Avènement de Compostelle (H. Jacomet)    

 

                                     L'avènement de Compostelle (Humbert Jacomet)   

 

                              

   

  Le Locus Sancti Jacobi fut toujours organisé de manière à faciliter la vénération de l'apôtre, comme le montre le complexe primitif englobé par l'actuelle cathédrale.

 

  A l'est du mausolée, Saint-Sauveur (1) est l'église des Moines, tandis qu'au nord le baptistère Saint-Jean-Baptiste (2) et la corticela révèlent la présence du siège épiscopal d'Iria, dont le transfert à Compostelle fut ratifié en 1095. A l'ouest, la nef de l'église Saint-Jacques (3) accueille les pèlerins.

 

  À l'extérieur de l'enceinte, San Félix assure la desserte des habitants du voisinage. Le sépulcre de l'apôtre, surmonté de l'autel principal forme le chevet de la basilique qui s'articule avec l'église Saint-Sauveur, connue sous le nom de Antealtares en raison de sa position.

 

  De dimensions modestes, le premier sanctuaire s'avère bientôt insuffisant. Aussi Alphonse III, roi des Asturies, le dote-t-il d'une nouvelle basilique consacrée en 899. Cet édifice, paré de marbres antiques importés d'Al-Andalus, fut, à ce qu'il semble, la plus grande église préromane jamais élevée dans le royaume Asturo-Léonais.

 

  Ainsi, contrairement à une opinion tenace, Compostelle ne fut pas au haut Moyen Âge le havre déshérité et insignifiant que l'on se plaît à imaginer, mais un sanctuaire royal richement doté, dont l'autel principal rutilait de croix votives et de couronnes d'or serties de gemmes.

 

  retour Q.Culture histoire

  home

                                                                       01/12/2011

delhommeb at wanadoo.fr