Hospitalier (A.Bretonne)  

 

                                                          Association Bretonne A S J

                                                                  Ar Jakes n° 71

                                                          -------------------------------------------

                                                    Journée de formation à l’Hospitalité

 

  Le 17 avril 2014, 36 adhérents de l'Association, venus des 5 Départements Bretons, se sont retrouvés à Josselin pour une journée de réflexion sur le thème de l'hospitalité.

  Travail en 4 groupes pendant une heure, puis mise en commun des échanges exprimés :

 

  1 - Pourquoi devenir hospitalier ?

  Pour :

- prolonger le chemin et en découvrir un autre aspect,

- rendre ce que l'on a reçu,

- partager, rencontrer des pèlerins autrement,

- remercier ceux qui nous ont reçu antérieurement,

- accueillir, reproduire le bon côté de l'accueil,

- développer l'esprit d'équipe,

- prendre soin des malades, en évaluer la gravité, et éventuellement conseiller de voir un médecin ou une infirmière,

- être à l'écoute de l'autre, être demandeur de l'autre,

- avoir envie de se dépasser soi-même,

- faire une halte spirituelle,

- passer des vacances originales.

 

  2 - Rôle de l'hospitalier

- Assurer la propreté du gîte et la préparation des repas,

- Accueillir avec le sourire, amabilité, bonne humeur,

- Enregistrer les pèlerins et tenir la comptabilité,

- Avoir le sens de la responsabilité, de l'autonomie,

- Maîtriser une langue étrangère (anglais et/ou espagnol par exemple),

- Tamponner le credential,

- Donner les informations pratiques, présenter le gîte et accompagner le pèlerin jusqu'au dortoir ou la chambre,

- Renseigner sur les possibilités de ravitaillement, de services, de commerces, les horaires des services religieux, le patrimoine local, l'environnement,

- Avoir une attitude d'écoute, être disponible, ouvert, tolérant, discret, patient, respectueux; être adaptable et procurer si besoin un soutien moral, redonner courage, conseiller,

- Faire preuve de rigueur et de fermeté pour faire respecter le règlement interne, en particulier le silence le soir passée un certaine heure,

- Faire preuve de discernement face aux éventuels "faux pèlerins",

- Etre strict sur la prévention des punaises de lit,

- Refuser les animaux,

- Assurer une bonne entente et un bon esprit d'équipe dans une équipe d'hospitaliers, bien répartir les tâches en fonction des affinités de chacun, ne pas hésiter à prendre un moment dans la journée pour se réunir et mettre à plat les éventuels problèmes rencontrés et les régler rapidement. Ceci semble essentiel pour accueillir les pèlerins

dans de bonnes conditions.

 

  3 - Qualités souhaitées, conditions pour devenir hospitalier

- La plupart des qualités souhaitées ont été développées dans le paragraphe précédent.

- Cependant, l'accent a été mis à nouveau sur la nécessaire convivialité, le respect des personnes, la propreté du gîte. La première impression du pèlerin arrivant fatigué se joue dans les premiers instants de l'accueil.

- Savoir choisir son lieu d'accueil, en fonction de ses aptitudes personnelles, sa qualité d'accueil religieux ou pas.

- Le problème du "donativo" a été abordé. Ce terme ne semble plus bien convenir, au moins en France, il semblerait préférable de lui substituer celui de "libre participation", plus explicite.

- Il serait bon d'insister, lors des différentes permanences départementales, sur l'aspect bénévole des hospitaliers qui méritent aussi respect et politesse de la part des pèlerins.

- Bien évidemment, il est indispensable d'avoir marché sur un chemin, au moins une fois, de préférence en totalité, pour envisager raisonnablement d'accueillir des pèlerins à son tour.

- Il est souhaitable aussi d'être adhérent à notre Association ou à une autre pour éviter que des personnes non-autorisées ne prennent place dans un gîte et soient mal placées pour accueillir convenablement des pèlerins.

- De la même façon, pour lutter contre la commercialisation du chemin, il est primordial de sauvegarder le bénévolat, garant des bonnes intentions des candidats.

                                                   -----------------------------------------

                                Témoignage d’une hospitalière sur le chemin de Vezelay

                                              par Michelle RUSSON

 

  Michelle a assuré plusieurs séjours en tant qu'hospitalière dans différents gîtes, dans le cadre de l'Association des amis et pèlerins de St Jacques sur la voie de Vézelay et de l'Association des amis et pèlerins de St Jacques et d'Études Compostelannes du Limousin-Périgord. Il nous a paru intéressant de lui proposer de nous faire partager son expérience.

 

  Ces deux Associations n'acceptent que les "vrais" pèlerins, avec crédential, à l'exclusion de ceux qui font porter leurs bagages ou bénéficient d'une voiture suiveuse.

 

  Prise de contact au préalable avec l'équipe en place pour organiser son installation, sans gêner l'activité de la journée.

 

  A l'arrivée au gîte

- Visite du gîte, passage des consignes sur la tenue du gîte, le fonctionnement du matériel, les services du village, les bons plans etc.

- Transmission du registre des pèlerins et du registre Recettes-Dépenses. Vérification du solde.

- Dès que possible, passage à la Mairie, propriétaire du gîte, pour prendre contact et se présenter.

- Contact également avec le voisinage.

 

  Accueil des pèlerins à partir de 16h

- Accueil souriant, convivial, décontracté avec offrande de boisson et gâteaux.

- Présentation du village : les services, les monuments intéressants.

- Enregistrement des pèlerins.

- Respect du silence des pèlerins et du besoin de repos.

- Transport des pèlerins si besoin, hôpital, soins, courses au village éloigné.

- Préparation du repas.

- Dîner vers 19h dans une ambiance familiale avec échange sur le chemin, écoute et conseils si besoin.

- Prise en compte des besoins des pèlerins: horaire et composition du petit déjeuner, selon les goûts.

- Vaisselle, Entretien.

- Préparation de la table pour le petit déjeuner et Dodo !

 

  Lever vers 6h

- Préparation du petit déjeuner, avec parfois une spécialité bretonne par exemple.

- Veiller à la convivialité durant ce repas.

- Départ des pèlerins : nous leur souhaitons un bon chemin, et parfois les accompagnons pour quitter le

village.

- Entretien du gîte : nettoyer tout le local, changer les lits, vérifier l'absence de punaises, faire la lessive (draps, taies, torchons...).

 

  Après 10h, nous pouvons quitter le gîte

- Temps libre pour réaliser des visites, découvrir le chemin en amont et en aval du gîte, faire les courses

pour le repas du soir.

 

  A 16h, nous rentrons au gîte

- Vérification des appels téléphoniques.

- Préparation du repas du soir. Ce repas doit être varié et équilibré, avec légumes, fruits, glucides (céréales si possible sans gluten), protides (viande ou poisson), laitages.

Les pèlerins apprécient les plats espagnols (paella, tarta de Santiago), en évitant les plats que les pèlerins consomment quand ils se font la cuisine eux-mêmes (tomates-pâtes...)

 

  Comptabilité

- Durant le séjour, nous tenons au fur et à mesure le registre des recettes et des dépenses (règlement des pèlerins et achats de produits alimentaires ou de produits pour le gîte) et vérifions régulièrement qu'il n'y a pas d'erreur.

- Si besoin, nous effectuons un virement au siège de l'Association pour éviter d'avoir trop d'argent en caisse.

                                                    ---------------------------------------

                                  Compte rendu de la rencontre des familles d’accueil d’Anjou

                                            Puy-Notre-Dame le 31 mai 2014

 

  L’Association des Amis de Saint Jacques de Compostelle en Anjou a organisé le 31 mai 2014, à Puy-Notre-Dame, une rencontre des familles d’accueil sur la voie des Plantagenet, où l’Association Bretonne des Amis de Saint Jacques de Compostelle était cordialement invitée. Cette réunion regroupait environ une vingtaine de familles, et a permis de faire le point sur l’organisation de l’accueil familial, son fonctionnement et le partage des expériences.

 

- Une première question se pose : A t-on le droit d’accueillir les pèlerins ? La réponse est OUI lorsque cet accueil ne fait pas l’objet d’une tarification.

- Cette gratuité n’empêche pas la "libre participation" aux frais engagés par la famille d’accueil.

- De ce fait, et afin de ne pas nuire aux professionnels ou être assimilé à ceux-ci, aucune publicité ne doit être faite.

- Pour cela, l’Association des Amis de Saint Jacques de Compostelle en Anjou conserve, en interne, la liste des familles d’accueil, et ne la diffuse pas. Les pèlerins peuvent trouver sur son site la liste des hébergements pèlerins.

- Sur cette dernière, il est précisé, dans les communes concernées, "Accueil pèlerin dans une famille hospitalière. Prendre contact avec l’association".

- Le site précise, dans la rubrique "Pratiques", sous-rubrique "hébergements en Anjou", qu’ " il appartient aux pèlerins de se mettre en rapport avec les personnes responsables du service". Quatre noms et numéros de téléphone sont notés.

- C’est ainsi, en prenant contact directement avec l’association, que le pèlerin pourra obtenir les coordonnées d’une famille d’accueil.

- Il est demandé aussi aux pèlerins d’être possesseurs de la crédential ou du carnet du Miquelot.

- Une charte à l’usage des pèlerins a été rédigée, demandant notamment au pèlerin de ne pas divulguer les coordonnées des accueillants.

                               -----------------------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Pratique

  home

                                                                       01/12/2014

delhommeb at wanadoo.fr