Charles   PEGUY

                    

Puisqu'il est entendu que le bon pèlerin

Est celui qui boit ferme et tient sa place à table,

Et qu'il n'a pas besoin de faire le comptable,

Et que c'est bien assez de se lever matin...

 

Nous avons fait semblant d'être un gai pèlerin

Et même un bon vivant et d'aimer les voyages,

Et d'avoir parcouru cent trente et un bailliages,

Et d'être accoutumés d'être sur le chemin...

 

Quand nous aurons joué nos derniers personnages,

Quand nous aurons posé la cape et le manteau,

Quand nous aurons jeté le masque et le couteau,

Veuillez vous rappeler nos longs pèlerinages...

                                                                          ---------------------------------

 

Vous nous voyez marcher sur cette route droite,

Tout poudreux, tout crottés, la pluie entre les dents

Sur ce large éventail ouvert à tous les vents

La route nationale est notre porte étroite.

   

  retour à Q.Culture litt-arts

  home                                                                                             13/05/2006

                                                         delhommeb at wanadoo.fr