Témoignage (Lucien)

 

                         Les Chemins de St-Jacques, un éco-musée du XXIème siècle ?

 

  Jean-Marc   Accueil chrétien de St-Privat d'Allier   jmlucien@accueilstprivat.com  

  http://www.webcompostella.com/Les-Chemins-de-St-Jacques-un-eco-musee-du-XXIeme-siecle_a439.html

 

  Le chemin de St-Jacques de Compostelle - histoire et culture d'un chemin

 

  Invité depuis deux ans à de multiples réunions organisées entre Collectivités Territoriales, Offices du Tourisme, professionnels du tourisme vert (hôteliers et chambres d'hôtes), Associations Jacquaires, et en même temps ancien pèlerin de St-Jacques et accueillant sur la voie du Puy en Velay, j'ai pu m'apercevoir de la nouvelle approche qui se fait jour quant à l'accueil du marcheur et la manière de présenter le chemin de pèlerinage vers Santiago.

 

  Plusieurs symboles forts ont attiré mon attention, voire mes inquiétudes:

- Le chemin s'appelle aujourd'hui "chemin de Compostelle", ce qui ne veut rien dire en soi !

- On ne parle que du passé du pèlerinage, l'histoire, la culture, les vieilles pierres et les monuments, les légendes…

- Plusieurs fois, je me suis entendu dire que ce chemin devait être réservé à ceux qui avaient les moyens de se le payer…

- La volonté exprimée des hébergeants, municipalités et autres, de profiter de la "manne"…

- L'affirmation de voir en Finistère le bout du chemin, plutôt que le tombeau de St-Jacques.

 

  Le chemin de St-Jacques est devenu une affaire commerciale comme d'autres lieux mythiques de nos civilisations, comme l'Ile de Pâques ou les sanctuaires Mayas. Tout se passe comme si la volonté était de montrer l'histoire du pèlerinage à St-Jacques de Compostelle comme l'histoire des chouans en Vendée ou la vie et la mort des cathares… Moyennant monnaie sonnante bien sûr…

 

  Quand il s'agit de l'histoire de la voiture ou de la mine, on appelle cela un éco-musée; et c'est bien ainsi que certains (nombreux) voudraient voir l'avenir de notre pèlerinage ! Avec de temps en temps, le passage folklorique d'un ou deux pèlerins en tenue, histoire d'animer le décor…

  Je verrais bien d'ici à quelque temps un parc d'animation "les Pèlerins de Compostelle", genre Disney ou Puy du Fou, installé au Sauvage, qui deviendrait le point de départ d'une vaste visite historique le long du GR 65, qui s'exonérerait du Puy en Velay (trop religieux), éviterait St-Côme d'Olt (un couvent… !), contournerait Conques (le tympan du jugement dernier serait trop suggestif !), pour s'attarder à Figeac ou Cahors (le vin), ou sur les spécialités culinaires du Gers et du pays basque, les chasses aux loups et aux ours en Espagne, tout cela dans un beau décor naturel, que l'on parsèmerait de coquilles et de sculptures contemporaines de pèlerins en bois et en métal…

  Cela vous fait sourire ? – Vous avez tort, car j'ai entendu ce discours (ou du moins très proche) dans la bouche d'élus pas si loin de nous…

  Les chemins de St-Jacques éco-musée du pèlerinage: une réalité sans doute très proche…

 

  La réalité du pèlerinage aujourd'hui

 

  La réalité du chemin est toute autre. Depuis deux ans et demi que j'accueille marcheurs et pèlerins (quelle différence ?) à St-Privat d'Allier, dans la maison familiale, pour le terme de leur première étape depuis le Puy en Velay, plus de 2800 d'entre eux se sont arrêtés chez moi. Sur les 20 000 qui, bon an, mal an sont passés devant la maison au cours de la même période, cela représente un bon pourcentage de témoins.

  Je n'ai pas rencontré ces marcheurs de l'histoire en mal de voyeurisme culturel ni ces amoureux de vieilles pierres prêt à dépenser des fortunes pour marcher au long cours sur un chemin d'histoire !

  J'ai croisé et reçu des êtres humains, de tous les pays du monde, de toutes les cultures, de toutes les croyances et non-croyances, des sereins, des inquiets, certains ouverts au partage, d'autres fermés comme des murs…qui se sont effondrés en larmes au matin à l'instant du départ… !

 

  Avec mon épouse et notre fils, nous avons ouvert notre maison à des personnes formidables, en marche vers… elles-mêmes d'abord; en quête d'un sens à leur vie, parfois à la suite d'épreuves lourdes, parfois simplement sur un appel reçu au fond de leur cœur, mais en tout cas en recherche consciente ou non SUR le Chemin de St-Jacques.

 

  Ce premier pas sur le chemin n'étant jamais un hasard, jamais innocent et notre rencontre toujours riche d'échange, d'amitié et d'expérience partagée avec humilité. Comme une petite pierre déposée sur le chemin de celui qui a frappé à notre porte pour lui permettre de bâtir au long de son cheminement, l'homme nouveau qu'il sera après avoir atteint le tombeau de l'Apôtre.

 

  Le pèlerinage vers le Tombeau de l'Apôtre - Quel avenir ?

 

  Non, décidément, ce chemin n'est pas comme les autres; ce chemin EST le pèlerinage vers St-Jacques, comme hier et comme demain il le sera toujours.

  Pèlerinage qui transforme celui qui part avec ou sans Foi, mais arrive toujours rempli des Grâces essentielles dont il a été couvert pendant son cheminement, et qu'il a su voir et accepter.

  Pèlerinage qui rappelle à l'homme à chaque minute de sa marche qu'il n'y a pas qu'une dimension horizontale dans l'existence, mais que la verticalité de l'espérance est toujours là pour celui qui prend le temps de marcher au rythme de ses pas, de jeter sa carapace sociale aux orties du chemin, de s'ouvrir à l'autre avec humilité, de lâcher prise et d'accorder sa confiance à la Providence de la Foi.

 

  C'est pour cela que, depuis deux ou trois ans, de nombreux accueils chrétiens ouvrent leur poste malgré la volonté parfois virulente de ceux qui voudraient juste le PROFIT du chemin. Couvents, presbytères, abbayes, communautés laïques, simples familles, sont de plus en plus nombreux à offrir cet accueil de l'autre en chrétien, et c'est le signe fort du renouveau de cette conscience de la dimension spirituelle d'un pèlerinage indispensable à l'homme qui veut rester debout.

 

  Il faut que le monde sache que notre Chemin de Pèlerinage demeure, qu'il y prime la recherche et la découverte pour chacun de son âme, de sa vérité spirituelle et de l'amour du prochain et de son Créateur, et que nulle œuvre humaine, fût elle "patrimoine mondial", ne peut ni ne pourra remettre en cause ce que la Foi et le Christ ont un jour bâti quelque part à l'ouest, dans ce champ d'étoiles qui continue d'attirer vers lui et vers le tombeau de St-Jacques des milliers d'êtres humains, libres et vivants et heureux de l'être.

 

  Et que parmi ces pèlerins, certains viendront s'installer à leur tour sur le chemin pour accueillir l'autre…

 

     retour à Q.Culture Spiritualité

                                                                       16/06/2011

delhommeb at wanadoo.fr