Parisiens

 

                                 chanson des pèlerins de Saint-Jacques, dite des Parisiens

 

1. Quand nous partîmes pour aller à Saint-Jacques,

Pour faire pénitence,

Confessé avons nos péchés.

Avant que de partir de France,

De nos curés, prîmes licence,

Avant de sortir du lieu,

Nous ont donné pour pénitence

Un chapelet pour prier Dieu.

 

  Refrain:

Prions Jésus-Christ par sa grâce,

Que nous puissions voir face à face

La Vierge et Saint-Jacques le Grand.

 

2. En Dieu nous sommes confiés,

Lui présentant d'un coeur très humble

Nos amis pour les conserver;

De nos coeurs faisant ouverture,

Mettant nos corps à l'aventure,

Portant la croix de Jésus devant,

Sur son bourdon chacun s'appuie,

Disant adieu d'un coeur dolent.

 

3. Nous nous mîmes à cheminer

Droit à Paris pour nous rendre,

C'est pour la Saintonge passer,

Prions Jésus qu'il nous défende

Des ennemis par sa puissance,

Ceux qui voudraient par hérésie

Empêcher nos bons désirs.

 

4. A Lusignan avons passé,

De Saintes à Pont, puis à Blaye,

Là où il nous faut embarquer,

Pourvu que nous ayons monnoie;

Puis à Bordeaux la claire voie,

Aux Jésuites sommes allés,

Qui nous ont donné grand' joie,

Pain et vin pour notre souper.

 

5. Mais nous fûmes bien étonnés

Quand nous fûmes dedans les Landes,

Tous mes compagnons et moi,

De nous voir l'eau jusqu'à mi-jambes.

Mes compagnons, que l'on s'avance,

Et prions Dieu dévotement,

En lui mettons notre espérance,

Et en Saint-Jacques le Grand.

 

6. Changer fallut nos gros blancs

Quand nous fûmes dans Bayonne,

Nos quarts d'écus qu'on nomme Francs,

Avec notre monnoie en somme,

Semblablement notre couronne.

C'est pour la Biscaye passer,

Où il y a d'étrange monde,

On ne les entend pas parler.

 

7. Quand nous fûmes à Saint-Jean-de-Luz,

Les biens de Dieu en abondance,

Car ce sont gens de Dieu élus,

Des charités ont souvenance,

Donant aux pauvres chevance,

Et de leurs biens en abondance,

Disant: Vous aurez souvenance,

Dieu vous conduise à sauvement.

 

8. Mais nous fûmes bien étonnés

Quand nous fûmes à Sainte-Marie,

Là tous mes compagnons et moi

Dîmes adieu à la France jolie,

En pleurant nous nous mîmes à dire:

Adieu les nobles fleurs de lys,

En Espagne nous faut suivre,

C'est un étrange pays.

 

9. Nous avons cheminé longtemps

Dans les montagnes de Biscaye,

Cheminant toujours rudement

Par les pays en droite voie,

Jusqu'au Mont Saint-Adrien...

x

x

x

 

10. Nous fûmes grandement joyeux

Entre Peuple et Victoire,

De voir fleurir le cicador

Et égrener la lavande,

Et tant de romarin qui branche

D'où sortait si grande odeur

Nous chantâmes tous ensemble

Pour en louer le créateur.

 

11. Ah ! que nous fûmes joyeux

Quand nous fûmes à Saint-Dominique,

En entendant le coq chanter,

Et aussi la blanche galline;

Nous sommes allés vers la Justice,

Où resta trente-six jours l'enfant

Que son père trouva en vie

De Saint-Jacques en arrivant !

 

12. Quand à Burges fûmes arrivés

De grande dévotion portés,

Avons été à l'église,  

Priant notre Sauveur très digne,

Le suppliant qu'il nous conduise

Et par voie qu'il nous préserve;

Nous avons vu un grand miracle

Le Crucifix suer.

 

13. Quand nous fûmes dedans Léon

De la vieille Castille,

Nous chantâmes cette chanson

Au beau milieu de la ville,

Les hommes, femmes et filles

De toutes part nous suivoient,

Pour entendre la mélodie

De ces bons ^pèlerins françois.

 

14. Jamais nous n'eûmes si grand froid

Que quand nous fûmes au Mont-d'Etuves,

Etions transis jusqu'au coeur,

Ne voyant ni soleil ni lune,

Le vent, la pluie nous importune;

Mon Dieu, le vrai médiateur

Nous a délivrés de la pluie

Jusques dans Saint-Salvateur.

 

15. Quand nous fûmes à Saint-Salvateur,

Avons vu les saintes reliques

Qui sont si précieuses et dignes;

On les montre à tous les passans;

Nous en portons les écrits

Pour contenter les mécroyants,

x

x

 

16. Là, nous fûmes bien étonnés

Quand nous fûmes au pont qui tremble,

Tous mes compagnons et moi,

De nous voir entre deux montagnes,

De voir la mer en grande tourmente,

Pour faire longue demeurance;

Compagnons nous faut cheminer,

C'est pour à Saint-Jacques aller.

 

17. Hèles que nous fûmes joyeux

Quand nous fûmes à Montjoye,

Tous mes compagnons et moi,

De voir ce lieu tant désiré;

C'était de voir la Sainte Eglise,

Nous rendîmes grâce à Dieu

A la Saint-Vierge et à Saint-Jacques,

D'être arrivé en ce lieu.

 

  Dieu bénisse ceux qui font du bien aux pauvres pèlerins.

    

  retour à Q.Culture musique

  home

                                                                       27/09/2012

delhommeb at wanadoo.fr