et a ces noirs dras qui si sont haut tondu et coroné et ont leur robes si mal fetes et encombrans, il sont moinne blanc et noir qui ne cessent de prier Dieu pour nous et nuit / et jour; et saches que de greigneur religion sont li blanc que li noir. Ceuls que tu voiz la revestuz de diverses robes bien fetes et devisees de cendal et de samit, il sont mi due et mi conte et mi prince et mi baron et mi chevalier." Puis vit Agoulant .xii. povres qui se seoient a terre sanz table et menjoient a pou de viande et de boivre. Agolant li demanda qui cil estoient. Charles li respondi: "Cele gent la sont mesagier Nostre Seigneur Jhesu Crist et sont chascun jour ceenz au mengier en remembrance de Dieu et de ses .xii. apostres." Lors dist Agoulant: "Cil qui sont environ toi et prés de toi sont / beneuré car il ont assez a boivre et a mengier et bien sont honoré, mes cil que tu diz a moi qui sont mesagier Dieu et sien lige, pourcoi sont il si povrement vestu et ledement et vilainement esloignié de toi? Malement aime son seigneur qui son mesagier reçoit en tel maniere. Ta loi que tu diz qui vaut mieulz que la nostre, ci nous moustres tu qu'ele est fausse. Je m'estoie venuz fere baptisier, mes or te demande je congié, si m'en irai ariere et si te demant bataille a demain." Einsint s'en rala Agoulant.

 

  XVI

  Lors s'aperçut Charles que par les povres qui mauvaisement estoient vestu et peu et vilainnement tretié, avoit Agoulant refusé baptes/me. Et touz les povres que il trouva puis en l'ost fist revestir soufisanment et bien les fist pestre et abevrer pour Agoulant qui pour tele occasion lessa a prendre baptesme. Or poez savoir conme cil font a blamer qui riche sont et amender le pueent, quant il lessent les povres Dieu avoir soufrete de vesteure et de soutenance ausi conme Charles avoit la fet. Et quant Charles par tele maniere perdi tant, que sera donques au jour que chascuns trovera selon ce qu'il avra fet et deservi quant Dieus dira: "Fuiez ensus de moi, li maleoit! Alez ou feu pardurable! car je oi fain, si ne me peustes mie, et si oi soif, si ne m'abevrastes / mie," et autres reprouches leur dira Dieus. Esgarder devons que pou vaut foi ne loi qui en oeuvre ne le fet. De ce dit li apostres: "Ausint conme cors sanz ame est chose perdue et morte, est oiseuse foi sanz oeuvre." L'andemain vindrent tuit cil de l'ost d'une part et d'autre toz armez pour combatre pour le couvenant des ii. lois, et avoit Charles en son ost c. et .xxxiiii. mile homes, et Agoulant cent mile. Li Crestien firent .iiii. eschieles et li Sarrazin .v.

 

  XVII

  La premiere eschiele des Sarrasins qui asamblerent fu veincue tantost, et aprés celui, l'autre qui vint. Et quant li Sarrazin / virent leur mescheance si s'asamblerent tot entour le roy Agoulant si qu'il fu en mi aus. Et quant nos Crestiens virent ce, si les aceindrent environ. De l'une part fu Ernaut de Biaulande et son esfort, et li rois Arestanz avec le sien esfort fu d'autre part, et d'autre part fu le roy Gondebuef, et le roy Costentin d'autre. Ogier le Danois et le roy Charle chascuns avoit sa gent avec lui. Ernaut de Biaulande se mist premiers entre euls et tant feri a destre et a senestre que parmi euls ocist le roy Agoulant de s'espee et de sa propre main par l'aide de Dieu. Lors con / mencierent Sarrasins a crier, et li Crestien se ferirent entr'euls de toutes parz et les ocirent c'onques n'en eschapa que le roy de Sebile et l'aumaçour de Cordres. Cil s'en foirent a pou de gent. Tant fu la foison dou sanc grant que nos Crestiens estoient dedenz jusques aus chevilles, et touz les Sarrazins qui furent trouvez furent ocis.

 

  XVIII

Bien nous moustra Dieus en cele bataille laquele loy devoit estre tenue. Ha! Crestien! Conme bone loy avez se garder la savez! Veraiement le poez savoir qu'ele nous fera monter sus les anges et estre avec Jhesu Crist qui est nostre sires et nous somes si home se nous avons / droite creance.

 

  XIX

  Charles ot joie et rendi a Dieu graces de sa vitoire, et asambla sa gent, et ala jusques au Pont d'Argue en la voie Saint Jacque, et la se heberja. Mes aucuns des Crestiens par couvoitise se departirent de l'ost Charle cele nuit et vindrent la ou la bataille avoit esté et se chargierent d'or et d'argent, puis si voudrent revenir en l'ost. Mes l'aumaçour de Cordres qui de la bataille estoit eschapé et estoit repost avec moult d'autre gent leur corurent sus et les ocirent touz, et bien estoient mil. Ce done essample que, ausi conme cil qui les anemis avoient veincuz qui par couvoitise retomerent / et furent ocis, ausint cil qui penitance pranent ne doivent en nule maniere retorner au pechié dont il sont parti qu'il ne soient ocis dou deable nostre anemi qui tousjours est repost. Ausint cil de religion qui le siecle ont lessié, se puis y reperent, Dieu en perdent et mort d'enfer en ont.

 

  XX

  L'autre jour apre's fu noncié a Charle que a Monjardin estoit venuz uns princes de Navarre qui avoit non Fourré, et voloit combatre a lui quant il iroit la. Charles y ala, et Forrez issi l'andemain contre lui a bataille, et Charles fist sa priere a Dieu que il li demoustrast liquel devoient la recevoir mort et mar/tire. L'andemain, quant tuit furent atorné por combatre, si aparut une croiz vermeille conme sanc sus la destre espaule de ceuls qui morir y devoient, par desus les hauberz. Mes ceuls qui furent seigniez fist Charles demorer en sa chapele qu'il ne fussent ocis en la bataille. Moult sont li jugement Dieu tapi et couvert quant ne pueent estre descouvert ne ses voies conneues. Charles se combati le jour a Fourré, et fu ocis Fourré avec trois mile de Sarrazins, et li rois n'i perdi nus des siens. Mes quant il revint a sa chapele, si trouva morz touz ceuls qu'il y avoit lessiez, et furent .c. et .l. Moult est la compaignie Dieu glorieuse car, se cil ne mo/rurent em bataille, por ce ne perdirent il mie que il ne fussent martir. Lors prist Charles Monjardin et toute la contree de Navarre.

 

  XXI

  Puis nonça l'en a Charle que a Nadres estoit venuz uns jaianz. Fernaguz ot a non, et fu dou lignage Goulias et estoit venuz des contrees de Sire. Si l'avoit li amiranz de Babyloine envoié avec .xx. mile Turs pour combatre a Charle. Cil Fernaguz ne cremoit lance ne espee, ne dart ne coutel.ne quarrel ne saeste, ne javelot ne autre arme, et si avoit la force de .xx. homes. Pour ce si ala Charles contre lui a Nadres. Quant Fernaguz vit qu'il estoit venuz la vile aseoir, il issi de la vile et vint touz seus con/tre l'ost en une avangarde et demanda bataille, chevalier contre .i. autre. Dont li envoia Charles Ogier le Danois. Quant Fernagu le vit venir, si ala encontre lui. Quant il fu prés de lui, si l'embraça tantost de son braz destre et tout armé l'enporta devant touz ausi conme une brebiz. Fernagu avoit xii. piez de lonc, et son visage avoit de large la braciee a .i. home; son nés de plaine paume; ses braz, ses cuisses, de .iiii. braciees.

 

  XXII

  Puis ala combatre a Fernagu Renaut de l'Aube Espine, et il l'emporta souz s'essele et mist en sa prison. Et puis demanda Fernaguz bataille de lui seul contre .ii. Dont y fu envoié / Costentin de Rome et Hoel de Nantes, et il les prist l'un a destre et l'autre a senestre et les emporta et mist em prison. Puis en i ot jusque a .xx. envoiez, et il les prist et mist em prison deus et deus. Quant ce vit Charles, si s'en merveilla moult et n'en y vost plus envoier.

 

  XXIII

  Rollant requist le roy le don de combatre a lui tout seul, mes li rois qui moult l'amoit ne l'en vost doner congié. Rollant l'em pria moult et l'en fist tant prier que li rois l'en dona congié. Et quant il l'ot, si oï messe et puis s'arma et ala combatre contre Fernagu le jaiant. Mes Fernaguz le prist en son venir ausi conme les autres a une main et l'en me/na devant lui sus le col de son cheval. Et si conme il l'enportoit vers le chastel, Rollant, qui moult fu forz, avec l'aide de Dieu le prist par le menton et le torna par force derriere seur le cheval et chaïrent ambedui a terre. Lors se releverent ambedui et monterent sus les chevaus. Rollant tint Durendal s'espee et cuida le jaiant ocirre et feri son cheval et le coupa pardevant la sele a .i. coup. Quant Fernaguz fu a terre, si menaça Rollant de s'espee, et Rollant lui de s'espee qu'il tenoit et le feri sus l'espee et sus la main dont il la.tenoit. Petit le bleça, mes nepourquant s'espee li chaï. Dont cuida Fernagu ferir Rollant dou poing / clos si feri le cheval Rollant et l'ocist. Puis furent ambedui a pié et sans espees, et se combatirent des poinz et des pierres dont il avoit assez ou champ jusques a none. Puis demanda Fernaguz trives a Rollant jusques l'andemain, et deviserent qu'il vendroient combatre sanz lance et sanz espee et sanz chevaus. Et quant il orent ce otroié, chascuns s'en ala la dont il estoit venuz. L'andemain revint chascuns ou champ touz seus. Fernaguz y porta s'espee, mes gaires ne li valut car Rollant aporta avec lui .i. baston de chesne noeilleus et retorz dont durement le feroit mes petit le bleçoit, et des pierres, dont moult y a/voit, s'entregetoient. Fernaguz le consentait pource que Rollant mal ne li fesoit. Dont demanda Fernagu trives a Rollant de dormir, et il li dona. Fernaguz comença a dormir, et Rollant qui forz et fiers et hardiz estoit, li aporta une grant pierre desouz son chief pource qu'il dormist plus a aise. Nus hons a cel tans n'osast trives enfraindre, et se il les enfrainsist, il fust ocis conme murtriers. Quant Fernaguz ot .i. pou dormi, si s'esveilla et vit Rollant seant encoste lui. Et Rollant li demanda coment il estoit si durs que espee ne baston ne li pooit fere mal. Fernaguz qui someilleus estoit et garde ne s'en donoit, li dist en / sarrazinois que il ne pooit estre navrez fors que parmi le nombril.  Rollant l'entendi bien. Et Fernagu redemanda a Rollant conment il avoit a non, et il li dist: "Je sui apelé Rollant." "De quel lignage es tu," dit il, "qui si te combaz a moi?" "Je sui," dist Rollant, "dou lignage de France nez." Fernaguz li demanda: "De quel maniere de loi sont François?" Rollant li dist: "Nous somes, Dieu merci, bon Crestien et fesons les conmandemenz Jhesu Crist, et pour sa loi essaucier et avancier fesons nostre pooir." Quant Fernaguz oï parler de Crist, si dist: "Qui est," dit il, "cil Crist en qui tu croiz?" Rollant li / dist: "C'est cil qui fu nez de la Vierge et soufri pour nous mort en la croiz et portez fu ou sepulcre et descendi au tierz jor en enfer et le brisa et en geta les siens amis hors." "Nous creons," dit Fernaguz, "que li faisierres dou ciel et de la terre est uns Dieus et que nus ne l'engendra ne il n'engendra nelui. Si est uns Deus et n'est mie trebles." "Tu diz voir," ce dist Rollant, "quant tu diz qu'il est .i. Dieus, mes quant tu diz qu'il n'est mie trebles em personnes, la doutes tu. Se tu croiz ou Pere, dont croiz tu ou Fil et ou Saint Esperit, car Dieus est Peres et Filz et Sainz Esperiz mananz en trois personnes, et tout est .i. Dieu." "Se tu diz," dist Fernaguz, "que / li  Peres est Dieus et li Filz, Dieus et li Sainz Esperiz, Deus, dont est il trois Dieus et non mie .i. seul." "N'est pas ainsint," dit Rollant, "car cil Dieus dont je parole n'est que uns Dieus et si est trebles, et les trois personnes jumeles entr'elles. Teus conme li Peres est, est li Filz et li Sainz Esperiz.". "Ne puis pas veoir," dist Fernaguz, "coment trois choses soient une chose." "Je le te mousterrai," dist Rollant, "par humainnes samblances. Esgarde que ou soleil a chaleur et resplendeur et rougeur, et tout est i. soleil. Et en la roe de la charrete sont les raiz et les jantes et li moiel et li cercle et tout n'est que une roe. En l'amande et en la noiz a escorce et eschaille et noel et tout / est noiz ou amande. En toi meismes sont les membres et l'ame et le cors et tout est uns cors." "Or alons combatre," dit Fernagu, "par si que se ta loi est meilleur que la moie que je soie veincuz, et se la nostre est meilleur que la vostre, si soies tu vaincuz, et loenge soit donee au veinqueeur et honte perdurable au veincu." "Soit," dist Rollant, "ainsi." Lors se dreça Fernagu et geta de s'espee i . cop a Rollant, mes il le reçut sus son baston, et il li trencha. Lors le prist Fernagu aus mains et le mist desouz lui a terre mult legierement. Rollnt vit que par nule maniere ne se pooit relever, si reclama et apela en s'aide le filz/ de la glorieuse pucele Vierge Sainte Marie et dist: "Dieus! tu sez et voiz que nule enneur terrienne ne vueil aquerre mes que ta loi essaucier. Dieus! or essauce ton nom pour toi non mie pour moi." Adont se releva Rollant de desouz lui et par force torna Femagu desous et trest s'espee et li bouta legierement par mi le nombril. Et Fernaguz conmenca a crier: "Mahoumet! Mahomet! secor moi car je muir." Quant Fernagu fu morz, Rollant s'en repera tout sain et tout hetié, et les Sarrazins vindrent pour le cors si l'enporterent en la cité.

 

  XXIV

  Mes les Crestiens les sivirent de si prés qu'il entrerent conmunalment en la cité avec euls. Einsint fu / la cité prise et li prison delivré qu'il avoit pris et menez en la vile.

 

  XXV

  Apres i . pou de tans si fu dit a Charle que Hebraïns li rois de Sebile et li aumaçours de Cordres, qui de la bataille estoient eschapé de Panpelune avec leur genz, estoient a Cordres et l'atendoient a bataille avec les genz de .vii. citez qui leur estoient venus aidier: de Sebile, de Gar, de Setive, de Denie, de Ubele, de Aubule, de Betie. Dont apareilla Charles son afere pour aler droit a euls et tost y ala. Quant Charles vint prés de Cordres, cil issirent hors a trois luies contre lui, et estoient  x. mile Sarrazins, et li Crestien n'estoient que .vi. mile. Lors apareilla Charle / ses genz en trois eschieles. La premiere fu de ses meilleurs chevaliers; la seconde fu de sa gent a pié; la tierce refu de gent a cheval. Ausi furent li Sarrazin. Quant les ii. olz s'entreaprouchierent et la premiere eschiele aproucha par le conmandement Charle vers les Sarrazins, si vint une eschiele de Sarrazins encontre euls a pié, et avoit chascuns barboere de deable cornue, et avoient tabours et timbres et fesoient en leur venir merveilleuse noise. Quant les chevaus de nos Crestiens les virent et oirent, si furent moult espoanté et conmencierent a foï'r si que l'en ne les pooit en nule maniere retenir. Li Sarrazin en furent / moult lié. Einsint vont le petit pas jusque au mont a .ii. luies de Cordres. Ilec s'asamblerent li François et firent chastel d'euls meesmes et les atendirent por combatre. Mes cil de Cordres se trerent ensus, et li nostre furent el mont jusque au matin. Quant Charles ot pris conseil, si conmanda que tuit couvrissent les testes de leur chevaus et leur estoupassent les oreilles qu'il ne poissent oï'r leur tabours ne veoir leur barboeres. Quant il orent ce fet, si alerent seurement contre leur anemis. Dont se combatirent li nostre fierement jusque au midi et moult en ocirent, mes non mie / touz. Et estoient li Sarrazin tuit asamblé, et enmi euls avoit i . char et le treoient .viii. bues, et avoit sus .i. lonc fust et sus ce fust une lance et une vermeille enseigne. Tele coustume avoient il pource que nus ne s'en foïst de la bataille tant conme cil estendarz fust droiz. Le roi Charle s'en aperçut, et par l'aide de Dieu se feri tout armé entr'euls, et ala ferant a destre et a senestre jusques au char, et trest Joieuse, et coupa a .i. seul cop le fust ou l'enseigne iert si que ele versa. Et tantost s'en foïrent ça et la li Sarrazin et conmencierent a glatir et a uller. .viii. mile en y ot ocis. Ebraïns li rois de Sebile / y fu ocis, mes li aumaçours de Cordres atout ii. mile Sarrazins se mist en la cité et l'andemain la rendi a Charle par si qu'il recevroit baptesme et seroit au roi enclin et tenroit la terre de lui, et Charles l'otroia ainsint. Quant ce fu fet, Charles departi les terres qu'il avoit conquises a cels qui la voudrent demorer. Aus Bretons dona la terre de Bascle et de Navarre, aus François dona la terre de Castele; cele de Nadres aus Grieus dona et Cesaranguste as Puillois, la terre d'Aragone aus Poitevins, la terre Alandalus decoste la mer aus Alemanz, la terre de Portingal aus Danois et aus Flamens. Et li François ne voudrent demorer ne abi/ter en Galice pource que trop estoit aspre et fort. Puis ne trouva Charles en cele terre qui contre lui osast reveler.

 

  XXVI

  Dont y lessa li rois de ses granz genz et ala a monseigneur Saint Jaque et edifia et honora les Crestiens qu'il y trouva et ceuls qui furent a la loi des François reperiez, et fist ocirre les Sarrazins ou envoier en France en essil. Puis establi Charles esvesques et arcevesques par la terre d'Espaigne. Lors asambla Charles concille a Compostele et establi pour l'amour de saint Jaque que tuit li arcevesque et li prelat, li roy, li due, li conte et li prestre qui present estoient et cil qui estoient a venir fussent obeïssant a l'arce/vesque Saint Jaque. A Aure ne vost il pas fere esvesque ne ne la tint pas pour cité, ainz conmanda qu'ele fust souzmise a Compostele.

 

  XXVII

  En cel concille je, Torpins, arcevesques de Rains, avec touz les arcevesques et les evesques de la terre, par le conmandement Charle dediai l'eglyse Saint Jaque. Li rois soumist a lui toute la terre d'Espaigne et de Galice et dona en doaire, et conmanda que chascun seigneur d'ostel de toute Espaigne y donast chascun an iiii. deniers de rente et par ce feussent quites de touz autres services de roy. Et conmanda Charles que de cel jour en avant fust l'eglyse Saint Jaque apelee / siege d'apostre pour ce que li bons apostres sainz Jaques y gist. Et dist Charles que la fussent tenu li concille de toute Espaigne des evesques, et les verges et les dignetez des evesques et les coronnes des rois fussent donees des mains a l'arcevesque Saint Jaque en l'enneur de lui. Et se foi et creance defailloit ou apetisoit es autres citez, par le conseil l'esvesque Saint Jaques fust reconciliee, et droiz estoit. Car ausi come par monseigneur saint Jehan l'evangeliste, frere saint Jaque, vint foi et creance en la contree d'oriant, en Ephese, et que pour ce est apelee siege d'apostre, ausi par monseigneur saint / Jaque foi vint et creance en la contree d'ocidant et en Galice. Si en doit estre apelee sieges d'apostre par droit.

 

  XXVIII

  Ces ii. citez, Ephese et Compostele, sont li dui siege que la fame Zebedee requist nostre Seigneur quant ele dit si conme ele cuidoit qu'il regnast en terre et dist: "Sire, conmande que mi dui filz soient li uns a destre et li autres a senestre en ton regne." Et si sont il, car Ephese siet a destre et Compostele a senestre.

 

  XXIX

  Et trois sieges sont principaus seur touz les autres: Rome, Ephese et Galice. Car ausi conme Dieus eslut trois apostres principaus seur les autres: Pierre, Jaque et Jehan / a qui il descouvri ses secrez et sa revelacion, ausi par euls veult il que cil troi siege soient sus les autres. Et a droit sont cil principal; car cil troi apostre, par la digneté d'euls, sont mis desus les autres, et li siege ou il reposent sont mis devant. Par droit est Rome la premiere, car saint Pere fu le premier et fu principaus des autres par sa predicacion, et il fist Rome de son sanc et de sa sepouture estre beneuree. Aprés est Compostele, car monseigneur saint Jaque entre les autres apostres, par digneté et par enneur, fu aprés saint Pere de greigneur non et tient es cieus seignorie de ce qu'il fu li premiers qui martire re/çut, et fist Compostele beneureuse de sa predicacion et de sa sepouture. La tierce si est Ephese, ou monseigneur saint Jehan conmença premierement: In principio erat verbum, par devant touz les esvesques que il meismes avoit mis par les citez qu'il apele "anges" en s'Apocalipse, et honora ycele cité et de predicacion et d'eglyse, et ilec entra il en terre pour sepulture. En toutes les regions, se lois et decrez ne pueent estre desclairiees ne seues, en ces trois citez doivent estre determinees par concile d'esvesques de la terre. Par tele maniere fu la terre de Galice ostee et delivree des mains / aus Sarrazins.

 

  XXX

  Puis que li granz Charles, emperieres de Ronme, rois de France, partout douté et cremuz, ot conquise Espaigne a l'enneur Dieu et saint Jaque, il s'en retorna avec son ost d'Espaigne et vint a Panpelune et si se heberja. En celui tans estoient dui roy sarrasin frere en Cesairauguste, et la demoroient, Marsilles et Baliganz. Li amirauz de Babiloinne les avoit envoiez de Perse, et il se soumirent a Charle; mes il le servoient faintement.

 

  XXXI

  Charles leur manda par le conte Guanelon que il receussent baptesme ou il li rendissent treu. Adont li envoierent il / .xx. chevaus chargiez d'or et d'argent et des plus granz richeces d'Espaigne, et quatre cenz sonmiers aus chevaliers de l'ost touz chargiez de vin, et mil Sarrazines moult beles pour fere lor plesir. Et a Guanelon donerent il .xx. chevaus chargiez d'or et d'argent pource qu'il leur livrast l'arieregarde a ocirre. Guanelon leur otroia et prist l'avoir. Et quant il orent la couvenance de la traïson fete et pourparlee, Guanes s'en repera en l'ost Charle et li presenta l'avoir que cil li enveoient, et dist que Marsilles et Baliganz vendroient a lui en France et la se feroient Crestien et toute la terre d'Espaigne tenroient de lui/d'ore en avant. Aus chevaliers de l'ost departi le vin tant seulement et aus autres menues genz dona les fames. Pour ce y furent eles envoiees que, quant li Crestien seroient yvre, qu'il geussent aus Sarrazines et par celui pechié leur lessast Dieus recevoir mort. Charles crut ce que Guennes li dist et s'atorna a passer les porz de Cire por revenir en France et en prist conseil a Ganelon. Puis conmanda li rois a ses meilleurs barons a fere l'arieregarde, a Rollant son neveu qui quens estoit dou Mans et sires de Blaives, et avec lui les plus hauz homes de l'ost; et si ot xx. mile Crestiens. Einsint fu fet conme li rois conmanda par le conseil Guanelon. Ha! / Dieus! com felonesse traïson, et com male! Et bien doit estre comparee a la traïson Judas! Li rois Charle s'en ala devant et lessa Rollant son neveu et sa gent en l'arieregarde. Mes pource que li Crestien furent la nuit yvre dou fort vin, si prirent les Sarrazines et jurent avec eles et aus Françoises dont assez y avoit et firent fornicacion, par coi Dieus souffri qu'il receussent martir le jour. Que vous diroie plus?

 

  XXXII

  Endementiers que Charles passoit les porz avec .xx. mile Crestiens et avec Ganelon et Tourpin et ses barons, et que que Rollant et li xii. per fesoient l'arieregarde a .xx. mile homes, Marsilles et Ba/liganz leur vindrent sus soudainement a .xlii. mile Sarrazins, et issirent d'un bois au jour parant, et ainsint estoient repost es montaignes et es valees par deus jourz, et tout par le conseil Ganelon. Et firent ii. batailles rengiees, l'une partie de .xx. mile Turs, I'autre de .xxii. mile. Cele qui fu de .xx. mile asambla premierement, et ne s'en donerent garde li nostre jusques il les asaillirent par derriere et comencierent a ferir. Li nostre retornerent seur euls et conmenga la bataille des le matin jusques au vespre, si que de touz les .xx. mile Sarrazins n'en eschapa pié. Aprés les desconfiz asambla I'autre eschiele de Sarrazins et furent .xxii. mi/le. Li nostre, qui devant ce furent lassé, ne porent l'estour souffrir ne endurer car il estoient lassé et traveillié, et leur armes rompues, si les couvint morir en deffendant. Einsint furent ocis touz nos bons chevaliers que onques n'en eschapa que Rollant et Baudoyn son frere et Tierri, l'escuier Rollant. Baudoyn et Tierri s'atapirent par le bois quant il furent de la bataille eschapé, et puis vindrent il ariere. Dont se trerent li Sarrazin ariere une grant liue. Ci endroit doit en demander pourcoi Nostre Sires soufri ceuls morir em bataille qui n'orent fet fornicacion: car il ne vost pas qu'il reperassent en leur païs que par aventure plus pechas/sent et plus griefment et leur vost rendre loier de martire pour leur deserte. Ceuls qui fornicacion avoient fete soufri il a morir car il vost qu'il purjassent par martire cel pechié. Cil qui furent yvre senefient les prestres et les homes de religion qui combatent contre les vices a qui il ne loist, ne ne doivent, estre yvre ne a fames abiter, et se il le font, sachent qu'il seront destruit.

 

  XXXIII

  Quant la bataille fu fete et Rollant poursivi les Sarrazins qui estoient auques loing de lui, il trouva .i. Sarrazin let et noir, et moult las estoit de la bataille et s'aloit defuiant par le bois. Rollant le prist si le lia moult fort a .i. ar/bre et le lessa. Dont monta Rollant en .i. mont et esgarda les Sarrazins et vit que moult en y avoit. Lors revint ariere a la voie de Roncevaus. Par la aloient cil qui les porz voloient passer. Puis sona Rollant son cor, et par l'oïe dou cor se rasamblerent a lui .c. Crestien qui s'estoient mucié par le bois. Avec ceuls s'en vint Rollant ariere jusque a celui qu'il avoit a l'arbre lié. Il le deslia et trest s'espee seur son chief et dist: "Se tu viens avec moi et me moustres Marsille, je t'en lerai aler, et se tu ne le fez, je t'ocirrai." Encore ne connessoit pas Rollant Marsille. Li Sarrasins ala avec lui et li moustra Marsille / entre les Sarrazins et li dist: "Veez le la seur ce cheval rous a cel escu reont." Dont lessa Rollant le Sarrazin aler, et a tant de gent conme il avoit se feri entre les Sarrazins, et en choisi .i. qui plus granz estoit que li autre, et le feri si que a .i. seul cop ocist lui et le cheval, et l'espee coula jusque en terre, et la moitié dou chevalier et dou cheval chaï a destre et l'autre a senestre.

 

  XXXIV

  Quant li autre Sarrazin virent ce cop, si lessierent Marsille a pou des siens et s'en foïrent. Dont vint Rollant si se feri entre les Sarrazins qui Marsille avoient enclos, et feroit a destre et a senestre et acraventoit / quanque il ataignoit, et Marsille s'en cuida foir, mes Rolland l'ocist a .i. cop. La furent ocis li cent compaignon, et Rollant meismes fu navrez de .iiii. lances, et de haches, d'espees et de darz, et tant fu feruz de pierres et defroissiez de maces que a painnes escapa il vis.

 

  XXXV

  Quant Baliganz sot la mort de son frere, si s'en foï. Baudoyn, le frere Rollant, et Tierri, son escuier, s'en aloient par le bois muçant ça et la, et autres Crestiens; et li autre passoient les porz. Mes Charles, qui ja les avoit passez, ne savoit pas que avenu estoit. Rollant, qui las estoit de la bataille qu'il avoit fete, touz seus, tristes et dolans por la mort de tant preudomes et affliz et malmis des plaies dont il avoit moult, s'en vint au mieulz qu'il pot jusque aus piez des porz de Cire touz seus, et descendi jouste une pierre de marbre desouz i. arbre en a. pré moult plain d'erbe. Encore avoit il sa bone espee Durandal. II la trest et tint en sa main et l'esgarda; a granz pleurs et a criz dist ainsint conme nous entendons par les paroles Tierri, son escuier, qui l'oï et le tesmoigna. Et dist Rollant en sa plainte:

 

  XXXVI

  Hal bone espee tres bele! la riens que je plus amoie, en longor droituriere, tres ferme de force, de poing et de heult d'yvoire blanche resplendissant, de croiz d'or, et pardesus / avironee des hauz nons Nostre Seigneur, trenchant et ague sus toutes autres espees et riche de la vertu Nostre Seigneur! A qui avras tu mestier d'ore en avant? Qui te tendra mes? Ja ne sera veincuz qui t'avra, ne ne doit craindre son anemi, ne fantosme ne li puet mal fere, car tu es aceinte de la divine aïde Dieu! Par toi est destruite la gent sarrazinne! Par toi est essauciee la deité et la loi Dieu et la loi crestienne, et le glorieus non Nostre Seigneur est par toi essauciez! Espee tres beneuree, a qui nule ne fu onques pareille ne jamés ne sera, cil qui te fist ne fist onques la pareille! Qui de toi fu na/vrez ne pot garir. Se tu d'ore en avant viens en mains de mauvés ne de couart ne de Sarrazins, certes, moult en serai dolenz." Par iteus paroles se plaignoit il por ce que s'espee ne venist en mains de Sarrazins. Et feri en la pierre de marbre par trois foiz pource que brisier la voloit. Que vous diroie je plus? En .ii. moitiez fendi la pierre que onques l'espee mal n'en ot.

 

  XXXVII

  Dont conmença Rollant a sonner son cor pource que aucuns Crestiens qui fust ou bois repost venist a lui et fust a sa mort et preist s'espee et son cheval. Lors corna son cor par tel vertu que si grant alainne en / issi que le cor fendi par mi, et si dist en et cuide que les voinnes dou col Rollant li rompirent. Cele voiz dou cor emporta li anges jusques aus oreilles Charlemainne qui ses tentes avoit fichiees, il et son ost, en une valee qu'en apele la Val Charle; et y avoit .viii. luies de la ou Rollant gisoit vers Gascoigne. Dont vost Charles retorner pour secourre son neveu et ses genz. Mes Ganelon, qui bien savoit s'aventure, li dist: "Sire! Ne retornez! car Rollant, vostre neveu, sielt bien chascun jour buisiner pour pou d'achoison, et sachiez qu'il n'a ore mestier de vostre aide, ainz chace a aucune beste par cel bois, et pour ce va il ore cornant." Ha! Deus! / tant sont mauvés et felon li conseil de Judas! Rollant, qui moult avoit grant soif, se coucha a terre, et Baudoin, son frere, y vint. Et Rollant li fist signe qu'il avoit grant soif et qu'il li queist de l'iaue pour boivre. Baudoin ala ça et la, mes il n'en pot point trover, ainz revint a lui. Et quant il le vit pres de morir, si le beneï et ot poour que paiens ne venissent; si prist l'espee Rollant et monta sus son cheval et ala aprés l'ost Charles. Quant Baudoin s'en fu partiz, lors y vint Thierri, son escuier, qui li dist qu'il li garnissist son cors de foi et de confession. Rollant avoit cel jor meismes au matin, ainz qu'il entrast em batail/le, reçut corpus domini aus prestres de l'ost dont moult y avoit, et ce estoit la coustume que li esvesque et li prestre, le jour qu'il se cremoient, les conmenioient. Rollant leva ses eulz haut et dist tieus paroles si conme Tierri le tesmoigne que le vit et oï:

 

  XXXVIII

  "Sire Jhesu Crist! pere espiritable! pour qui foi et creance avancier j'ai mon païs lessié et ving en ces diverses contrees et estranges pour essaucier crestienté, meintes batailles ai soufertes et fetes contre ceste gent mescreant par t'aide, et fain et soif enduré, et en ai soufert plus que je ne diroie. A toi, Sire Dieus, en cest / point conmant je l'ame de moi. Si veraiement conme tu daignas nestre de la Vierge Marie pour passion sofrir, et morir et resouciter pour touz homes, si voirement delivre la moie ame de la voie d'enfer et me pardone, Sire, ce que je t'ai mesfet et reçoif m'ame et met em pardurable repos. Tu ies cil qui nus cors ne perist, ainçois est mués en mieulz vaillanz. Sire Dieus! qui desis: 'Je ne vueil mie la mort dou pecheeur mes la vie,' je croi de cuer et rejehis de bouche que pour ce veuls tu trere l'ame de cest cors que tu la faces vivre en meilleur vie. Cest sens, cest entendement, avra ele en/core moult meilleur de ce que ele repose en cest cors." Puis prist la pel d'entre ses deus mameles et la char d'endroit son cuer si conme Tierri le disoit, puis dist criant et plorant: "Jhesu Crist, Filz Dieu et de la Vierge Marie! de tout mon cuer rejehis et croi et sai que mes Rachetierres vis, et au jour dou juise resouciterai de terre et en ceste char meismes verrai mon Sauveeur." Einsint dit par trois foiz. Puis mist sa main a ses eulz et dit; "Cist oeil le verront." Aprés ouvri ses eulz et esgarda le ciel et seigna son cors et ses membres et dist: "Toutes choses terriennes ne valent riens au regart des esperitueus, car je / voi ce que eulz ne pueent veoir ne bouche dire ne cuer penser, c'est la joie des cieuls que Deus apareille a ceuls qui l'aiment." Lors estendi ses mains et dist ceste priere pour touz ceuls qui estoient mort avec lui en la bataille:

 

  XXXIX

  "Sire Dieus! la vostre misericorde soit hui esmeue seur touz ceuls qui martire ont receu avec moi en la bataille pour ta loi essaucier, quar il sont mort pour l'amor de toi. Et tu vueilles eslaver les ordures de leur pechiez et ne suefre que la mort d'enfer ait en euls part. Envoie tes anges seur euls qui les ames enporteront et les ostent des painnes d'enfer et les metent en la grant clarté de paradis / si qu'il puissent avec toi et avec tes sainz martirs regner sanz fin, qui vis et regnes Dieus Peres et Filz et Sainz Esperiz per omnia secula seculorum. Amen."

 

  XL

  A ces paroles s'en issi l'ame dou cors le glorieus martir Rollant et fu portee des anges en la celestiele compaignie ou ele sera parmenablement par la merite de sa deserte et fu conjointe avec les sainz martirs.

 

  XLI

  Que vous diroie je plus? Endementiers que la beneuree arme de Rollant s'en issoit dou cors, je, Tourpins, arcevesques de Rains, celebroie messe des feus Dieu devant Monseigneur en la / Valee Charlon en la .xvi. kalande de juing, et fui raviz en esperit et oï chanz et sons moult douz en l'air et ne savoie que ce estoit, et montoient aus cieuls. Aprés ce oï je granz ullemenz d'ours et de lyons et de chiens et de pors et d'asnes, et glatissoient et demenoient grant noise, et estoient maligne esperit qui estoient chargiez de proie. Je leur demandai que ce estoit qu'il portoient, et il respondirent: "Nos portons le roi Marsille en enfer et toutes ses gens, et Michieus, li arcanges, avec ses anges emporte l'ame de vostre buisinier et de ses compaignons em paradis." Quant / je oi la messe finee, je ving a monseigneur le roy Charle et li dis: "Sire, sachiez que saint Michiel emporte l'ame de vostre neveu Rollant em paradis, et li deable emportent l'ame de Marsille et des siens en enfer, et li nostres sont sauf, mes je ne sai de quel mort il sont mort."

 

  XLII

  Endementieres que je parloie au roy sifetement, es vous Baudoin sus le cheval Rollant, son frere, et aportoit son cor et s'espee moult dolanz. Et Thierri vint aprés et nous conta la bataille et toute l'aventure, et coment il lessa Rollant gisant encoste le perron et si penoit a la mort. Lors conmença li / pleurs et li criz par tote l'ost et retornerent tuit. Premierement trovasmes Rollant mort gisant envers, et tenoit ses mains croisiees seur son piz. Li rois Charles se lessa cheoir seur le cors de si haut conme il estoit, a granz criz et pleurs et soupirs, et conmença ses poinz a tordre et ses cheveus a tirer et sa barbe a errachier et sa face a esgratiner a ses ongles et conmenc.a a plorer et a crier ensamble et dist:

 

  XLIII

  "Ahi! biau niés Rollant! Destre braz de mon cors! Enneur de France! Espee de joustice! Hante qui ne pot onques fraindre! Hauberc qui n'enpira onques! Hiaume de salut! Samblant de / bonté et de coustume a Judas le Machabé, a Sanson de force, a Saül et a Jonatas samblanz en mort! Chevaliers bien creanz, sages em bataille, forz seur les forz! Desfendierres de Crestiens! Murs de clers! Baston d'orfelins! Escuz de vueves dames! Viande et refections de povres et de riches, amours de chevaliers! Li sires d'armes! Relevierres et essaucierres de Sainte Eglyse! Langue qui ne sot onques mentir! Droituriers en jugement! Quens nobles seur François! Dus et mareschauz des olz qui contre Sarrazins chevauchoient! Pourcoi t'amené je morir en estranges contrees? Pourcoi te voi je ci / mort? Pourcoi ne muir je avec toi? Pourcoi m'as tu lessié vain et tristre derriere toi? Ha! las! que ferai je? Tu vives avec les anges! Tu aies joie en la compaignie des martirs et de touz les sainz. Sam fin plorerai pour toi ausi conme David plora et dolosa pour la mort son filz Absalon, et Saül et de Jonatas, ses bons amis. Tu t'en vas a Dieu et nous lesses ou monde. La sale de paradis t'est apareilliee, et nous remanons en vie de travail. Biau niés Rollant! tu ne nous as tenu compaignie que .xxxviii. anz! Vierges et chastes ies montez es cieus! De ce dont li mondes pleure pour toi, s'esjoïst la com/paignie des anges." Par itieus plains dolosa Charles Rollant son neveu tant conme il vesqui puis. Tantost fist li rois tendre son tref la ou Rollant gisoit, et li autre tendirent lor tentes ensement, cascuns leis sons ami Le cors Rollant fu tantost embaussumez de mierre, et d'aloés partout enoint, et fist en grant luminaire entour et son service hautement, mes ce fu a granz pleurs et a granz criz. Et fist en grant feu toute nuit par le bois, et chascuns quist son ami ou son parent, et firent fere leur service aus clers qui sivoient l'ost.

 

  XLIV

  L'andemain matin vindrent tuit armé ou champ ou la bataille avoit esté, si troverent leur amis, les / uns morz, les autres devorez, les autres qui vivoient encore mes a mort estoient plaié. Olivier fu trouvé gisant mort a terre envers, estendu en croiz, liez de quatre harz par mains et par piez a pieus en terre fichiez, et fu encisiez de coutiaus des les ongles des mains jusque aus ongles des piez, et touz ses membres estoient defroissiez de maces et de bastons. Dont leva grant pleur et grant cri que onques tel ne fu oï que chascuns fesoit pour son ami. Touz les monz et toutes les valees estoient plainnes de pleurs et de lermes et de criz et de doleur. Dont jura Charles qu'il ne fineroit tant qu'il avroit ceuls atainz qui ce avoient fet et eschapez estoi/ent. Tantost les sivi avec sa chevalerie et lessa ceuls a pié pour garder les morz. Charles chevaucha, et ses genz a cheval, et le soleil aresta ou ciel, et dist en que cil jourz fu aloigniez l'espace de trois jourz. Et trouverent les Sarrazins jouste l'iaue d'Ebre pres de Cesarraguste. Li un se reposoient, li autre menjoient. Li rois et ses genz leur corurent sus et les ocirent touz; si en y ot .iiii. milliers. Puis s'en revint li rois en Roncevaus et fist porter toz les morz et les navrez jusque la ou li cors Rollant gisoit. Guenes, qui fu a Marsille mesagiers, en ot grant blasme par l'ost. Charles fist enquerre s'il estoit voirs qu'il les eust traïz, et / fu seu et entendu qu'il les avoit venduz et traïz par Tierri, l'escuier, qui l'en apela de murtre, et il s'en deffendi par Pinabel, son neveu. Pinabel fu vaincuz et fu lors traïnez. Quant la verité fu seue et esclairiee, li rois Charles conmanda que l'en liast Guanelon le traiteur a iiii. chevaus par les .iiii. membres, et le traiiiast en en .iiii. contrees tant conme piece en porroit durer. Einsint morut Guanes de laide mort despite et vilaine.

 

  XLV

  Aprés ce, apareillierent les cors de lor amis pour emporter, li uns de mierre, l'autre d'encens, li autres de basme, li autres de sel, li autre en getoient fors les boelles / et les saloient. Li uns les emportoient em bieres de fust, li autre les portoient seur leur chevaus et seur somiers, li autre seur leur espaules, li autre entre leur mains, li autre les enfooient ilec en plorant, li autre emportoient leur amis en France et li autre jusque la ou il leur covenoit lessier pour la pueur; dont les enfooient par voie ça et la ou il venoient.

 

  XLVI

  En celui tans estoient deus cimetieres de haute digneté. Li uns estoit en Aleschans a Arle et li autres a Bordiaus, que Nostre Sires beneï par les mains de .vii. arcevesques. Li uns fu Maximiens, esvesque d'Es, sainz Tro/phins d'Arle, Paul de Nerbone, Saturnins de Tolose, Frontins de Pierregort, Martiaus de Limoges, Eutropes de Saintes. Moult de morz furent enfoïz en ces .ii. cimetieres, et cil autre qui furent mort devant Monjardin, en l'oratoire Charle.

 

  XLVII

  Rollant fu aporté en une litiere sus deus mulez et fu richement atornez, et vindrent jusque a Blaves. La fu Rollant honorablement enfoï en l'eglyse Saint Romain qu'il avoit edifiee et si y avoit mis chanoines ruilez. Durendal s'espee fu enfoïe a son chief, et a ses piez fu son cor mis qui d'ivoire estoit et si estoit croissuz. Puis fu Rollant en haut levé pour sig/ne de sa proesce. Et puis fu le cor d'yvoire aporté a Bordiaus en l'eglyse Saint Severin. Beneuree est l'eglyse Saint Romain de Blaives, et la cité meismes, qui tel oste ont hebergié. A Belin le chastel fu Olivier enfoï, Gondebuef li rois de Frise, Ogier de Danemarche qui rois estoit, Arestains, rois de Bretaigne, Garins, dus de Loorainne et meint autre. Beneuré est le chastel de Belin et la mere eglyse qui tant bons ostes ont hebergiez.

 

  XLVIII

  A Bordiaus, en l'eglise Saint Severin et ou cimetiere, est enfoïz Gaifier, rois de Gascoigne, Angelier, dus d'Aquitaigne et Lambert, roy de Boourges, Ge/liers et Gerins, Renaut de l'Aube Espine, Gautier de Termes, Guilliaume, Begues et avec euls .v. mile d'autres. Hoiaus, li quens, fu portez a Nantes sa cité. Quant cist furent einsint enterré, li rois, pour salut et pour redempcion de leur ames, dona x. mile onces d'argent et autretant de besanz d'or aus povres en la remembrance de Judas Machabieu. Et si dona la terre toute qui siet a .vi. liues environ a l'eglyse Saint Romain de Blaives, et le chastel et ce qui y apent, et la mer prochaine et ce qu'il y avoit, en franc aluef pour l'amour de Rollant. Et conmanda aus chanoines que d'ore en avant ne feissent ser/vice pour nul home fors tant seulement por l'arme de son neveu, de ses compaignons et de touz ceuls qui furent avec lui mort en Roncevaus, et chascun an, le jour de leur passion, revestissent .xxx. povres pour euls, et si leur donassent a boivre et a mengier, et .xxx. messes chantassent et .xxx. sautiers leussent et feissent plain service de morz en remembrance de ceuls qui furent ocis en Roncevaus et es autres batailles d'Espaigne. Li chanoine qui adont estoient, l'otroierent einsint, et jurerent a ainsint fere chascun an, et l'eglyse le creanta pour ceuls qui revendroient au service de l'eglyse. Et/ ainsint l'ont fet les uns aprés les autres.

 

  XLIX

  Aprés ce, li rois Charles atoute s'ost se parti de Blaives et s'en ala parmi Gascoingne et par Toulouse, et vindrent a Arle la cité. Et la trouverent il les Bergoingnons qui d'euls estoient departi en Roncevaus, et par Morlens et par Toulouse estoient venuz atouz leur morz et leur navrez qu'il portoient en litiere sus les chars avec euls pour enfoïr en Aleschans. En cel cimetiere fu enfoïz Estouz de Lengres et Salemons et Sanses, li dus de Bergoigne, Ernaut de Biaulande, Auberi le Bergoignon, Guimarz, Estourmiz, Othes, Thierriz, Yvoires, Bemarz de Nubles, Berengiers, Naimes / dus de Baviere et .x. mile d'autres. Costentins, li prevolz de Rome, en fu portez par mer a Rome enfoïr avec ses Romains et avec ses Puillois. Pour les ames de ceuls dona Charles .ii. mile mars d'argent et autant de besanz aus povres d'Arle et ailleurs.

 

  L

  Puis venismes a Vienne tuit ensamble, et ilec, pour les travaux et pour les painnes que je avoie eues, remés je, arcevesques Tourpins, pour sejorner, car moult estoie traveilliez en Espaigne. Li rois Charles, mes sires, qui moult estoit afebloié pour les travaus qu'il avoit euz, s'en rala a Paris, et ses genz avec lui. Dont asambla il de ses esvesques et de ses barons et / par leur conseil s'en ala a Saint Denis et rendi graces a Dieu et a saint Denis qui force et pooir li avoit doné de souzmetre a soi la loi et la terre des Sarrazins. Dont dona a Saint Denis toute France en alue ausi conme saint Pol et saint Climent li aposteles li avoient einçois donee. Et conmanda que touz les rois de France et les esvesques qui estoient venu et a venir, fussent obeïssant a Dieu et a saint Denis, et que nus rois de France ne fust coronnez d'ore en avant sanz son asentement, ne evesque ne fussent a Rome receu ne dampné. Aprés ce, quant il ot moult doné, si conmanda li rois que chascuns qui tenoit meson en France / donast quatre deniers a l'edifiement de l'eglise. Dont s'estut li rois devant le cors saint Denis et pria pour touz ceuls qui ces .iiii. deniers donroient d'ore en avant, et pour touz ceuls qui leur païs avoient lessié et avec lui s'en estoient alé en Espaigne combatre aus Turs et avoient deservi par leur martire la corone des cieus, et si dist: "Sire saint Denis, je vous conmant l'ame de Rollant mon neveu et de touz ses compaignons. Vous qui estes en France nostre avoez de la loi crestienne, soiés avoés de leur ames vers Dieu Nostre Pere. Sire saint Denis, toute enneur terrienne vous ai rendue, et ore pren je congié a vous." II se leva / et issi dou moustier lermoiant et touz li pueples plorant qui le conveoient a Paris. La nuit aprés aparut saint Denis au roy en avision et li dist: "J'ai prié pour trestouz ceuls qui donront quatre deniers a m'eglyse chascun an, et pour Rollant ton neveu et pour touz ses conpaignons requis pardon de touz leur pechiez a Nostre Seigneur, et il le m'a otroié dou tout." L'endemain le raconta Charles devant les genz. Puis avint que qui donnoit les .iiii. deniers de bon cuer et de bon gré, qu'il estoit apielés "frans Saint Denise" pource qu'il estoit frans de touz autres services par le conmandement le roi Charle, et par ce si furent touz apielé "François" et / la  terre Franche," qui devant estoit apelee "Gaule." Puis s'en ala li rois a Ais la Chapele et fist iluec faire les bains d'iaue chaude et bien atrempee. Et fist fere l'eglyse Nostre Dame Sainte Marie a Ais, et l'aorna d'aornemenz d'or et d'argent, et la fist peindre d'estoires anciennes et del nouvel testament et dou viez. Et son palés meismes fist peindre de toutes les batailles qu'il avoit fetes en Espaigne et ailleurs et fist aprés peindre le pooir des .vii. arz tout.

 

  LI

  Gramaire fu premiere fete qui est mestresse de toutes les .vii. arz et qui nous demoustre et enseigne coment en doit / escrire les figures et asambler. Par cest art sont li clerc adroit lisant et entendant es eglyses et ailleurs, et par ce sevent il entendre ce qu'il lisent, car sanz gramaire aprendre ne puet nus savoir clergie.

 

  LII

  Aprés est musique qui les clers enseigne et aprent les divers chanz a chanter. Et par tel art est le service Dieu moult embeliz. Et fu trouvee par voiz d'anges; et par li esperons nous les nostres voiz estre comparees a celes des anges qui devant Dieu chantent.

 

  LIII

  Dialetique est aprés qui les clers enseigne a desputer l'un a l'autre et connoistre / le voir dou faus et le faus dou voir et le bien dou mal.

 

  LIV

  Rectorique est aprés qui nous enseigne a droit parler et par beles paroles, et rent lais et clers bien parlanz et belement et as haus et as bas.

 

  LV

  Geometrie est aprés qui nous enseigne les mons et les valees a mesurer, et les hauz et les bas, et toutes les amples terres. Et par la furent contees et devisees premierement les luies d'un leu a autre.

 

  LVI

  Arimetique est aprés qui nous enseigne le pooir de conter. Qui bien justement le set, si doit savoir quantes pierres il a en une haute tour et quanz / grains il a en .i. muy de blé.

 

  LVII

  Aristologie est aprés qui devise le pooir et le cours des estoiles et enseigne les choses qui sont a venir. Et si enseigne les cheances et les mescheances des rois et des autres genz. Et chascune de ces .vii. arz a une fille souz soi desqueles fusique est une qui fet connestre les maus.

 

  LVIII

  Aprés ce ne mie lonc tans, si fu conmise a moi la mort mon seigneur Charle par verais signes; et oez conment! Je, Tourpins, arcevesque de Rains, si conme je estoie a Vienne .i. jour dedenz l'eglyse devant l'autel, si fui raviz ausi conme en esperit. Je disoie mes prie/res a Dieu et estoie en cestui siaume dou sautier qui conmence: "Deus in adiutorium." Lors si oï compaignie de chevaliers passer devant moi et s'en aloient vers Loorainne. Quant il furent presque touz passez, si en y choisi .i. plus noir d'un Mor, et aloit moult ensus des autres. Je li demandé: "Ou alez vous?" "Nous alons", dist il, "a Ais la Chapele a la mort Charle pour l'ame aporter en enfer se nous poons." Je dis a celui: "Je te conjur de par le non dou grant Dieu qui vit que quant tu et ta compagnie avroiz fet, que vous revenez par moi." Dont s'en alerent si tost que a painnes oi je finé le siau/me que je disoie quant il furent revenu. Je dis a celui a qui je avoie parlé premierement: "Dites moi que vous avez fet." Cil respondi: "Neent; car Jaques li apostres le nous a tolu, car il mist em balance tant de pierres d'eglise qu'il avoit fondees, et tant de bos et tant d'aornemenz d'or et d'argent, que plus poise son bien que son mal, et pour ce l'enporte saint Jaque et le nous a tolu." Donques s'en alerent. Ainsint soi je certainement la mort Charle a ce jour et que s'ame estoit portee es cieus par l'aide saint Jaque. Car le jour meismes que je parti de lui a Vienne li avoie je prié que, se il pooit estre, qu'il y envoiast cer/tain message de l'eure et del jor de sa mort s 'il moroit ains de moi, et ausi m'avoit il requis que se jou moroie aim de lui que jou li feisse a savoir. Par ce recorda mesire quand il giut el lit de la mort de ce que je li avoie requis, et commanda i. cavalier de sa maisnie ançois qu 'il morust que, tantost qu 'il seroit ensevelis, le me venist dire. Qu 'en diroie je plus? .xv. jors apriis sa mort seu je par cel mesage que des lors qu'il parti d'Espaigne amaladi li rois et fu morz ou jour et en l'eure que je oi veue l'avision de lui, si fu en la quinte kalande de fevrier, en l'an de l'incarnacion Dieu le Pere .viii. c. et xiiii. et fu enfoïz en l'eglyse ma dame Sainte Marie la Reonde a Ais la Chapele qu'il avoit fondee et edifiee. Je, Tourpins, oï deviser et soi les signes qui estoient avenuz devant et si furent tel:

 

  LIX

  Le soleil et la lune par .vii. jourz furent continuelment nerci et mué. Ses nons qui fu escriz et painz a or musique sus le chancel de l'eglyse par soi meismes esfaça. Ii porches qui estoit entre la sale et la / chapele par ou en aloit a l'eglyse chaï le jor de l'Acenssion devant sa mort. .I. pont de fust qu'il avoit fet fere et haut et grant a Maience par .vii. anz s'en ala touz aval l'iaue. Devant le roy meismes, si conme il s'en aloit d'un leu en autre, oscurci et atenebri li jourz, et une flambe passa devant lui et vint vers destre et passa a senestre. Ii rois en ot tel poour qu'il chaï de son cheval d'une part et li resnes qu'il tenoit kaï d'autre part. Si chevalier I'en releverent. Et puis que cil signe avindrent, ne vesqui il pas granment. Bien puet en savoir, et je bien le sai, qu'il est en la ce/lestiele compaignie, et par lui savons nos que grant aumosne et haute et bele est de sainte eglyse fere edefier.

 

  LX

  Bons est li biens que nous vous racontons i . grant miracle que Dieus fist por Rollant et pour sa priere a sa vie. Rollant,avec grant plenté de gent, avoit asis Granopole et y fu a siege bien .vii. anz. .I. jour li vindrent nouveles que li rois Charles, ses oncles, estoit asis de Sarrazins en une tour a Nourmaise en la contree de trois rois, de Gandlois et de Sesnes et de Frisons et d'autres genz assez. Charles, a cel tans que je di, manda Rollant son neveu / qu'il le secoureust et delivrast. Rollant fu moult angoisseus de son oncle secourre et moult dolenz estoit quant ainsint li couvenoit lessier le siege ou il avoit tant sis et tant traveillié et pené, et volentier l'eust mise a la loi crestiene. Moult doit estre bien partout loee la valeur de Rollant et bien doit on ouvrer si conme il ouvra et la et ailleurs. Par trois jourz et par trois nuiz fu il la en oroisons qu'il ne menja ne ne but se pou non, et apela Deu en s'aide et dist: "Sire Dieus! qui en trois parz trenchas la Rouge Mer et conduisis parmi le pueple Israël et  tre/buchas le roy Pharaon en cele mer avec toute s'ost! Sire Dieus! qui les murs de Jericho feis cheoir par le son des buisines sanz ce que nus les atouchast! Sire Deus pieus et verais! destrui les murs et abat de ceste cité par ta poissance et destrui la gent paienne qui ne te croient, ou tu fez qu'ele soit convertie a ta loi et sachent qu'il n'est dieu fors Toi!" Que diroie je plus? Par la volenté Nostre Seigneur, avec la priere de Rollant, fondirent li mur de Granopole et li paien furent pris et achetivé et mort, et li auquant furent baptisié. Rollant avec sa gent ala au secours Charle et le delivra et osta des mains aus Sarrazins. /

 

  LXI

  Tourpins, li bons arcevesques, martir Nostre Seigneur, aprés la mort Charle vesqui moult petit et demora a Vienne tant que par les doleurs et par les painnes que il avoit eues en Espaigne si amaladi et morut moult belement et fu enfoï d'autre part le Rosne devers France vers oriant en une eglyse. Ses cors i fu trovez au tans ui, ensepeli en .i. moult biau sarqueu et moult riche, et estoit vestuz de moult biaus aornemenz conme arcevesques. D'ilec fu il ostez et aportez en une autre eglyse en la cité, et la est il encore et a la coronne des cieus, ce savons nos bien car il l'aquist en terre et devons bien croire que cil qui reçurent / martire en Espaigne et en Roncevaus sont coronné devant Dieu. Charles, Tourpins: pour ce s'il ne furent ocis en Espaigne ne sont il mie mains parçonnier de la gloire Dieu, car li apostres dit que se il furent compaignon en paines ausi sont il compaignon en desertes. Rollant: cist moz nous dit autretant conme "rolles de science." Oliviers senefie "ber et verais escuz de misericorde," car il fu sages et hardiz et frans et deboneres seur touz. Charles senefie "lumiere de char," car il fu seur touz rois posteiz et sires deseur touz aprés Dieu tant conme il dura. Tourpins senefie ausi conme "turcoples ": sages et douz / et biaus, car ledes oevres haoit et vilainnes paroles durement, et moult amoit Dieu et cremoit. En la xvi. kalende de juignet est leur anniversaire. Adont doit en fere plenier servise pour euls des mors, et non mie tant seulement pour euls mes pour touz ceuls qui en Surie et en Grifonnie et en Espaigne et ailleurs sont mort pour l'enneur Dieu avancier.

 

  LXII

  Ci poez vous savoir et oïr coment il avint en Espaigne aprés la mort Charle. Uns granz sires que l'en apeloit l'aumaçour de Cordres vint avant et dit qu'il voloit avoir toute la terre que Charles avoit tolue aus Sarrazins. Dont asam/bla ses olz et ala toute la terre degastant par Espaigne ça et la et vint jusques a monseigneur Saint Jacque et prist et roba quanque il trova en l'eglyse, et livres et galices et dras de soie et toute rien, et firent el moustier estables a leur chevaus et firent leur besoignes partout vilainement par coi l'une partie de ceuls covint morir, car pardesouz leur sailloit le sanc et les boelles par le conmandement saint Jacque et li autre avugloient. Qu'en diroie je plus? Li aumaçours meismes fu entrepris d'autretel maladie et fu avuglez, mes par le conseil d'un prestre de l'eglyse conmença a apeler l'aide Dieu et dist: / "Dieus des Crestiens! Deus Sainz Peres! Deus seur toutes choses! se tu me renz santé, je ne mesferé jamés riens encontre toi et renoierai Mahonmet mon dieu, ne jamés ou mostier Saint Jaque rapine ne ferai. Ha! saint Jaque, qui si granz sires ies! Se tu me renz santé, je te rendrai tout ce que je t'ai robé, et mes genz ausi." Aprés ce xv. jourz fu touz gariz et rendi a double ce qu'il i avoit pris, et aus eglyses et aus genz ausi. Et issirent de la cité, et dist li amiranz que li Dieus aus Crestiens estoit seur touz les deus poissanz, et saint Jaque estoit de haute merite. Li aumaçours s'en ala en Espaigne gastant tant qu'il vindrent a une vile qu'en apele Ozius ou il avoit une egli/se de saint Romain qui moult estoit richement aornee de vessiaus d'or et d'argent et de pailes. Li amirauz et ses genz roberent quanqu'il y troverent et tout gasterent. Et quant hebergié se furent, uns dus de sa mesniee entra ou mostier Saint Romain et vit les coulombes de pierre riches qui soustenoient les maisieres et qui avoient les chapitiaus dorez. Par couvoitise prist cil i. coing de fer et le feri entre les jointures. Et si conme il le feroit a force enz a i. mail de fer pour l'or avoir dou piler, par la volenté de Dieu et de saint Romain devint pierre li chevaliers et est encore en semblance d'ome ilueques, et est encore d'autel couleur / conme sa quote estoit au jour qu'il devint pierre, et dient li pelerin qui l'ont veue que ele est de male oudeur et si put. Quant li aumaçours le vit, si dist: "Certes, moult fet a honorer et a douter le Dieu aus Crestiens et li saint qui aprés leur mort se vengent si malement de leur anemis. Jaques Sans Teste me toli avantier les eulz; Romains, cist autres, m'a fet une pierre d'un de mes chevaliers. Mes Jaques est plus deboneres que cist Romainz, car Jacque me rendi santé et clarté, et cist Romains ne me veult rendre mon home. II n'i a plus, mes fuions nous en de ci." Lors / s'en parti li aumaçors et toutes ses genz, ne onques puis en la contree saint Jaque ne retorna ne onques puis nus Sarrazins ne li osa mal fere.

 

  LXIII

  Si conme l'estoire le dit et aferme, Julius Cesar envoia Nubiliens, Escors, Cornualois pour Espaigne conquerre pource qu'il ne li voloient rendre treu. Et conmanda qu'il tuassent touz les homes et aus fames ne feissent nul mal. Quant il furent venuz en Espaigne et il furent armé, si despecierent et ardirent toutes leur nés a Baionne et essillierent la terre toute jusques a Cesaraguste. Mes il ne porent aler avant car cil du païs s'asamblerent et les vainquirent et les cha/cierent hors dou païs et assez en ocirent. Cil qui s'en foïrent s'en alerent sus la mer entre Nasres et Panpelune et Baione en la terre de Biscaire et d'Alerne. Et la firent moult forz chastiaus et ocirent les homes et prirent lor fames dont il orent puis enfanz. Cil enfant aprés leur peres furent apelé Navars et ce sont cil de Navarre, et dist autretant Navars conme "nons vrais" pource qu'il ne furent pas estret de droit lignage. Nadavre fu une citez qui fu en Aufrique et y preescha saint Mahius l'apostre. Et de cele cité Nadavre si ont encor non cil de Navarre et avront toutjourz car cil qui les enchacierent les nomerent einsint. Ci faut et fine l'estoire Charlemainne.

                              -----------------------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Culture Codex

  home

                                                                       14/01/2013

delhommeb at wanadoo.fr