Codex Calixtinus (Guerry) : contenu

 

                                                                       

 

  3. LE CONTENU DU LIBER ..............................................................................

  3.1. SURVOL DES CINQ LIVRES .....................................................................

  3.1.1. Lettre du pape Calixte .................................................................................

  3.1.2. Livre premier ..............................................................................................

  3.1.3. Livre II ou Livre des Miracles ....................................................................

  3.1.4. Livre III ......................................................................................................

  3.1.5. Livre IV ou « Histoire de Charlemagne et de Roland par l’archevêque Turpin » ...

  3.1.6. Livre V (anc. IV) ou « Guide du pèlerin » .................................................

  3.1.7. La suite .......................................................................................................

                                     -----------------------------------------------

 

  3. LE CONTENU DU LIBER

 

  Comme le dit bien Gicquel (op. cit., p. 18), le Liber n’a pas été écrit pour être lu page après page, mais consulté au besoin, quotidiennement, psalmodié peut-être pendant les repas en commun des moines. Cela apparaît clairement en détaillant la structure de ce livre.

 

  3.1. SURVOL DES CINQ LIVRES (1)

 

  Les récits qui nourrissent les messes, miracles, passions, translations, etc. qui composent le Liber Sancti Jacobi étaient vraisemblablement des légendes locales qui furent rassemblées par le Scriptor I, le rédacteur du livre (2).

 

  Ainsi, comme le propose Denise Péricard-Méa dans sa postface à La Légende de Compostelle (de Gicquel, op. cit., p. 635), il conviendrait, lorsque l’on parle du pèlerinage de saint Jacques au Moyen-Âge, de se référer non pas au seul Codex Calixtinus mais à la "Légende de Compostelle" dans sa large acception.

 

  (1) Sur la structure du Codex, cf. Moisan, op. cit., pp. 27-36.

  (2) Des versions antérieurs de certains récits ont été remarquées dans des manuscrits antérieurs. Cf. Gicquel, op. cit., "Appendices", pp. 659-746.

 

  3.1.1. Lettre du Pape Calixte

 

  La lettre qui ouvre le livre occupe le recto et le verso des deux premiers folios. L’auteur, qui se dit être le pape Calixte II, raconte comment il collecta de nombreux témoignages au sujet des bienfaits de saint Jacques, "parcourant les terres et les provinces barbares pendant 14 ans" (1). Il explique aussi que le manuscrit résista à tous les périls possibles : incendies, noyades, etc.

 

  La lettre est notamment adressée "à la très sainte assemblée de la basilique de Cluny" et à "Diego, archevêque de Compostelle" (2) ; nous verrons que cette dédicace a une grande importance par rapport au climat politique qui sera évoqué au point 3.2.

Calixte conclut ainsi : "quiconque aura [...] ridiculisé [...] ou osé critiquer les choses contenues dans ce livre, soit anathème [...]". (3)

 

  (1) Gicquel, op. cit., p. 213.

  (2) Gicquel, ibid.

  (3) Gicquel, id., p. 216.

 

  3.1.2. Livre premier

 

  Le premier livre début au verso du deuxième folio (juste après la lettre) et s’interrompt au recto du folio 139.

C’est le plus long livre du Codex ! Les premiers feuillets sont occupés par la table des matières (avec ses trente et un chapitres). Ensuite viennent les sermons (vingt chapitres), qui contiennent des indications de lecture pour les messes, avec les dates de celles-ci. Puis, trois chapitres forment l’office, toujours avec des indications spéciales pour chanter les messes à certaines dates, comme le 25 juillet par exemple, qui est avec le 30 décembre une des deux fêtes en l’honneur de saint Jacques. Des portées (en notation médiévale) accompagnent cet office et le missel qui les suit sur sept chapitres. Le supplément qui suit (composé de textes avec notations musicales) forme le dernier chapitre du livre. Notons que la plupart de ces pièces sont dites créées par Calixte II, mais que certaines sont attribuées à d’autres auteurs, comme Aymeric Picaud par exemple.

 

  Le thème principal de toutes ces pièces est la Passion ou Vie de l’apôtre, la façon dont il a été touché par la grâce de Dieu... Il en existe deux versions : une petite et une grande qui diffèrent quelque peu dans les détails. Tous ces sermons, offices, homélies et autres sont les éléments essentiels d’une messe. Le prêtre de Compostelle n’avait plus qu’à se référer aux bons chapitres (pour les dates particulières) ou à composer lui-même sa messe en empruntant un texte (ou un chant) à chaque section, comme un jeu de Lego sacré...

 

  Extraits du livre premier :

"Sachez-le, bien chers frères, de même qu’il est malhonnête pour un homme qui va manger à la table d’un roi terrestre de s’en approcher avec des vêtements souillés, de même il est honteux pour une âme chrétienne de venir à la célébration d’un tel apôtre [Jacques] avec des impuretés quelconques". (1)

"Que l’heureux peuple de Dieu, dans toutes les églises, / Apporte dévotement les offrandes de ses louanges au Christ / [...] / Devenu par amour ardent son officier / Au bord de la mer de Galilée, Jacques / Laissa pour lui son père, son bateau, ses filets, / [...] ". (2)

 

  (1) Gicquel, op. cit., dans le deuxième chapitre de la deuxième partie, p. 227.

  (2) id., un office du chapitre XXIII, p. 406.

 

  3.1.3. Livre II ou Livre des Miracles

 

  Le deuxième livre est le Liber miraculorum, le livre des miracles. Ce livre, qui va du verso du folio 139 au verso du folio 155 (et qui est donc l’avant-dernier dans l’ordre de grandeur), comporte lui aussi un prologue (appelé "argument") de Calixte et une table des matières. Le Liber miraculorum représente la suite logique du premier livre : en effet, il est courant, dans les hagiographies (c’est-à-dire les écrits sacrés au sujet des saints), de faire suivre les messes consacrées à l’apôtre par les récits des miracles provoqués par cet apôtre.

 

  Les miracles sont au nombre de vingt-deux et sont tous situés précisément dans les régions décrites ou évoquées par le livre V (le Guide). Les récits des miracles semblent avoir été récoltés, si ce n’est en même temps, au moins par la même personne que les indications topographiques du Guide.

On y trouve, par exemple, "De l’évêque que saint Jacques [...] préserva de la noyade" (chapitre VIII) ou "De Bernard que l’apôtre fit sortir admirablement de la prison" (chapitre X), etc.

 

  3.1.4. Livre III

 

  Le troisième livre - folios 155v à 162v - est le plus petit (quatre chapitres) et débute également par un prologue et un sommaire. Il clôt la suite hagiographique habituelle Passion - Miracles - Translation. En effet, ce livre traite du déplacement du corps de Jacques de Jérusalem à Compostelle, ce qui est appelé, en latin, la Translatio (le "transport").

 

  Comme le livre I, qui raconte une petite et une grande Passion, le livre III présente une Translatio magna et une Translatio modica qui elles aussi diffèrent, mais sur des points peu essentiels. Le livre est clos par l’ordonnance des fêtes consacrées à saint Jacques.

 

  3.1.5. Livre IV ou "Histoire de Charlemagne et de Roland par l’archevêque Turpin"

 

  Ce livre, de nouveau placé sous le patronage invraisemblable d’un personnage illustre (voir point 3.3.) n’était à l’origine pas numéroté et le Guide était, lui, numéroté "Liber IV". Cependant, les copies anciennes (celles de Ripoll et d’Alcobaça) permettent d’attester sa présence dans le Codex à cet endroit précis.

 

  Ce livre, bien plus petit que le premier, est néanmoins le deuxième du Codex en taille (folios 163 à 191, vingt-six chapitres). Cette Historia Turpini ou Chronique de Turpin ou encore Pseudo-Turpin (à cause de son prétendu auteur) est le récit de la conquête de l’Espagne par Charlemagne, face aux Maures et avec l’aide de saint Jacques, dans le style typique des romans épiques de l’époque. Cette histoire, avec le guide de voyage qui le suit, a été écrite vraisemblablement pour rendre la "propagande divine" de saint Jacques accessible à un plus grand nombre d’ouailles. D’ailleurs, "Calixte" l’exprime clairement dans son incipit au Liber : "Ainsi cet opuscule (sic) a-t-il été manifesté à tous, pour apporter de grands bienfaits aussi bien à ceux qui sont habiles en l’art des belles-lettres qu’à ceux qui ne le comprennent point". (1)

 

  (1) Gicquel, op. cit., p. 214.

 

  3.1.6. Livre V (Anc. IV) ou "Guide du Pèlerin"

 

  Ce livre (troisième en taille, folios 192 à 213, onze chapitres), à l’origine titré Livre IV, est donc le cinquième livre du Codex. Ce fut la première section du Liber qui fut traduite en 1938 par Jeanne Vieillard (op. cit.), traduction qui eut un succès retentissant (1).

 

  Comme le reste du Liber, le lire page après page est une tâche ardue, mais renseigne bien sur certains des itinéraires de pèlerinage utilisés depuis toujours et, depuis la publication du Guide du pèlerin, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

  Il est par contre amusant de lire certains passages comme les chapitres des "fleuves bons et mauvais sur la route" (chapitre VI) ou des "contrées traversées et des mœurs des habitants" (chapitre VII)... On y voit que dans ce monde moyenâgeux, les préjugés ont la vie dure et que les quolibets sont fréquents pour les voisins, même quand ceux-ci parlent la même langue. Mais sous cet aspect réellement comique pour le lecteur moderne se cachent des indices précieux sur le rédacteur du texte, et nous en parlerons au point 3.3.

 

  (1) Péricard-Méa (Denise), "Postface" in Gicquel, id., pp. 642 et 645.

 

  3.1.7. La suite

 

  Au Codex furent ajoutés, au fil du temps, différents suppléments (qui occupent quarante-deux folios) : des hymnes avec notation musicale surtout, attribués à divers personnages, provenant en majorité de Vézelay ou Cluny, dans le sud-ouest de la France. Détail d’importance.   

                                                               -----------------------------------------

   

  page suivante

  retour à Codex Calixtinus (Guerry)

                 Q.Culture Codex

              

                                                          delhommeb at wanadoo.fr - 12/09/2006