Dom Jean Derrien  

 

                                                       Complainte de Dom Jean Derrien

 

 

"Dom Iann Derrien te a zo kousket

War ar plun fin, me ne maon ked ! "

 

"Piou zo aze d'ar poent ma ?

Pellik en noz e zeo dija."

 

"Dom Iann Derrien me eo ta vam,

Zo er Purgator e kreis ar flam,

 

Hag a vezo da virviken

Ma nem sikoures, Dom Iann Derrien !

 

Pa voan war an douer o kerzet

Eus ho tougen ma mab Belek

Da Sant Iann moa laret monet.

 

Na da Sant Iann, a dar Ieodet,

A da Sant Jakes viniget;

 

A da Sant Jakes a Durki

Hir eo an hent, pel eo mont di ! "

 

An anaön kes a hirvoude,

Dom Iann Derrien, en konsole:

 

"Tewet, ma mam, na voelet ket,

Me reï ma veet sikouret.

 

Ma mammik paour din a leret,

Petra c'heus c'hoas war ho speret ?"

 

"Daou guennek e klefoant d'ho moëreb

Reze c'hoas so war ma speret."

 

"Tewet ma mam na welet ket

An daou guennek se vo pêet."

 

Dom Iann Derrien a lavare

D'he c'hoar henan tri de goude:

 

"Dastum din en eur fakik veac'h,

Eun toullet arc'hant, a lienach,

 

Da sec'hi ar c'hoëz hag an daëro,

Me a ia breman da foëta bro."

 

"Petra an torfet o c'heus gret,

Ma er mes ar bro e renket monet ?"

 

" Me a ia da Saint Iann, a d'ar Ieodet,

A da Sant Jakes viniget,

 

A da Sant Jakes a turki,

Evit ta vam a ma hini

Hir eo an hent, pel eo mont di !"

 

"Ma vije ouzin e sentjac'h

Vie kas kannad e rajac'h."

 

" Kannadet sur ne gasinn ket,

Me ma hunan renko monet. "

 

Dom Iann Derrien a lavare

Deus er ger na pa sortie:

 

" Ma na retornan varben c'hoec'h mis

Gret ma eisvet ha ma servis.

 

Gret ma eisvet ha ma servis

A ma de-a-bla herve er his."

 

Pa erruaz e bond an od

Kavas eur batiment war flod.

 

" Na mest al lestr, lerit-hu diñ

Ha c'houi em c'hemerfe n'ho ti ?

 

Petek bro Spaign ma stremenet,

Peet vefet vel ma keret."

 

Pa woant war ar mor em lestret

Ar mest en deveus lavaret:

 

" Pignet da vek 'r were huelan

Da c'hout pelec'h er omp aman ?"

 

Ar verdidi a lavarent

War bont al lestr pa ziskennent

 

" Huelan ma hellemp e romp bet

Na netra na momp bed gwelet

 

Nemet taer lestr bras a gwerniet

Aon momp e tint moroet !" 

 

Ar Moro bras a lavare

D'ar mestr al lestr p'hen salude:

 

"Na mestr al lestr, larest-te din

Petra e t'eus kuzet n'ez ti ?"

 

"Na n'eo ar paour Dom Iann Derrien

Zo aze c'hober pinijen.

 

O c'hober pinijen garo

Evit he vamm a zo maro."

 

Ar Moro bras a lavare

Da Dom Iann Derrien an de se:

 

"Pe renonç a ri d'as toue

Pe me stollo war da ben, aze

 

"Va zollit e lec'h ma keret,

Evit dam Doue ne renonçin ket."

 

Ne wa ket e c'her peurlavaret

War he pen er mor ne voa tolet.

 

Dom Iann Derrien a we klevet

Er goelet ar mor e lavaret:

 

"Otro Sant Jakes viniget

Goël a ren ho iliz hag ho veret.

 

Din me a moa c'hoant da vonet

Teïr offern em boa da lavaret.

 

Unan evit ar spered glan,

Unal evit an eb zo en poan.

 

Unal evit an eb zo en poan,

Hag unal evit on va hunan."

 

Ne woa ket he c'her peurlavaret

En Iliz Sant Jakes e c'heo antreet.

 

"Ma mije me dour a gwin gwen,

Unan da respont va offern ?

 

Ne voa ked he c'her peurlavaret

Dour a gwin gwen dean zo rentet.

 

Rentet eus dean dour a gwin gwen,

Unan da respont he offern.

 

Pa voa he offerenou laret

Da dreid ar Sant eo n'em strinket:

 

"Otro Sant Jakes viniget,

Miraklo em andret o c'heus gret;

 

A c'hoas e raffer eur burzud

Va renter er ger e touës va zud.

 

Dom Iann Derrien a c'houlenne

Ne Iliz parrous pa n'arrue:

 

"Para neve bars er bourg man,

Ma welan tud en kaon hennan ?"

 

"Eur Belek iaouank zo sortiet,

Boë daou vla ne ket retornet

E dud zo n' kaon bars er verret.

 

"Leket er kleïer da chanj son,

Arru er Belek bars er c'hanton."

                                                   -----------------------------------

 

                                                        Dom Jean Derrien

 

"Dom Jean Derrien, tu es couché

Sur un lit de plumes fines, et moi je ne le suis pas !"

 

"Qui est là en ce moment ?

Il est déjà tard dans la nuit."

 

"Dom Jean Derrien, je suis ta mère,

Qui est au Purgatoire au milieu des flammes,

 

Et qui y restera pour toujours

Si tu ne m'aides pas, Dom Jean Derrien !

 

Quand je vivais sur la terre

Et que j'étais enceinte de vous, mon fils prêtre,

J'avais dit que j'irais à Saint-Jean.

 

À Saint-Jean, au Yaudet,

Et à Saint-Jacques béni;

 

Et à Saint-Jacques-de-Turquie,

La route est longue et c'est bien loin d'ici !"

 

La pauvre âme en peine soupirait,

Dom Jean Derrien la consolait:

 

"Taisez-vous, ma mère, ne pleurez pas,

Je ferai en sorte que vous soyez secourue.

 

Ma pauvre mère, dites-moi,

De quoi votre esprit est-il encore préoccupé ?"

 

"Je dois deux sous à votre tante,

Ceux-là préoccupent encore mon esprit."

 

"Taisez-vous, ma mère, ne pleurez pas,

Ces deux sous seront payés."

 

Dom Jean Derrien disait

À sa soeur aînée trois jours après:

 

"Prépare-moi dans un petit sac de voyage

Un peu d'argent, de linge,

 

Pour essuyer la sueur et les larmes,

Je vais maintenant parcourir le pays."

 

"Quel crime as-tu commis,

Si tu dois quitter le pays ?"

 

"Je vais à Saint-Jean, au Yaudet,

Et à Saint-Jacques béni,

 

Et à Saint-Jacques-de-Turquie,

Pour ta mère et la mienne,

La route est longue et c'est bien loin d'ici !"

 

"Si c'était à moi que vous obéissiez,

Vous enverriez un messager."

 

"Je n'enverrai sûrement pas de messager,

Moi seul, je dois y aller."

 

Dom Jean Derrien disait,

Quand il sortait de la maison :

 

"Si je ne reviens pas dans six mois,

Faites dire mon octave et mon service.

 

Faites dire mon octave et mon service

Et mon anniversaire selon la coutume."

 

Quand il arriva sur la côte,

Il trouva un bâtiment à flot.

 

"Maître du navire, dites-moi,

Me prendriez-vous dans votre bateau ?

 

Je vais jusqu'en Espagne,

Vous serez payé comme vous le souhaiterez."

 

Quand ils furent embarqués sur mer,

Le maître a dit :

 

"Montez sur le mât le plus haut,

Pour savoir où nous sommes ici."

 

Les marins disaient

Sur le pont du navire quand ils descendaient:

 

"Nous sommes montés le plus haut que nous pouvions,

Et nous n'avons rien vu

 

Si ce n'est trois grands navires mâtés,

Nous craignons que ce ne soit des Maures !"

 

Le grand Maure disait

Au maître du navire en le saluant :

 

"Maître du navire, dis-moi,

Qu'as-tu caché dans ton bateau ?"

 

"C'est le pauvre Dom Jean Derrien

Qui est là à faire pénitence,

 

Qui fait une dure pénitence

Pour sa mère qui est morte."

 

Le grand Maure disait

À Dom Jean Derrien ce jour-là :

 

"Tu renonceras à ton dieu,

Ou je te jetterai là par-dessus bord "

 

"Jetez-moi où vous voudrez,

Je ne renoncerai pas à mon dieu."

 

Il n'avait pas fini de parler

Qu'il a été jeté par-dessus bord dans la mer.

 

On entendait Dom Jean Derrien

Au fond de la mer qui disait:

 

"Monsieur saint Jacques béni,

Je voyais votre église et votre cimetière.

 

Je voulais y aller,

J'avais trois messes à dire,

 

Une pour l'Esprit Saint,

Une autre pour celle qui est en peine,

 

Une autre pour celle qui est en peine,

Et une autre pour moi-même."

 

Il n'avait pas fini de parler

Qu'il est entré dans l'église de Saint-Jacques.

 

"Ne pourrais-je pas avoir de l'eau et du vin blanc,

Quelqu'un pour répondre ma messe ?"

 

Il n'avait pas fini de parler

Que de l'eau et du vin blanc lui ont été apportés.

 

De l'eau et du vin blanc lui ont été apportés,

Quelqu'un pour répondre sa messe.

 

"Monsieur saint Jacques béni,

Vous avez fait des miracles à mon égard;

 

Feriez-vous encore un miracle,

En me renvoyant à la maison parmi les miens ?"

 

Dom Jean Derrien demandait

En arrivait à l'église de sa paroisse.

 

"Qu'y a-t-il de nouveau dans ce bourg,

Que je voie des gens qui portent le deuil ?"

 

"Un jeune prêtre est parti;

Depuis deux ans il n'est pas revenu,

Ses parents sont en deuil dans le cimetière."

 

"Faites changer les cloches de sonnerie,

Le prêtre est arrivé dans le canton."

                             ------------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Culture musique

             

                                                       delhommeb at wanadoo.fr - 18/04/2016