Guillaume APOLLINAIRE

 

                                                  

Le chemin qui mène aux étoiles

Est pur sans ombre et sans clarté

J'ai marché mais nul geste pâle

N'atténuait la voie lactée

 

Souvent pour nouer leurs sandales

Ou pour cueillir des fleurs athées

Loin des vérités sidérales

Ceux de ma troupe s'arrêtaient

 

Et des chœurs porphyrogénètes

S'agenouillaient ingénument

C'était des saints et des poètes

 

Égarés dans le firmament

J'étais guidé par la chouette

Et n'ai fait aucun mouvement

                            -------------------------------------------------------------------------------

                                  

Seigneur! éclairez ma pensée

Et donnez un but à mes pas.

Chacun a sa route tracée:

Je ne l'ai pas

 

  retour à Q.Culture litt-arts

  home

                                    

                                                          13/05/23006

                                                 delhommeb at wanadoo.fr