Meunier (Père Michel) : Accueillir tout pèlerin

 

   Le devoir et le privilège d’accueillir

Témoignage de l’abbé Ihidoy de Navarrenx (dans le Bourdon)

 

(Le Bourdon a voulu aujourd’hui donner la parole à un prêtre, l’abbé Sébastien IHIDOY, curé de Navarrenx. Il représente, pour beaucoup de ceux qui ont cheminé sur le chemin de Saint-Jacques venant du Puy, l’âme du Chemin. Nous sommes heureux de lui ouvrir nos colonnes.)

 

On m’a proposé d’écrire un petit mot sur l’accueil. Je le fais volontiers en pensant à tous les visages que j’ai rencontrés et qui m’ont apporté plus que je n’ai pu leur donner.

 

En arrivant à Navarrenx en 1981, je ne savais pas que la Providence m’avait placé sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Les pèlerins se sont, d’abord, présentés au compte-gouttes. Je les ai reçus, simplement comme je le fais pour les paroissiens. L’accueil n’est il pas un devoir sacré pour tout un chacun ? Et quand on a de la place, comment refuser d’ouvrir la porte à des gens qui ont fait 30 kilomètres à pied, sac au dos, par tous les temps ? J’ai perçu d’emblée la richesse qu’ils portaient en eux, la quête humaine, parfois spirituelle, qu’ils exprimaient. Le nombre a augmenté d’année en année pour atteindre les chiffres que l’on sait. Nous sommes devant un véritable phénomène de société: des hommes, des femmes, des jeunes, des anciens, de tous pays: Hollandais, Suisses, Belges, Allemands, Autrichiens, quelques Américains, des Français bien sûr, faisant route dans la même direction, à l’instar des siècles lointains, en quête d’une Etoile donnant un sens à leur vie.

 

Il me serait agréable ici de brosser quelques portraits-types de pèlerins.

 

Mais cela m’amènerait trop loin. Je me contente de les mentionner.

Il y a l’ancien qui a accompli tout un parcours familial et professionnel, et qui veut rendre grâce pour tous les bienfaits reçus. Parfois il a une grâce à demander pour un de ses enfants ou petits-enfants.

Il y a le jeune adulte engagé "jusqu’au cou" dans la vie professionnelle, souvent cadre, débordé de travail et de voyages d’affaires, bousculé dans sa vie familiale, et qui part avec cette question: N’y a t-il pas moyen de trouver une vie plus humaine ?

Il y a le jeune qui vient d’achever ses études et qui prend de la distance avant d’aborder la vie active.

Il y a l’artiste, soit de musique, soit de peinture, soit de sculpture, qui va à la recherche de lui-même comme d’une inspiration dans les profondeurs et au-delà de soi.

Il y a le médecin, le pharmacien, le professeur, l’architecte, qui veulent regarder les besoins de l’homme d’aujourd’hui, au-delà de leur pratique quotidienne.

Il en est bien d’autres au milieu, ouvriers , fonctionnaires, qui veulent repenser leur vie.

Il y a enfin le chômeur, et celui qui a du mal à se situer dans la société actuelle, sans compter les jeunes couples qui testent, sur le Chemin, la solidité de leur amour.

Bref, ce sont toutes les facettes de notre société qui se reflètent sur le Chemin comme dans un miroir grossissant.

Alors je vous le demande: Comment ne pas accueillir ? Comment ne pas être à l’écoute ? Comment ne pas partager leurs questions et leur quête ? Comment ne pas être leur partenaire et leur complice ? Le peu de temps qu’on leur donne est sublime. Derrière chaque visage, il y a quelque chose d’unique à recevoir. Je disais qu’accueillir est un devoir. C’est bien plus, une chance, un privilège.

 

Ici, je ne vais pas éluder la question: Ne faut-il pas distinguer les vrais pèlerins et les faux pèlerins ?

 

A cette question je réponds, d’abord, par une autre: Qui peut juger ? C’est vrai que les motivations des uns et des autres sont extrêmement variées.

On trouve des pèlerins guidés par l’Etoile de la foi, et qui vont, comme François d’Assise, chantant le vent, la pluie et le soleil. Ils ont la liberté intérieure. Leur souffle balaye nos pesanteurs.

On trouve, également, de nombreux pèlerins en quête d’une vie plus humaine. C’est peut-être la motivation la plus commune. J’admire l’authenticité de leur recherche. Et dire que Dieu, en Jésus-Christ, a pris le chemin de l’homme pour nous rejoindre !!

Il en est d’autres qui sont guidés par des préoccupations culturelles, touristiques, sportives, mais sont très sensibles à la dimension spirituelle du Chemin.

C’est vrai, aussi, que l’on trouve sur le Chemin des gens qui sont plus randonneurs que pèlerins. Et ils le disent. Mais combien après avoir commencé le trajet en marcheurs le terminent en pèlerins ! J’en ai de nombreux témoignages. Quoiqu’il en soit, tout le monde a droit au Chemin.

Il en est dont on se demande s’ils sont vagabonds ou pèlerins. Ils sont rares. Mais, même s’ils le sont (vagabonds), pourquoi poser sur eux un regard condamnateur et excluant ? Personnellement je leur fais confiance, et je les encourage à faire le Chemin sérieusement avec toutes les exigences qui s’y rattachent. On y rencontre des générosités admirables.

Il y a, enfin, des athées déclarés. Vous allez me dire: Que font-ils sur le Chemin de St Jacques ? Je crois pouvoir répondre en résumé: Ils cherchent une vie plus authentique. Je sais que "Dieu est à l’horizon des recherches de vie authentique". Je les accueille avec infiniment de respect et d’amitié.

A l’appui de tout ce que viens de dire quant au jugement sur les vrais ou les faux pèlerins, je veux apporter cet exemple vécu. Un soir, un jeune couple belge, avec un chien noir, fait halte chez moi. Tous les deux sont chômeurs. Après avoir sympathisé avec eux, et avant d’écrire un petit mot sur leur "Credential "et de le tamponner, je leur demande: Qu’est-ce que vous cherchez sur le Chemin ? C’est elle qui me répondit, et je n’oublierai jamais l’expression de son visage en prononçant textuellement ces mots:

"Nous cherchons

- un peu de force, nous sommes fragiles.

- un peu de stabilité, nous n’avons pas de travail.

- un peu d’équilibre, nous avons du mal à gérer notre vie".

 Il y avait là un autre couple plus ancien, un pasteur protestant et sa femme, médecin. Nos regards se sont croisés, non sans émotion , et celui du pasteur me disait: "Voilà les vrais pèlerins".

Je voudrais tellement qu’on cesse de juger les bons et les mauvais pèlerins. Ce n’est pas de la naïveté. C’est du réalisme.

 

Permettons à chacun, en faisant le Chemin, de faire son chemin.

 

Les associations qui parrainent ont un grand rôle à jouer pour informer et situer chacun dans sa démarche, ainsi que pour canaliser le mouvement. Leur action, à mon sens, doit se porter sur une responsabilisation des futurs pèlerins, les aider à s’accomplir dans la démarche qu’ils entreprennent, et leur expliquer que, si le Chemin va beaucoup leur donner, eux aussi, sur ce Chemin, ont des devoirs. Mais nous sommes dans une société éclatée.

Il faudra, par les temps qui courent, accueillir largement ceux qui échappent à nos structures habituelles et à nos schémas de pensée.

J’émets un dernier souhait. Le passage des pèlerins est une richesse, sur le plan humain, culturel et spirituel. Tout le monde devrait en profiter. Je souhaite qu’au-delà de ceux qui sont préposés à l’accueil, il y ait un échange entre la population locale et ceux qui passent. Je vois l’ébauche d’une société plus humaine et plus fraternelle à l’aube du 3ème millénaire.

Permettez que je termine par une évocation Biblique:

"Abraham est assis à l’entrée de sa tente, sous le chêne de Mambré, au plus chaud du jour. Trois visiteurs s’approchent. Abraham les accueille à la mode orientale, c’est à dire royalement. A travers ces étrangers, il a l’intuition d’accueillir Dieu. Il ne se trompe pas .La fécondité lui est promise et donnée, celle "d’un peuple aussi nombreux que les étoiles du ciel".

Aujourd’hui, des pèlerins sur le Chemin de Saint-Jacques passent parmi nous. Ne manquons pas le rendez vous. Leur rencontre est source de fécondité pour tous.

 

      retour à Michel Meunier

                                                                       24/10/2007

delhommeb at wanadoo.fr