Donativo (Lucette)  

 

                                                             Pensées sur le donativo                                 

                                            Lucette et Jean Louis (Auberge des 2 Pèlerins)

                                                Les Zoreilles du Chemin n° 46 (oct 2014)

 

  A tous les hébergeurs et hébergés du chemin, voici notre réflexion sur le don.

 

  Hébergeur, Toi qui pratiques le donativo, c’est par amour, par passion, par esprit de service, par conviction religieuse que tu accueilles le pèlerin. Toi qui pratiques le donativo, tu procures au pèlerin un lit, et souvent le couvert, et tu ne demandes rien en échange: la participation est libre, chacun donne ce qu’il veut ou peut. Toi qui pratiques le donativo, ta générosité désintéressée enchante ceux qui passent chez toi, et sans aucun doute regardent-ils d’un autre oeil la spiritualité et la religion. Toi qui pratiques le donativo, véritablement et sincèrement, tu as le sentiment de faire une bonne action.

 

  Mais regarde au-delà des pèlerins que tu accueilles, prête attention à ceux qui les accueillaient déjà avant ta venue. Oh ! Ils ne pratiquent pas le donativo, mais ils ne sont pas tous, loin de là, des commerçants dont les dents acérées guettent le porte-monnaie des pèlerins. Oh ! Ils ne pratiquent pas le donativo, mais ils ne sont pas les scélérats passeurs de gué qui détroussaient le pèlerin et le noyaient. Ils ne pratiquent pas le donativo, et la grande majorité d’entre eux sont des autochtones; pour eux la participation des pèlerins constitue le complément alimentaire nécessaire qui les tient au pays. Ils ne pratiquent pas le donativo, mais ils paient taxes, charges, impôts et remboursements d’emprunts, effectués pour créer leur gîte: Ils se soumettent à la réglementation.

 

  Ils ne pratiquent pas le donativo, mais regarde-les ! Ils sont au désespoir de voir les pèlerins s’arrêter de moins en moins souvent chez eux, alléchés qu’ils sont par la publicité qui est faite aux donativo dans les guides du chemin, sur internet et sur les panonceaux. Quelques-uns arrêtent l’accueil, d’autres se retrouvent au chômage.

 

  Crois-tu qu’une action qui porte de si mauvais fruits puisse être bonne ? L’arbre ne doit-il pas être jugé aux fruits qu’ils donnent ? Et pourtant tu es un être généreux… Et pourtant… C’est vrai que cette générosité doit perdurer sur le chemin. Sans elle, l’esprit du chemin n’existe plus.

 

  Eh oui… C’est vrai que le don doit être… Le don... Mais pas le donativo qui n’a de commun avec le don que les premières lettres ! Nous avons recherché dans l’évangile une définition du don, puisque c’est l’esprit religieux qui pousse en général au donativo. Et nous avons trouvé. Au chapitre 6 de l’évangile. Matthieu cite Jésus: "Gardez-vous de pratiquer votre justice (l’aumône, la prière et le jeune) devant les hommes, pour vous faire remarquer d’eux; sinon, vous n’aurez pas de récompense auprès de votre père qui est dans les cieux. Quand donc tu fais l’aumône, ne va pas le claironner devant toi; ainsi font les hypocrites, dans les synagogues et les rues, afin d’être glorifiés par les hommes; en vérité je vous le dis, ils tiennent déjà leur récompense. Pour toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fais ta main droite, afin

que ton aumône soit secrète; et ton père qui voit dans le secret te le rendra."

 

  Ne paraissent concernés a priori que ceux qui sont religieux, mais en fait, au-delà de la religion, ne s’agit-il pas là de paroles de sagesse ? Ne s’adressent-elles pas à tous ? "Claironner devant soi" sous forme de panonceaux, de mention dans les guides, sur internet que l’on est généreux, n’est-ce pas au bout du compte vouloir attirer le chaland ? Ainsi font "les hypocrites" qui s’imaginent être généreux ! Ceux-là tiennent déjà leur récompense. Pas un ne mérite d’éloges ! Cette attitude est bien loin du véritable don qui doit être discret: que ta main gauche ignore ce que fais ta main droite. Le don ne regarde que celui qui donne et celui qui reçoit.

 

  Quant à toi, hébergeur qui déplore l’existence des "donativo", es tu prêt à servir l’esprit du chemin, à faire preuve d’esprit de générosité ? Es-tu capable de donner sans te poser de questions sur les qualités de celui qui demande, sans mettre en doute, à priori, sa pauvreté, sa sincérité ?

 

  Toi hébergeur, certainement as-tu rencontré des jeunes et des moins jeunes dont le budget paraissait juste, mais qui souhaitaient partager le repas ou passer la nuit. Aussi, parfois, t’arrive-t-il d’accueillir alors, et donne-tu alors sans tapage. Et là, ce geste est dans l’esprit. Et quand, certain soir, un quidam pèlerin propose le paiement de ce repas, de cette nuit que tu envisageais de fournir gratuitement, c’est encore tout à fait dans l’esprit. Mais lorsque le quidam pèlerin demande à le faire dans la discrétion, sans que personne

ne le sache , surtout pas le bénéficiaire du don, n’est-ce pas là le véritable esprit du chemin ? La vraie générosité ?

                                           --------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Pratique retour

  home

                                                                       17/10/2014

delhommeb at wanadoo.fr