A San Jaume vuy anà  

 

                                                         A San Jaume vuy anà / à San Jaume de Galicia

                                                                      (El romero acusado de robo)

 

  http://chrsouchon.free.fr/chants/composte.htm

 

 A San Jaume vuy anà / à San Jaume de Galicia

 Amb lo gayato à la ma, / y ‘ls rosaria à la cinta.

 

 Quant ne son un poquet lluny, / un poquet lluny de la vila

 Ya n’encontran un hostal / qu’hi havi auna fadrina.

 

 Diu la fadrina al romeu : / « Dom un bes per cortesia !»

 «No ho mana la lley de Deu / ni San Jaume de Galicia.»

 

N’agafa una tassa d’or / dintre del sarrô li fica,

 Y quant eran al dinà / la tassa d’or no hi havîa.

 

«Que s’es fet la tassa d’or / Que’ l Senyô oncle bevîa?

 Diu la mossa del hostal / que ‘l fadrinet la tenîa.

 

«Si yo tinch la tassa d’or, / penjat siui al mateix dia.»

Li fican la ma al sarrô, / la tassa d’or hi tenîa.

 

 La justicia rigurosa / ja lo penja al mateix dia,

 Perô son pare y sa mare / no deixan de fé sa via:

 

 Quant ne son a la tornada / al seu fill veure volîan.

 Diu la romera al romeu / que’l seu fill veure volîa.

 

«Dona mia, ahont vols anà? Ahont vols anà dona mia?»

De tan lluny com lo veuràs / à plorà t’en posarîas.

 

 De tan lluny com lo va veure / ya plora com si morîa:

 San Jaume lo té pels peus, / pel cap la Verge Maria,

 

 Los angelets pel entorn / que li feyan companyia:

«Ay mare, la meva mare, / una cose os en dirîa:

 

 Qu’en anésseu à cal Batlle / a cal Batlle de la vila,

 Y allo al trobareu dinant / amb un gall y una gallina.

 

 Quant arrivareu alli / li direu amb cortesîa:

« Deu la guart, lo senyor Batlle /amb tota sa companyia,

 

 Vaji à despenjà ‘l meu fill / que ya n’es tornat à vida.»

 «Fugiu d’aqui, dona loca, / no digau tal loquerîa,

 

 Que tant es viu vostre fill /com aquet gall y gallina!»

Lo gall se posa à cantà / la gallina al plat ponîa.

 

 Aixô es miracle de Deu / y l’humil Verge Maria,

 

 Ya ‘n despenjan al farî, / ya ‘n penjan à la fadrina,

 Primé la van assotà, / ells molt mes mereixia.

 

  (N°31 P.36 du « Romancerillo » de Vila)

                                                                    ------------------------------------

 

  Poème catalan tiré du "Romancerillo..." de Vila.

 Traduit par Christian Souchon (c) 2013

 

                                                                 Le roumier (pèlerin) accusé de vol

 

 A Saint Jacques allaient bon train / A Saint Jacques de Compostelle

 Avec le bourdon à la main, / Et le rosaire à l'escarcelle.

 

 Alors qu'ils ne se trouvaient plus, / Plus très éloignés de la ville,

 A l’auberge ils sont descendus / Où servait une jeune fille.

 

 Laquelle dit à leur garçon: / "Viens donc m’embrasser, c’est l’usage!"

 "Est-ce là la loi de Dieu? Non! / Ni de Saint-Jacques, je présage."

 

 Elle prit une coupe d'or / La mit au fond de sa besace,

 L’heure du dîner vient alors. / La coupe n’est plus à sa place!

 

 "Ma coupe d’or n'est plus là!" / Dit l'oncle, à qui voulait l'entendre.

 La fille d’auberge assura / Qu’elle a vu le garçon la prendre.

 

«Si j’ai cette coupe d’or, moi, / Dès midi, pendu je veux être. "

 On plongea la main dans son sac / Et l’on vit la coupe paraître.

 

 Sévère comme est la justice, / On pend à midi l'homme sage.

 Mais ses parents vers la Galice / Ont poursuivi leur long voyage:

 

 Rentrant par le même chemin / Ils ont voulu qu'on le dépende.

 La pèlerine au pèlerin / Dit: "C'est mon fils. Qu'on me le rende!"

 

«Ma femme, à qui donc s’adresser? / Où veux-tu donc aller, ma femme?

 D’aussi loin qu'elle peut le voir / Elle verse d'amères larmes.

 

 D’aussi loin qu’elle peut le voir / Le croyant mort, elle sanglote:

 Or Jacques lui soutient les pieds / Et Marie sa tête conforte.

 

 Et les anges tout autour d'eux / Lui tiennent aussi compagnie:

 "Prêtez-donc l'oreille à ce que / Je vous dis, ma mère chérie:

 

 Allez-donc trouver le Bailli / De la ville. Loin de la foule,

 Vous le trouverez à dîner / D'un coq rôti et d'une poule.

 

 Quand chez lui vous arriverez, / veuillez bien poliment lui dire:

«Dieu vous garde, seigneur Bailli / Le représentant de l'empire,

 

 Allez-donc dépendre mon fils / Car il a recouvré la vie.

" "Pauvre folle, partez d’ici, / Ne jouez point de telles soties,

 

 Votre fils est aussi vivant / Que ce coq et cette poulette!"

 Le coq fit entendre son chant; / La poule pondit dans l’assiette.

 

 C’était là miracle de Dieu / Et de l'humble Vierge Marie.

 

 "Qu’on le dépende, je le veux/ Et que la fille soit pendue

 Mais qu’on la fouette auparavant, / Cette punition est bien due!"

                                                                          --------------------------------------

    

  retour à  Q.Culture musique

              

                                                           delhommeb at wanadoo.fr -  18/04/2016