Meunier (Père Michel) : L’accueil des pèlerins

et la prière à St Jacques de Compostelle

 

 L’accueil des pèlerins et la prière à St Jacques de Compostelle

 

Voici mon petit témoignage de pèlerin et de prêtre, resté seulement 4 jours à Compostelle, ainsi qu’une prière, à la fin.

 

Je me permettrai d’y ajouter mes suggestions pour que cet accueil soit amélioré, comme le doyen-archiviste de la cathédrale, le Père José Maria Diaz Fernandez, me l’a demandé. Sans prétention, car je n’ai certainement pas vu tout ce qui se faisait déjà, et je ne connais pas les contraintes auxquelles ils doivent faire face.

J’ai eu la chance, plus la grâce, de rencontrer le doyen tout de suite à mon entrée dans la cathédrale. Il parlait  français et m’a accueilli très fraternellement.  Il a accepté tout de suite de m’aider à organiser des rencontres de partage pour les francophones qui souhaitaient mettre en commun l’expérience qu’ils avaient vécu sur le chemin. J’ai été touché aussi par cette demande de recevoir mes suggestions  pour améliorer l’accueil à Santiago. Osons donc quelques propos. Nos frères espagnols verront bien ce qu’il y a à retenir…

 

A l’office d’accueil des pèlerins, à coté de la cathédrale.

Un beau travail se fait bénévolement, grâce à une équipe de jeunes adultes hospitaliers.

Tout pèlerin est bien accueilli, souvent dans sa langue. Il reçoit la compostela (sur vu de la crédentiale), certificat qu’il a bien effectué le pèlerinage. Les pèlerins y sont très attachés.

Il reçoit aussi tous les renseignements dont il a besoin pour son séjour à Compostelle. Il y apprend malheureusement qu’il n’y  plus d’albergue (gîte) dans Compostelle, et qu’il lui faut donc repartir vers l’entrée de la ville… dur ! Mieux vaudrait prévenir plus tôt…

Suggestions :

-  Que les documents intéressants qu’ils ont rédigés pour les pèlerins, pour présenter spirituellement la cathédrale, et ce qu’ils leurs proposent  pour réfléchir ou prier, soient traduits en plusieurs langues (textes "la visita a la catedral de Santiago" et "actividades al servicio de los peregrinos").

-  Si c’était possible, transformer l’entrée au rez-de-chaussée en lieu plus convivial où les pèlerins pourraient boire un verre…

-  Mettre à jour et enrichir leur site Internet. C’est une vraie porte d’entrée pour bien des pèlerins.

 

La messe des pèlerins chaque jour à 11h.

 

Un grand moment pour eux après cette longue marche. Tous, venant de tant de pays et régions d’Espagne, croyants ou non, y viennent.

Le chant de la religieuse qui anime est aussi très apprécié, ainsi que les chants choisis (dans le répertoire de Taizé ou latin). De même la présidence du doyen.

 

Temps d’attente de la messe.

 

Ils arrivent tôt pour avoir une place. Une très courte répétition de chants a lieu.

Suggestions :

- Développer nettement cette répétition de chants, car elle permet à un cœur, une âme commune, de se former et de se préparer à célébrer ensemble.

- Donner à l’entrée de la cathédrale une feuille avec les chants et leurs traductions, ainsi que les lectures du jour traduites dans 4 langues. On pourrait aussi y ajouter des explications sur certains moments de la célébration. Donner aussi, bien sûr, la feuille de présentation spirituelle de la cathédrale dans les principales langues.

- Accueillir particulièrement ceux qui ne se reconnaissent pas chrétiens, en les remerciant  d’avoir bien voulu participer à notre prière. Donner une ou deux explications sur ce que vivent les chrétiens lors d’une messe.

- Serait-il possible d’arrêter, pendant la messe, la circulation dans la nef et à la statue de St Jacques ?

- Expliquer le sens spirituel du passage au tombeau de St Jacques, à la statue de St Jacques de l’autel principal, et si possible, offrir plus souvent aux pèlerins la vision du grand encensoir en action. Ils en sont très friands.

Cela pourrait-il être financé autrement que par l’achat par une personne du maniement de l’encensoir par le personnel ?

 

Accueil.

 

Ils apprécient déjà d’entendre citer le nom de leur pays ou de leur région d’origine.

Suggestions :

- Comme ils sont de tous pays, dire un mot d’accueil dans 5-6 langues.

- A la fin de l’énumération des origines, proposer aux pèlerins de se lever et aux autres de les applaudir, puis de chanter,  debout avec eux, le "Laudate, Dominum, omnes, gentes, alleluia", en expliquant le sens dans les différentes langues, soit:  "Louez Dieu, tous les peuples, alléluia". Ce pourrait être un moment très fort…

 

Déroulement de la messe.

 

Les pèlerins apprécient que déjà des intentions de prière et une partie de la prière eucharistique soient dites en différentes langues. Plus largement, les pèlerins ressentent vraiment cette messe comme un moment fort humainement et spirituellement.

Quelques suggestions cependant :

-  Serait-il possible qu’au moins l’Evangile soit lu en espagnol et dans la langue étrangère la plus parlée ce jour là (après consultation de l’office des pèlerins), sachant que les autres trouveraient la traduction des lectures sur leurs feuilles. Cela soulignerait que la Bonne Nouvelle est pour tous.

-  Si une partie de l’homélie est reprise chaque jour (celle qui redonne le sens de ce rassemblement que nous sommes en train de vivre), on pourrait peut-être en trouver le résumé traduit sur les feuilles ?

- Au Notre Père, on pourrait demander à une personne de chaque pays présent de venir dans le chœur représenter son pays, avec son drapeau. Ces pèlerins seraient choisis avant à l’office des pèlerins, qui disposerait donc d’un ensemble de drapeaux. Les représentants et l’assemblée aussi de son côté, seraient invités à se donner la main pour le dire. Ce serait un moment intense de fraternité humaine, en Dieu notre Père.

- Au moment de la communion, expliquer à l’assemblée les conditions pour pouvoir recevoir le Corps du  Christ. Que personne ne se sente rejeté, mais si nécessaire, appelé à prendre le chemin pour s’y préparer avant de le faire: prière, sacrement du pardon, initiation chrétienne, première communion…

 

Les autres propositions aux pèlerins.

 

1. Le sacrement de la réconciliation, ou confession:

Des prêtres sont à la disposition des fidèles, mais très peu vont vers eux, alors que l’Eglise souligne l’importance de cette démarche de conversion avant de s’unir au Christ.

En France comme en Espagne, très très peu de fidèles se confessent aujourd’hui. Pourtant, lors de temps forts spirituels comme des rassemblements, des retraites, des Journées Mondiales de la Jeunesse, des pèlerinages, ils redécouvrent le don qui leur est fait dans ce sacrement. Mais cela suppose donc toute une préparation: redécouvrir l’amour du Christ pour nous, et comment il vient à notre rencontre pour nous libérer, nous guérir, et comment l’Eglise est vraiment messagère du Christ dans ce sacrement. Or, sur le chemin de Compostelle, cela serait possible. La terre est plus labourée qu’ailleurs.

Suggestions:

-  Il faudrait qu’avant l’arrivée, sur le chemin, des célébrations aient permis de redécouvrir le message évangélique de pardon  et la grâce de ce sacrement.

- Peut-être à Compostelle pourrait-on aussi proposer, en plus des messes, une célébration de ce type, dans les principales langues, qui aide à la préparation des cœurs.

- Il est aussi indispensable que l’on puisse savoir quels sont les prêtres qui parlent notre langue. Car comment ouvrir son cœur à quelqu’un qui ne peut pas nous comprendre ?

 

2. Veillées de prière à la cathédrale:

Echos très favorable de ceux qui y ont participé.

Suggestion:

- L’annoncer dans les différentes langues à la messe.

 

3. Temps de partage sur l’expérience spirituelle vécue durant le chemin de Compostelle:  

Ils permettent aux pèlerins de mettre en commun ce qu’ils ont reçu, et de mieux voir comment poursuivre le chemin dans leur vie habituelle. Ils sont proposés déjà aux espagnols certains jours par la cathédrale. Je n’ai pas eu d’échos.

Suggestion:

- Pourrait-on faire la même proposition aux autres d’une manière permanente, par groupe linguistique ? Peut-être que les hospitaliers pourraient animer ces rencontres, après une petite formation. Cela pourrait enrichir considérablement ce qu’ils retirent de l’accueil des pèlerins et ils offriraient une belle expérience d’Eglise aux gens, lieu "où ils mettaient tout en commun".

L’expérience tentée par moi trois jours avec les francophones a été nourrissante pour les uns les autres (vous pouvez en demander le compte-rendu).

 

4. Nourritures pour la route à venir…

Suggestions:  On pourrait trouver dans la cathédrale dans les principales langues :

- Bien sûr,  la Bible, et des livres simples qui leur permettent de découvrir ou d’approfondir le message chrétien.

- Un certain nombre de petits textes qui aident les gens à poursuivre la route dans leur vie au retour.

- Quelques questions les aidant à relire leur expérience du chemin et à orienter leur avenir.     Peut-être que, dans le train du retour ou chez eux, cela les aiderait…

- Leur signaler aussi ce qu’ils pourront trouver sur Internet pour nourrir leur foi.

                                -----------------------------

Tout cela, je l’écris en remerciement envers l’Eglise espagnole qui nous a accueillis et, pour moi-même, un remerciement plus particulier envers le doyen qui m’a demandé ce travail. Ils nous excuseront de ce regard sans doute trop rapide ou superficiel. L’important est que tous nous progressions dans cet accueil des pèlerins que l’Evangile nous invite à recevoir comme le Christ nous visitant…

P.S.  Vous pourrez trouver dans le document "l’Eglise au service des pèlerins de Compostelle" une réflexion plus large sur ce qu’elle permet déjà, et ce qu’elle pourrait peut-être permettre, tout au long du chemin.

 

Père Michel Meunier

michelmeunier@free.fr

 

Ci-dessous, des intentions de prière composées pour la messe des pèlerins du 5 au 8 octobre 2007.

 

Prière à  St Jacques de Compostelle.

 

Célébrant ou animateur:

- Laissons jaillir en cette heure la prière qui monte de nos cœurs.

 

1. Seigneur, nous te rendons grâce :

- pour tous ceux qui ont accepté de se mettre en route pour St Jacques de Compostelle, alors même qu’ils ne savaient pas bien d’où venait cet appel.

- pour tous ceux qui y ont vécu un renouvellement d’amour pour les leurs qu’ils avaient quitté, ou d’espérance, alors qu’ils étaient dans l’épreuve, ou encore un  renouvellement de foi, alors qu’ils pensaient l’avoir perdue ou qu’elle n’était pas pour eux.

Nous te prions pour tous. Que ton visage leur soit révélé ici. Qu’ils t’accueillent avec foi en ce jour et décident de s’ouvrir à Toi ou de vivre avec toi désormais.

 

2. Seigneur, nous te rendons grâce

- pour tous ceux qui ont pu éprouver ta présence auprès d’eux durant ce pèlerinage.

- Nous te prions aussi pour tous ceux qui pensent partir déçus de ne pas avoir trouvé ce qu’ils cherchaient ou perçu ta présence. Viens auprès d’eux, comme tu es venu auprès des pèlerins d’Emmaüs, qui repartaient tout tristes de Jérusalem après ta mort.

- Que cette messe ici soit l’heure où ils découvrent ta présence et t’accueillent de tout leur cœur.

 

3. Seigneur, nous te prions

- pour que les chrétiens et les prêtres de l’Eglise Catholique soient vraiment attentifs à tous ceux qui prennent le chemin de Compostelle.

- Qu’ils leur ouvrent les portes de leurs maisons, de leurs églises, de leurs cœurs.

- Qu’ils écoutent ce que ces hommes et ces femmes ont dans le cœur, et découvrent tout ce que l’Esprit Saint y fait déjà.

- Qu’ils sachent mieux partager avec eux ta Parole, car "l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu".

- Pardon pour toutes les fois où nous ne l’avons pas fait ou pas traduite dans leurs langues.

 

4. Seigneur, nous allons rentrer chez nous,

- mais nous nous demandons comment nous serons capables de nous comporter autrement qu’avant cette marche. Tu nous dis pour cela: "Veillez et priez "

- Veillez: à discerner le nécessaire et ce qui  encombre  votre  vie, et à choisir ce qui va nourrir votre cœur et vous rapprocher des autres. Vos proches eux-mêmes s’en trouveront bien.

- Priez: sur le chemin, j’ai pris soin de vous, discrètement, et je le ferai plus encore, si vous désirez prendre avec moi le chemin vers le Père, le chemin de l’amour vécu au quotidien, même quand c’est dur.

- Merci Seigneur pour cette Parole. Nous sommes sûrs que Tu ne nous lâcheras pas.

Aide-nous à la mettre en pratique car nous sommes faibles.

 

Célébrant ou animateur:

- Seigneur, ta joie, c’est de te donner à nous, gratuitement, discrètement, car tu nous aimes. Tu nous l’as fait mieux découvrir sur ce chemin de Compostelle.

Fais qu’à notre tour, nous nous donnions aussi à nos proches, car là est la vraie joie.

 

       retour à Michel Meunier

                                                                       24/10/2007

delhommeb at wanadoo.fr