Saint Jacques : apôtre, témoin, médiateur

 

 

 texte de frère Jean Baptiste AUBERGER  - Petit livret culturel et spirituel du pèlerin de Saint Jacques. (Vézelay, ASJ Voie de Vézelay. 2004)

 

     L'apôtre

 

  L'apôtre saint Jacques dit "le Majeur" (pour le distinguer de saint Jacques "le Mineur", cousin du Seigneur Jésus) fut avec saint Jean l'Evangéliste, son frère, l'un des quatre premiers apôtres choisis par Jésus.

A ce titre, il assiste à la guérison de la belle-mère de Simon (Mc l, 29).

 

  Mais, sa primauté, nous la voyons plusieurs fois évoquée lorsqu'il est choisi avec Jean et Pierre pour être les témoins privilégiés de moments exceptionnels tels que: la résurrection de la fille de Jaïre (Mc 5, 37) et la Transfiguration de Jésus (Mc 9,2) préfigurant sa Résurrection.

 

  Aussi n'est il pas étonnant de voir les deux frères solliciter de celui-ci, par eux-mêmes (Mc 10, 35-40) ou par leur mère (Mt 20,20-23), la faveur de siéger l'un à sa droite et l'autre à sa gauche dans le Royaume. Sans récuser formellement cette demande, Jésus leur dit qu'il n'est pas de sa prérogative de la leur accorder.

 

  Puis, ils furent encore choisis l'un et l'autre avec Pierre comme témoins privilégiés de l'agonie de Jésus à Gethsémani (Mc 14, 33). Appelés "Fils du tonnerre" par Jésus, ils s'étaient en effet fait remarquer par leur caractère entier et leur ardeur apostolique (Lc 9, 54).

 

     Témoin

 

  Témoin de la Résurrection de Jésus, Jacques, selon la tradition, prêcha tout d'abord quelques années en Judée et en Samarie, en Syrie et dans les provinces voisines.

 

  Puis, il traversa la Méditerranée et vint en Espagne, où il fit peu de conversions, mais où la foi s'est surtout répandue par ses disciples.

 

  Il revint à Jérusalem déçu, et peut-être à l'occasion du premier Concile de l'Eglise qui décida de ne pas imposer aux païens les coutumes juives. En raison du succès de sa prédication, il y fut par la suite décapité par Hérode Agrippa, vers la fête de Pâques de l'an 44, pense-t-on (Ac 12,2).

 

  Le don de soi jusqu'au martyre est l'expression suprême du témoignage. Il est donc remarquable qu'il fut, après Etienne (premier martyr), le premier des apôtres à donner sa vie pour Jésus.

 

     Médiateur

 

  Médiateur, Jacques le fut pour de nombreux pèlerins venus de toute l'Europe le prier et le vénérer sur son tombeau à Compostelle.

 

  Pour les Espagnols occupés par les Maures, il fut, depuis son assistance par une apparition supposée à la mythique bataille de Clavijo (844), invoqué au cours de la Reconquista comme "matamore". " Santiago" devint le cri de ralliement des années chrétiennes combattant les "Infidèles" et l'apôtre est resté le patron de l'Espagne.

 

  Ayant été très proche de Jésus, comme témoin privilégié des moments importants de la vie de celui-ci, et ayant été premier apôtre martyr, il est - pense-t-on - bien placé pour obtenir de la part du Fils de Dieu toutes les faveurs que les pèlerins viennent lui demander.

  

  retour à Q.Culture histoire

  home

 

27/02/2006

delhommeb at wanadoo.fr