Nous dîmes adieu à nos femmes

    

 

 1. Quand nous partîmes de France,

Nous dîmes adieu à nos femmes ,

Et à nos petits enfants,

A Dieu je les recommande,

Et à Saint Jacques le grand.

 

     REFRAIN

Nous prions la vierge Marie,

Et son cher enfant,

Qu'il nous fasse la grâce

De voir Saint Jacques le grand.

 

2. Quand il nous fallut partir,

Nous dîmes adieu à nos amis,

Tant aux petits qu'aux grands;

A Dieu je 1es recommande,

Et à Saint Jacques le grand.

 

3. Quand nous fûmes en la Saintonge,

Le meilleur pays du monde;

Mais il y a de méchantes gens,

Ils s'en vont sur les passages,

Pour nous voler notre argent.

 

4. Quand nous fûmes dans les Landes,

Avions l'eau jusqu'à mi-jambes,

Moi et tous mes compagnons,

Pour accomplir le voyage

De Saint Jacques le Baron.

 

5. Quand nous fûmes à Bayonne,

Changer fallut nos couronnes,

Nos écus et nos blancs;

C'est pour passer  le Biscaye,

Où l'on n'entend point les gens.

 

6. Quand nous fûmes à Sainte-Marie,

Adieu la France jolie,

Et les nobles Fleurs de lys,

Car je m'en vais en Espagne,

C'est un étrange pays.

 

7. Quand nous fûmes à la montée

Saint-Adrien est appelée,

Il y a un hôpital fort plaisant,

Où les pèlerins qui y passent

Ont pain et vin pour leur argent.

 

8. Entre Peuple et Victoire

Il me souvient de ma mère,

Et aussi de mes parents,

A Dieu je les recommande,

Et à Saint Jacques le grand.

 

9. Quand nous fûmes à Saint-Dominique,

Nous vîmes le coq et la géline,

La justice de l'enfant.

Où tous les pèlerins qui passent

En ont le cœur fort dolent.

 

10. Quand nous partîmes de Léon,

Avec moi et mes compagnons,

Trouvâmes deux chemins;

L'un à Saint-Salvateur mène,

L'autre à Saint.Jacques le grand.

 

11. Quand nous fûmes au Mont Etuve,

Qui est si froid et si rude,

Et fait plusieurs cœurs dolents,

Ont fait plusieurs femmes veuves,

Orphelins, petits enfants.

 

12. Quand nous fûmes au Pont qui tremble,

Nous étions bien vingt ou trente,

Tant François comme Allemans;

Nous nous disions l'un à l'autre;

Compagnon, marche devant.

 

13. Marche devant, je t'en prie,

Compagnon, ne t'ébahis mie,

Si j'ai mué mon semblant,

En passant les Monts Etuves

Et 1es bois qui sont dedans.

 

14. Quand nous fûmes à Montjoie

Mon cœur tressaillit de joie

De voir Saint-Jacques le grand.

Du vin de ma calebasse

Alors j'en ai pris d'autant.

 

15. Quand nous fûmes à Montserrat,

Mon compagnon devint malade,

Dont j'eus le cœur très dolent

Du pain de ma malette,

J'en donnai du plus blanc,

J'allois le réconfortant.

 

16. Quand nous fûmes à La Ravelle,

Mon compagnon fut mis en terre,

Dont j'ai le cœur dolent,

J'ai cherché dans sa pochette,

Je n'y ai trouvé qu'un blanc,

C'est pour écrire une lettre

Pour écrire à ses parents.

 

17. Quand nous fûmes à Saint-Jacques,

Nous n'avions denier ni maille,

NI moi ni mes compagnons;

Je vendis ma calebasse

Mon compagnon son bourdon,

Pour avoir du fallotage

De Saint-Jacques le baron.

 

     AUTRE REFRAIN

Ma Calebasse, ma compagne,

Mon Bourdon, mon compagnon,

La Taverne m'y gouverne,

L'Hôpital c'est ma maison.

 

  retour à Q.Culture musique

  home

                                                                               25/11/2004
                                               delhommeb at wanadoo.fr