Wer das Elend bauen will : traduction français

 

            (traduction de Léon MARQUET)

 

1. Si quelqu'un veut gagner l'étranger,

Qu'il se lève, il sera mon compagnon

Sur les chemins qui mènent à Saint-Jacques.

Il lui faudra deux paires de chaussures

Ainsi qu'une écuelle en plus de sa gourde.

 

2. Il lui faut aussi un large chapeau

Et il ne pourra aller sans manteau,

Une pelisse bien garnie de fourrure,

Afin que l'air ne le mouille jamais,

Qu'il neige ou pleuve ou qu'il vente très fort.

 

3. La besace et le bourdon s'y ajoutent.

Il veillera à être confessé,

Et à avoir fait pénitence,

Car une fois dans les pays romans,

Il ne trouvera pas de prêtre allemand.

 

4. Il ne trouvera pas de prêtre allemand,

Il ne saura pas où aller mourir

Ni où faire reposer son cadavre.

S'il meurt quand il est en pays roman,

On l'enterrera au bord du chemin.

 

5. Ainsi passerons-nous le pays suisse,

On nous y souhaitera la bienvenue

Et on nous donnera à manger,

On nous couchera et couvrira bien chaud,

On nous nous indiquera la voie à suivre

 

6. Et nous traverserons les pays romans

Qui sont inconnus aux gens comme nous,

Puisque ce sont des contrées étrangères.

Nous invoquerons Dieu et saint Jacques,

Et Notre Dame, la Très Sainte Vierge.

 

7. Puis nous passerons le pays des pauvres hères,

On ne nous donnera rien que du jus de pomme,

Nous devrons franchir des cols,

Si l'on nous donnait assez de pommes et de poires,

Nous les préférerions aux figues.

 

8. Puis nous traverserons la Savoie,

On ne nous y donnera ni pain ni vin,

Nos besaces seront très vides;

Lorsqu'un jacquet en rencontre un autre,

Il lui donne de bien tristes nouvelles.

 

9. Puis nous entrerons dans Pont-Saint-Esprit,

On nous y donnera du pain et du vin,

Et nous vivrons en grande largesse;

Le Languedoc et l'Espagne,

Nous autres jacquets les louons tous.

 

10. Il existe cinq cols en pays roman

Qui sont bien connus des pèlerins:

Le premier s'appelle Roncevaux,

Et le pèlerin qui le passe

Voit ses joues se creuser.

 

11. Un autre s'appelle le Monte Christein,

Le col de la Porte doit être son frère,

Ils sont presque identiques l'un à l'autre,

Et le jacquet qui les passe

Mérite le ciel.

 

13. 2e quatrième est le Rabanel,

Frères et soeurs jacquets y passent très vite.

Ils appellent le cinquième Alle Fabe,

Là gît maint enfant d'honnête homme

Venu d'un pays allemand.

 

13. Le roi d'Espagne, qui porte la couronne,

A construit trois hôpitaux

En l'honneur de saint Jacques

Et si un jacquet y pénètre,

On l'y reçoit poliment et honnêtement.

 

14. Mais cela ne convenait pas à un directeur,

Il fit périr trois cent cinquante jacquets.

Dieu ne le laissa pas impuni:

Il fut attaché sur une colonne à Burgos

Et transpercé de flèches acérées.

 

15. Le roi était homme de bien,

Il revêtit l'habit de pèlerin,

Pour inspecter son hôpital;

Il ne voulait pas croire

Les propos des jacquets allemands.

 

16. Il entra alors dans l'hôpital,

Et se fit apporter du pain et du vin.

La soupe n'était pas bonne.

"Directeur, mon cher Directeur,

Les pains sont bien trop petits."

 

17. Le directeur était coléreux:

"C'est le Malin qui t'a introduit ici,

Voilà qui ne m'étonne pas!

Et si tu n'étais quelqu'un de chez nous,

Je t'occirais comme ces chiens teutons."

 

18. Et lorsque vint le soir,

Les jacquets voulant aller dormir,

Le pèlerin voulut dormir seul:

"Directeur, mon cher Directeur,

Les lits ne sont pas bons du tout."

 

19. Il donna au pèlerin un tel coup

Que celui-ci fut pris de terreur

Et quitta l'hôpital en hâte.

Quant aux autres jacquets,

Ils rossèrent le directeur.

 

20. Lorsque vint le petit matin,

On vit beaucoup d'hommes en armes

Entrer dans l'hôpital

Et s'emparer de l'hôtelier

Comme de tout son personnel.

 

21. On l'attacha sur un grand destrier

Et l'emmena à Burgos dans le château.

Là, on le mit aux fers

Voilà qui déplut fort

A notre hôtelier.

 

22. L'hôtelier avait une fillette,

Qui était une belle coquine.

"Je ne cesse de m'étonner

Que mon très cher père doive mourir

A cause de ces chiens teutons."

 

23. Un jacquet l'entendit:

"Voilà qui ne restera pas secret.

J'en ferai vengeance moi-même!"

Et cette même fillette

Fut enterrée sous le gibet.

 

24. Pourtant, jacquet, ne t'arrête pas,

Tu as encore quarante lieues à faire

Jusqu'au moutier de saint Jacques

Descends quatorze lieues plus bas

Jusqu'au lieu dit Sombre Etoile.

 

25. Laissons la Sombre Etoile

Et entrons à Saint Sauveur,

Voir de grands signes merveilleux.

Puis nous invoquerons Dieu,

Saint Jacques et Notre Dame.

 

26. A Saint-Jacques on pardonne fautes et peines,

Que le Bon Dieu nous soit clément à tous

Du haut de son trône suprême;

Celui qui sert saint Jacques,

Que le Bon Dieu l'en récompense.

    

     retour à: Wer daz elend bauen wil

                                                                       12/02/2007

delhommeb at wanadoo.fr