Accueil (St Jean Pied de Port) : récit (Thérèse et Marcel)

 

                                          Hospitalier, ou vivre le chemin d'une autre manière (Thérèse et Marcel)

                                                                    (ASJ Alpilles: Chemin faisant n°14)

 

  Lundi 1er Mai 2006 . Ce matin, Thérèse et moi, nous nous lançons dans l’hospitalité, ou plutôt l’accueil des pèlerins à St Jean Pied de Port. Cela faisait longtemps que cela nous trottait dans la tête: aider les pèlerins sur le chemin, leur offrir un peu de notre temps, peut-être les réconforter, et plus sûrement les rassurer, les conseiller car, vous le savez bien, au moment du départ le doute est présent, et mille questions tracassent le futur cheminant.

 

  Et puis, je l’avoue, c’est aussi une autre façon de poursuivre, de partager le chemin, car cette année il ne nous sera pas possible de partir de longues semaines, des obligations familiales nous en empêchant.

 

  A 8h30, arrivée du premier train en gare de St Jean .Quelques minutes plus tard, une quinzaine de pèlerins entrent dans le bureau d’accueil en même temps, haletant un peu (la montée est rude pour arriver au refuge), le sac tout neuf, en général trop ou mal chargé. On les sent un peu angoissés: ils sont à des milliers de kilomètres de chez eux, harassés pour certains par des heures d’avion, de train; en face du refuge, les Pyrénées semblent infranchissables. Et les questions fusent dans toutes les langues, car nous avons vu passer des européens, bien sûr, mais aussi des coréens, japonais, canadiens, néo-zélandais, américains (US), australiens, brésiliens, mexicains, sud-africains… L’anglais est bien entendu la langue véhiculaire.

 

  Où se loger ? Comment retenir des places dans les refuges en Espagne ? Quel est le chemin pour passer les Pyrénées ? Y a t’il des distributeurs d’argent en Espagne, des points Internet, etc.… Il faut donc informer au mieux, leur distribuer les documents de l’association: hébergements sur le Camino, itinéraire de la montée jusqu’à Roncevaux, la liste des réparateurs de cycles en Espagne, et bien d’autres renseignements encore …

 

  Puis c’est l’enregistrement (tampon sur le carnet du pèlerin, sexe, âge, nationalité, pays d’origine), pour que l’association des Amis de Saint Jacques locale soit informée des passages pour améliorer encore l’accueil. Un système de scanneur très astucieux avec caméra web et ordinateur permet aussi de mettre en mémoire les carnets des pèlerins. Il nous faut aussi, et c’est à mon sens le plus important, être à l’écoute, rassurer, redonner confiance parfois, et bien sûr l’expérience personnelle du chemin est à ce moment-là précieuse.

 

  Nos amis de l’association des Pyrénées-Atlantiques ont organisé un accueil qui est remarquable en documents donnant des informations de toutes sortes et dans plusieurs langues (japonais y compris, vous imaginez leur tête quand j’ai donné à un groupe de japonais une fiche explicative dans leur langue !). Le refuge possède 24 lits, avec possibilité d’extension dans un ancien collège privé. Une cuisine bien équipée est à la disposition des pèlerins. Le petit déjeuner est gratuit.

 

  Le rythme assez soutenu se poursuivra toute la journée, jusqu’à l’arrivée du dernier train vers 23 heures ! Et durera donc huit jours (ouverture 7h30 - pause 1 heure à midi - fermeture 0h00). Nous aurons d’ailleurs la joie et le plaisir d’accueillir un de nos adhérents, Alain notre ami de Carry le Rouet, que nous espérons avoir rassuré (il doutait de ses capacités physiques à franchir la montagne), et que Thérèse retrouvera d’ailleurs le lendemain à Roncevaux où il était arrivé en tout début d’après-midi après quelques heures d’efforts ! Pour quelqu’un qui doutait de ses capacités, il a doublé tout le monde…

 

  0h00 - Le bureau d’accueil est plus calme, la petite comptabilité des hébergements est à jour, il est temps d’aller se reposer. Demain sera un autre jour.

 

  Nous avons beaucoup apprécié cette semaine, au contact des pèlerins venus du monde entier, avec le (modeste !) sentiment d’avoir été utiles; cela a été une expérience vraiment enrichissante. Les sourires et remerciements de tous ces gens qui partaient un peu plus rassurés nous ont largement récompensés de nos peines.

 

  Nota : L’association des Amis du Chemin de Saint Jacques Pyrénées Atlantiques cherche tous les ans des bénévoles (logement gratuit au refuge, repas à votre charge) pour tenir huit jours l’accueil à St Jean Pied de Port. Il est recommandé de parler au moins une langue étrangère.

 

  A bientôt. Thérèse et Marcel.

                                                       ------------------------------------------------------------------------------------

 

  retour à Q.Pratique retour

  

delhommeb at wanadoo.fr - 01/05/2011