Pastorale du chemin de St Jacques  

 

                                                           LA PASTORALE DU CHEMIN DE SAINT JACQUES -

                                                                 DEUX MILLE ANS VERS COMPOSTELLE

 

   Pastorale du Chemin de St Jacques PDF

 

  QUI EST SAINT JACQUES ?

  Saint Jacques, frère aîné de Saint Jean, est l'un des douze apôtres, surnommé "le Majeur". Le Christ ayant demandé aux apôtres d'aller évangéliser "jusqu'aux extrémités de la Terre", Saint Jacques est, d'après la tradition, en charge de l'Hispanie, aux confins Ouest du monde connu de l'époque. Avant échoué dans sa prédication, la tradition rapporte que la Vierge Marie lui aurait fait une visite à Saragosse prenant place sur une colonne. La Basilique du "Pilar" en garde le souvenir,  

De retour à Jérusalem, Saint Jacques est décapité en 44, premier apôtre martyr. La tradition rapporte encore comment ses disciples l'ont mis dans une barque, traversant toute la Méditerranée, passant les "Colonnes d'Hercule" (futur Gibraltar) pour s'échouer dans une ria de Galice, l'antique Iria Flavia, que l'on nommera "Padrón".

 

  DÉCOUVERTE DU TOMBEAU

  Durant huit siècles, l'histoire perd la trace de Saint Jacques, mais quelques grands personnages comme Saint Jérôme (+419), Saint Isidore de Séville (+636), ou le Béatus de Llébana (+800), ont fait référence à une tradition ancienne, présentant Saint Jacques évangélisateur et Patron de l'Espagne. En 711, c'est l'invasion de l'Espagne par les Maures. Toute la péninsule tombe sous leur joug, sauf l'extrême Nord-Ouest.

  C'est là que commence dès 718, sous l'impulsion du chef Wisigoth Pélayo, la "Reconquête" de l'Espagne Catholique sur les Maures, avec la victoire de Covadonga, dans les Asturies. Elle ne s'arrêtera qu'en 1492, à la prise de Grenade par les "Rois Catholiques".

Autour de 814, en Galice, l'ermite "Pelage", attiré par des lumières, découvre une sépulture reconnue comme celle de Saint Jacques par l'Évêque d'Iria Flavia, Théodomiro. Le lieu sera appelé "Compostella", du latin "compostila" (petit cimetière ou champ de l'étoile).

 

  NAISSANCE DU PÈLERINAGE

  Dès lors, le pèlerinage s'organise, avec la construction d'une première église sur la tombe, et la diffusion de la nouvelle dans le monde connu de l'époque. Les pèlerins commencent à venir.

  En 950, à la charnière des deux millénaires, Godescalc (+961), évêque du Puy en Velay et fervent dévot de la Vierge Marie, est le premier pèlerin officiellement recensé. Il commande, en passant à Albelda, près de Logroño, une copie du livre de Saint Ildefonse de Tolède, (t667) "à la louange de la virginité de Sainte Marie toujours Vierge" , qu'il prend à son retour, copié et préfacé par le moine Gomez Sana.

 

  ÂGE D'OR DU PÈLERINAGE, XIe-XVIe SIÈCLES

  La reconquête se poursuit. Au fur et à mesure de l'avancée des troupes chrétiennes, les Rois et les Évêques organisent dès le XIe siècle, le "Camino Francés", pour le passage et l'accueil des pèlerins, construisant des routes, des ponts et des hôpitaux confiés d'abord aux moines de Cluny, puis aux divers ordres hospitaliers. Ils fondent des villes nouvelles "franches", invitant chacun à venir s'y installer. En même temps, la piété populaire vénère Marie sous des vocables variés, tout au long du "chemin", sur l'axe Monserrat - Saragosse  - Compostelle. Le roi Alphonse X le Sage (1-1284), grand érudit, nous a laissé le trésor des "Cantigas de Santa Maria", encore chantées de nos jours.

  Saint Austinde, évêque d'Auch, (1042-1068), fonde vers 1055 la Sauveté de Nogaro, pour l'accueil des pèlerins venant du Puy. En juillet 1060, il inaugure l'église où fut découverte récemment une fresque de l'époque, présentant un couple de pèlerins de Saint Jacques : la plus ancienne représentation connue de jacquets. Il préside, en 1063, le premier Concile de Jaca, ville nouvelle, créée par le Roi Sanche Ramirez d'Aragon (t 1063), sur le Chemin venant d'Arles . Au début du 12e siècle, le grand évêque Gelmirez fait commencer, à Compostelle, la construction de la cathédrale actuelle. Les pèlerins affluent de toute l'Europe, empruntant les routes existantes, anciennes voies romaines souvent, mais où leur accueil s'organisera avec le temps, présentant un réseau inédit, de "chemins" en direction de Compostelle. Ils doivent circuler en groupes formés dans les hauts lieux de pèlerinage de l'époque, où ils se retrouvent : Arles, Le Puy, Vézelay, Tours, puis Paris.

  On s'accorde à reconnaître que, au cours des siècles, le brassage des populations si diverses allant vers et venant de Compostelle, a largement contribué à la construction de l'Europe.

 

  DÉCLIN & SOMMEIL DU PÈLERINAG E, XVIe-XXe SIÈCLES

  En 1492, les Rois Catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon mettent un point final à la Reconquête, par la prise de Grenade, le 2 janvier. S'ouvre alors en Espagne une période de grande richesse du patrimoine, soutenue par les Rois : hôpitaux et églises sont restaurés ou construits, et le pèlerinage encouragé. Mais dès le siècle suivant, l'apparition du protestantisme, les guerres de religion, les diverses lois "anti-coquillards" d'Espagne et de France, ainsi que l'influence des "Lumières" du 18' siècle, vont progressivement tarir le flot des pèlerins. En 1789, la Révolution Française, supprimant tous les couvents, va arrêter presque complètement le passage, bien qu'il continue en Espagne, où Saint Jacques reste vénéré comme Saint Patron.

 

  RENAISSANCE DU PÈLERINAGE

  Les recherches archéologiques des 19e et 20e siècles confirment la présence, dans les sous-sols de la cathédrale de Compostelle, des restes de Saint Jacques, de ses deux disciples Théodore et Athanase, et de l'évêque Theodomire. La découverte en 1868, à la "Bibliothèque Impériale" de Paris , du livre de Saint Ildefonse ramené au Puy par Godescalc en 951, apporte la preuve de son pèlerinage et le place "à la charnière" de ce nouveau millénaire. Godescalc préside au réveil du Pèlerinage, et cette fois encore avec la Vierge Marie, puisque à la suite de Saint Ildefonse, les théologiens ont amené l'Eglise à enrichir, au cours des siècles, la doctrine Mariale jusqu'à définir en 1854 le "dogme", confirmé en 1858 à Lourdes, de l'Immaculée Conception.

  En 1950, la réouverture de la frontière espagnole et la création, par Jean BabeIon et ses amis, de la "Société des Amis de Saint Jacques", permettent d'organiser les contacts avec Compostelle.

  En 1951 a lieu le premier pèlerinage, accompagné par l'Abbé Branthomme, et filmé.

  1951-1970, les "Pionniers" ouvrent les chemins dans des conditions difficiles. 1971-1972, le premier GR (chemin de grande randonnée), relie le Puy à Conques.

  1973, Monsieur l'Abbé Bernès (du Gers), créée le premier "guide" : "Le Chemin de Saint Jacques en Espagne", le seul jusqu'aux années 1990.

  1982 et 1989, le Pape Saint Jean Paul II, premier Pape en pèlerinage à Compostelle, lance son appel pressant à l'Europe, pour qu'elle retrouve ses racines chrétiennes.

  1987, le "Conseil de l'Europe" déclare le Chemin de Saint Jacques : "Premier Itinéraire Culturel Européen",

  1990-1999, création des Associations "locales" en France et dans tous les pays, pour l'aide aux pèlerins.

  1998, l' UNESCO reconnaît une valeur universelle exceptionnelle aux Chemins de Saint-Jacques en France, et les inscrit sur la liste du patrimoine mondial sous la forme d'une collection de 71 édifices et de 7 sections de la voie du Puy.

  2000, les chemins sont ouverts dans toute l'Europe, aménagés et balisés, et les accueils assurés.

  Quand le 25 juillet, Fête de Saint Jacques, tombe un dimanche, l'année est dite "Année Sainte": Ce fut le cas en 1999-2004-2010. La prochaine étant en 2021. Le nombre des pèlerins explose alors à Compostelle...

 

  LES PÈLERINS EN QUELQUES CHIFFRES

1992 = 9.764    

1993 = 99.436

1999 = 154.000  

2010 = 275.000

2014 = 237.000                  

 

  LA PASTORALE DU CHEMIN DE SAINT JACOUES

  Les 8 et 9 juillet 2015, les évêques de France et d'Espagne promulguaient la Lettre Pastorale : "le Chemin de Saint Jacques, quête et rencontre", à Saint Jean Pied de Port, pour préciser les grands axes de la pastorale du chemin de Saint Jacques. Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, est le coordinateur pour la France de cette Pastorale.

 

  Extraits de la "Lettre Pastorale"

- §3 - "Depuis l'année 2009, les évêques de France et d'Espagne du Chemin de Saint Jacques de Compostelle, s'efforcent de mener à bien une tâche commune d'évangélisation en faveur de tous les agents qui interviennent dans cette louable pratique religieuse qu'est le pèlerinage".

- §24 - "Ce Chemin n'est pas un simple itinéraire tracé sur une carte, ce n'est pas une suite de lieux que l'on traverse, il est voyage et rencontre, donner et recevoir, évangéliser et être évangélisé."

- §10 - " ...il constitue une expérience privilégiée pour découvrir lcs racines de l'Europe. „ "

- §29 - "les évêques, nous demandons ceci aux paroisses qui sont des étapes sur le Chemin de Compostelle et aux autres communautés qui accueillent les pèlerins : Sortez sur le Chemin pour évangéliser, accueillez tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les à visiter vos églises... que la charité de vos oeuvres s'accompagne par la charité des paroles".

- §37 - "Que l'Apôtre Saint Jacques vous donne la force de rester toujours fidèles à Jésus- Christ."

- §38 - "Que Marie, "étoile de la nouvelle évangélisation" vous accompagne dans votre cheminement".

                                                                                          * * *

 

  LES CHEMINS DE SA1NT-JACQUES DE COMPOSTELLE EN EUROPE carte

 

  carte Chemins de Compostelle en Europe PDF

                                                                                           * * *          

 

  LES CHEMINS DE SA1NT-JACQUES DE COMPOSTELLE EN FRANCE carte

 

  carte Chemins de Compostelle en France PDF

                                                                                          * * *

 

  Pour découvrir le Camino Francés : G. Bernés, Carnet de route d'un Pionnier, éd. Téqui, 2011 ; et Les Ponts du Chemin de St Jacques, 2014, Les Vierges du Chemin Français de Saint Jacques, 2015, et Le Chemin de Saint Jacques en Espagne (guide facsirnilé de l'édition de 1973), 2015, livres édités à compte d'auteur.

  Contact pour se les procurer : 05 62 68 79 29 / pastorale.csj32 at grnail.eom

 

  Ce feuillet a pu être réalisé grâce à la documentation rassemblée par M.-Fr. Migeot et J.-P. Auric, sous la direction de G. Bernés. Source principale : P. Huchet, Les Pèlerins de Compostelle : mille ans d'histoire, Rennes, éd, Ouest-France, 2011; Ouvrage collectif, Les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, Vie-en-Bigorre éd. MSM, 1999.

                                                  ------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Culture Histoire  

              

                                                           delhommeb at wanadoo.fr -  07/07/2016