Jean Paul II (1993)  

 

                                   Les fruits spirituels de l'Année Sainte de Compostelle

                    Lettre du Pape à l'occasion de la clôture de l'Année Sainte de saint Jacques

 

  A l'occasion de la clôture solennelle de . l'Année Sainte de Compostelle, Jean-Paul Il a envoyé une Lettre datée du 31 décembre 1993, à l'Archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne), S.Exc. Mgr Antonio Maria Rouco Varela. En voici une traduction:

 

  Mgr Antonio Maria ROUCO VARELA

  Archevêque de Saint -Jacques-de-Compostelle

 

  A l'occasion de la clôture solennelle de l'Année Sainte de Compostelle de 1993, agenouillé spirituellement devant la tombe de l'Apôtre, je me joins aux pasteurs et fidèles de cet archidiocèse de Galice et de l'Espagne entière, dans une fervente action de grâce à Dieu pour les nombreux bienfaits avec lesquels il a béni ceux qui, en ce temps de "grand pardon", sont venus en pèlerinage jusqu'à cette basilique, point de jonction de tant de chemins à travers les siècles.

 

  En ce jour d'intense joie spirituelle, qui naît de la contemplation sereine et rayonnante de la naissance du Rédempteur, je désire adresser un salut affectueux et une parole d'encouragement pour que les fruits spirituels de l'Année Sainte de saint Jacques, qui se termine, soit pour tous un stimulant et une incitation pour rendre toujours plus présentes les valeurs de l'Evangile dans la société contemporaine.

 

  Ce qui est ressorti des nombreuses célébrations en l'honneur de l'Apôtre a sans aucun doute été la catholicité, la dimension universelle. En effet, des personnes des lieux les plus isolés du monde se sont données rendez-vous à Saint-Jacques-de-Compostelle pour confesser leur foi chrétienne et implorer de Dieu sa grâce et son pardon. Le Portique de la Gloire, image évocatrice de la Jérusalem céleste, à de nouveau été le seuil franchi par une multitude de pèlerins et de pénitents à la recherche de celui qui est "le Chemin, la Vérité et la Vie" (Jn 14, 6).

 

  C'est pourquoi, en cette circonstance, je désire réitérer mon appel à faire du chemin de Saint-Jacques un centre privilégié de vie chrétienne qui conduise toujours au Christ, Rédempteur du monde, de qui provient la lumière qui nous illumine afin que nous ne nous égarions pas sur des chemins qui n'apportent pas la vérité et ne conduisent pas à la Vie.

 

  Les sacrifices des milliers de personnes, qui à pied ou par d'autres moyens, ont parcouru la route de Saint-Jacques, les prières ferventes de multitudes de pèlerins dans leur itinéraire spirituel, la concentration massive de jeunes, de familles, de professionnels, de gens du monde du travail et de la culture pour vénérer l'Apôtre, les solennelles célébrations liturgiques auxquelles ont participé des millions de personnes en recevant la sainte Eucharistie, les innombrables confessions sacramentelles scellées par la réconciliation et le pardon divin, tout cela représente un sublime chant de louanges à Dieu, qui fait de cette Année Sainte de Compostelle un jalon important de l'histoire de l'Eglise espagnole.

 

  Je prie le Tout-Puissant pour que ce temps de grâce qu'a été l'Année de saint Jacques soit une voix prophétique qui, de ce lieu de la péninsule ibérique autrefois appelé "Finisterre", parvienne jusqu'aux confins de la terre comme un appel à la nouvelle évangélisation de l'Espagne, de l'Europe, du monde.

 

  Je remets les fruits spirituels de l'Année Sainte de Compostelle qui se termine aujourd'hui à l'intercession maternelle de la Très Sainte Vierge qui, dans le Portique de la Gloire, se présente à nous avec le geste expressif d'acceptation de la volonté divine. Elle, que nous vénérons également comme Vierge du Chemin, fut la valeureuse auxiliaire de l'Apôtre saint Jacques, que la tradition présente comme le premier évangélisateur d'Espagne et le protecteur de son peuple au cours des événements de l'histoire.

 

  Que le Seigneur continue à dispenser d'abondants dons de paix, d'amour et de progrès humain et spirituel aux bien-aimés fils de la noble nation espagnole, alors que, en signe de bienveillance et en gage de la constante assistance divine, je vous donne ma Bénédiction apostolique spéciale:

  au nom du Père, du Fils et de l'Esprit Saint. Amen.

 

  Du Vatican, 31 décembre 1993

                                  ---------------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Culture Spiritualité

  home

                                                                       20/02/2013

delhommeb at wanadoo.fr