Max-Pol FOUCHET

 

                     

Incolore étoile pèlerin que le jour dévore

A tes talons les herbages de nuées

Tu passes sous les arches du vide

Le silence à la bouche et le geste muet

Attendant de la nuit ta forme précise

 

La fausseté du jour menace la ferveur

Des astres qui font route vers Compostelle

Les brigands de la vie tapie derrière le soleil

On ne peut marcher que dans la nuit

Pour rejoindre à jamais un amour immortel

 

Tous les chemins sont bon à couler

A pic n'est certes pas le plus mauvais

Nous laisserons flotter les algues et l'étoile

De mer parmi les poissons blancs l'écaille

Préfigure celle que tu deviens dans l'éternel

 

 

  retour à Q.Culture litt-arts

  home

                                                                 13/05/2006

                                                      delhommeb at wanadoo.fr