Saint Jacques et Reconquête

 

    

  Débuts.

 

  Au début du 8· siècle, les armées arabo-berbères ont conquis la plus grande partie de la péninsule ibérique sur les royaumes chrétiens wisigothiques.

  Pelayo, de la famille des rois wisigoths, se réfugie en 714 au nord, dans les montagnes des Asturies. Élu roi, il refuse de payer le tribut et attaque les petites garnisons berbères. En 722 il remporte dans les gorges de Covadonga la première victoire de la Reconquête.

  Ses successeurs consolident le modeste réduit initial et créent le royaume des Asturies dont la capitale est fixée à Oviedo et qui englobe la Galice. Ils effectuent bientôt des expéditions en territoire musulman, où ils réussissent à s'implanter de façon permanente dans la deuxième moitié du 8° siècle (vallée du Minio et Galice).

  Dans le même temps, le clergé des Asturies se rapproche de l'empire carolingien qui prend pied en Catalogne.

 

  Saint Jacques.

 

  Vers 785 un clerc asturien proclame saint Jacques évangélisateur et patron de l'Espagne.

La découverte de son tombeau, entre 813 et 830, apparaît comme l'affirmation de la foi commune qui unit, face aux musulmans, les différents peuples du nord de la péninsule (Asturiens, Cantabres, Galiciens, Navarrais, descendants des Suèves et des Wisigoths).

  Le royaume chrétien de Navarre se constitue progressivement dans la première moitié du 9° siècle, ce qui facilite les relations des chrétiens espagnols avec le reste de la chrétienté.

  Le pèlerinage naissant, grâce à la notoriété de l'Apôtre, va devenir le principal élément de contact entre les royaumes chrétiens espagnols et le reste du monde chrétien.

 

  Royaumes de Leon, Galice, Asturies, Castille.

 

  Quant au royaume des Asturies, il se pose en héritier de l'ancien royaume wisigothique et regroupe ses forces autour de sa capitale politique où réside le roi et la cour (Oviedo, puis à partir de 910 Leon), et du pôle religieux qu'est le tombeau de saint Jacques en Galice.

  La Reconquête acquiert une justification religieuse: il s'agit de rendre à la foi chrétienne les territoires évangélisés par l'Apôtre. Bientôt saint Jacques Matamore (le "tueur de Maures") va apparaître sur plus de quinze champs de batailles (Clavijo, en 844 d'après la légende, en fait 859; Simancas en 938; Coimbra (1064); Las Navas de Tolosa en 1212, etc.).

  À la fin du 11° siècle, royaumes de Leon, Galice et Asturies n'en forment plus qu'un seul, réuni à la Castille en 1230.

 

     (Christian Furia. Notre histoire N° 168)

    

  retour à Q.Culture histoire

  home

                                                                       22/11/2006

delhommeb at wanadoo.fr