Erasme

                                            Erasme, Colloques (1500)

 

                      LE PELERINAGE DIALOGUE D'OGYGE ET DE MENEDEME.

 

  (Erasme, Colloques, Imprimerie Nationale, Paris, 1992, trad. Etienne Wolf revue par Bernard Gicquel, t.II, pp. 34-36).

 

     Ogyge signifie : poussiéreux, démodé, ringard.

     Ménédème est un philosophe grec du IIIe siècle av. J.C. qui attacha beaucoup d’importance aux questions de morale pratique.

                                               ------------------------------------------

 

  Ménédème. Que signifie cet accoutrement ? Tu es couvert de coquilles creuses, chargé de tous côtés de figurines en étain et en plomb, orné de colliers de paille, et tu portes au bras des œufs de serpent.

 

  Ogyge. Je suis allé voir saint Jacques de Compostelle et, en revenant, Notre-Dame du Bord de Mer, fort célèbre chez les Anglais…

 

  Ménédème. Et ce pour ton plaisir, j'imagine ?

 

  Ogyge. Pas le moins du monde, par dévotion.

 

  Ménédème. Est-ce l'étude du grec qui t'a enseigné cette dévotion ?

 

  Ogyge. Ma belle-mère avait un vœu : si sa fille accouchait d'un garçon viable, j'irais en personne vénérer saint Jacques et l'en remercier.

 

  Ménédème. Tu lui as rendu hommage seulement en ton propre nom et en celui de ta belle-mère ?

 

  Ogyge. Non, de la part de toute la famille.

 

  Ménédème. J'imagine, quant à moi, que si tu t'étais abstenu de lui rendre cette visite, ta maisonnée ne s'en serait pas trouvée plus mal. Mais dis-moi, s'il te plait, ce qu'il a répondu à tes actions de grâce.

 

  Ogyge. Rien, mais quand je lui eu fait mon offrande, il m'a semblé qu'il souriait et inclinait légèrement la tête, tandis qu'il me tendait cette coquille creuse.

 

  Ménédème. Pourquoi donne-t-il cela plutôt qu'autre chose ?

 

  Ogyge. Parce que la mer, non loin de là, les lui fournit en abondance.

 

  Ménédème. Qu'il est bienveillant, ce saint qui aide à la délivrance des femmes en couches, et qui remet des présents aux pèlerins ! Mais qu'est-ce que cette nouvelle sorte de vœu, cette manière d'imposer des efforts à autrui sans rien faire soi-même ? Si tu avais promis que je jeûnerais deux fois par semaine afin que telle de tes entreprises connaisse un succès garanti, crois-tu que je le ferais ?

 

  Ogyge. Je ne le pense pas, quand bien même tu t'y serais personnellement engagé, car tu te plais à duper les saints. Mais s'agissant de ma belle-mère, je ne pouvais m'y soustraire, tu connais l'obstination des femmes. J'agissais donc dans mon intérêt bien compris.

 

  Ménédème. Quel inconvénient y avait-il à ne pas accomplir ce vœu ?

 

  Ogyge. Certes le saint ne pouvait m'assigner en justice, mais il eût pu, à l'avenir, rester sourd à mes prières, ou infliger secrètement quelque malheur aux miens. Tu n'ignores pas les manières des princes.

 

  Ménédème. Dis-moi comment vont la santé et les affaires de cet excellent saint Jacques ?

 

  Ogyge. Assez fraîchement.

 

  Ménédème. Pourquoi cela ? Le grand âge ?

 

  Ogyge. Tu plaisantes ! Les saints, tu le sais, ne vieillissent pas. Mais avec les nouvelles idées qui se sont partout répandues, on vient moins souvent le révérer, et les pèlerins viennent s'incliner sur son tombeau sans rien lui apporter ou presque, sous prétexte qu'il vaut mieux donner cet argent aux pauvres.

 

  Ménédème. Quelle illusion impie !

 

  Ogyge. Aussi ce grand Apôtre, jadis resplendissant d'or et de pierreries, en est-il réduit aujourd'hui à une statue de bois et à un cierge.

 

  retour à Q.Culture histoire

  home

                                                                       01/10/2010

delhommeb at wanadoo.fr