Donativo (Serge 2)  

 

                                            Le prix des hébergements - droit de réponse

                             Serge du Relais des Jacobins   lerelaisdesjacobins@hotmail.fr

                                     Co-signataires : Elena & Anne-Charlotte à Condom

                                             Les Zoreilles du Chemin n° 46 (oct 2014)

 

  Merci pour cet article (Zoreilles 45 de septembre 2014) défendant, non pas la veuve et l’orphelin, mais le pèlerin et le désargenté du chemin, qui avant proposaient de te donner un coup de main en échange du coucher, mais maintenant te disent le mot magique " donativo"' et se servent dans ton frigo en oubliant même la petite boite prévue à la récolte d’une modique aumône….

 

  Eh oui, le chemin change, et il y a de moins en moins de donativo, et pour cause ! Heureusement la majorité des hébergeurs sont toujours là pour aider ceux qui le méritent, sans pour cela le crier sur les toits: la charité est une question personnelle et intime. Ceci dit, la grande majorité des pèlerins ont prévu le budget adéquat qui reste modeste, en fait de 30 à 35 € la demi-pension pour des prestations souvent de qualité. Contrairement à l'affirmation de l'article, la fréquentation du chemin reste toujours en augmentation, cette année aura vu une progression moins forte que les années précédentes, mais progression quand même !

 

  Quant à la notion d’économie du chemin, plusieurs pèlerins économistes de leur état m’ont dit: "Tu es souvent complet ! Augmente tes prix !" (ce que je ne fais pas). C’est effectivement une notion de base d’économie qu’on apprend dans les bonnes écoles de commerce ! Autre notion élémentaire, la liberté de choix, et le miam-miam-dodo, mieux que tous les autres guides, participe à cette information complète et précise garantissant cette liberté de choix. Je comprends que certains peuvent exagérer, mais admettons que la majorité est raisonnable, et donc ne jetons pas l’opprobre sur une profession qui garantit justement la pratique du chemin, car s’il n’y avait plus de gîte, il n’y aurait plus de pèlerins !

 

  Maintenant rentrons un peu dans le détail de la gestion d’un gite: frais fixe + coût variable = seuil de rentabilité. Simplifions en estimant que ces coûts variables selon la fréquentation sont en fait à peu près fixes d’une année sur l’autre:

  loyer ou crédit, + eau, + gaz, + électricité, + téléphone, + internet, + impôts (ordures, taxe d’habitation ou foncière), + assurances (professionnelles et particulières), + charges sociales selon le statut ( de 14,20% à 25 % selon que tu récupères ou pas la TVA et pour autant que tu ne sois pas " donativo" (mais ceci est un autre débat), + taxes de séjour, + aménagement de la maison et travaux faits et restant à faire, + amortissement du matériel soumis à rude épreuve et qu’il faut changer des fois tous les 5 ans (lave-vaisselle, machine à laver, sèche-linge, aspirateur, frigo, vaisselle, literie : drap-housse, taie d’oreiller, et parfois housse de matelas), + ordinateur à disposition, + robinetterie, + consommables (produits ménager, produits insecticides, nourritures…), + un strict minimum de 3 heures d’homme de ménage à 10 €/h (chargée 20 €), pour une disponibilité de 6h30 à 22h30, soit 14 h par jour (payée 3h) si tu prends 2 h pour récupérer entre midi et deux, + frais de publicité (OT et guide internet type chemincompostelle.com + flyer)

  = pas loin d’une moitié d’une demi-pension si l’on considère que la saison est de maximum 6,5 mois et que l’année en compte 12, et comme tous les pèlerins ne prennent pas la demi-pension, on peut ramener ce quota à 2/3 ! (si tu ne proposes que le couchage, tu es gîte communal, ou tu as des revenus annexes). Donc disons que le "bénéfice" (on pourrait dire salaire !), en tout cas la marge brute est de 8 à 10 € par pèlerin sur 32 € la demi-pension.

 

  Tu veux gagner 50.000 €, c’est simple: il te faut 5.000 pèlerins ! Et on voit vite là où ça coince: la fréquentation d’un gîte, qui est limitée à 15 lits de par la législation (l’essentiel des gîtes sur le chemin est de 10, je pense), est au maximum de 2.925 s’il est complet absolument tous les jours et qu’il soit le seul à l’étape ! En conséquence, l’espoir suprême se réduit à 17.700 € si ton occupation est de 60 % sur la saison complète (ce qui est déjà bien = 1.770 pèlerins, tous les gîtes sont loin de faire ce chiffre), ce qui ramène a un "salaire" mensuel, 6 mois de l’année, de 1.475 € (dans le meilleur des cas), mais avec le sourire et la passion de l’accueil ! Et bien sûr, 4 mois de vacances en continuant de payer les charges fixes avec le reste des 6 mois gagnants, pour faire un chemin (ou pour faire un autre travail) tous les ans en guise de formation continue… (encore faut-il pouvoir proposer 15 lits… et je peux te dire que c’est du boulot…).

 

  Donc, nous ne sommes pas à plaindre, mais sûrement pas non plus à blâmer. C’est notre choix de vie, et on fait le job, et on le fait bien. Si nous n’avions pas ces "revenus", nous ne le ferions pas, soyons honnêtes, vocation certes, mais jusqu’à un certain point. En conclusion, tu peux vivre de cette profession d’hébergeur pour autant que tu n’aies pas une famille à élever ni le rêve de faire fortune. On comprend par ailleurs pourquoi, dans beaucoup de couples d’hébergeurs, l’un des deux travaille ailleurs.

 

  Tu auras compris qu’en prenant ma plume, je défendais " l’honneur" de nombreux hébergeurs qui se sont sentis un peu " offensés" par l'article, car, très sincèrement, ce sont des gens dévoués et honnêtes. Non, le chemin n’est pas très onéreux pour les prestations que les pèlerins nous demandent en France, et il y a le miam-miam-dodo pour savoir où on l’on va ! L’économie du chemin se fait naturellement selon l’offre et la demande, merci encore d’avoir rappelé à l’ordre ceux qui ne l’avaient pas compris.

                                     --------------------------------------------------------------------

      

  retour à Q.Pratique retour

  home

                                                                       17/10/2014

delhommeb at wanadoo.fr