Donativo (Jean-Marc)  

 

                                                        Zoreilles n° 47  (novembre 2014)         

              Jean-Marc Lucien, Hospitalité Chrétienne Pèlerins d’Emmaüs à Saint-Privat-d'Allier

 

  Depuis plusieurs numéros des Zoreilles, différentes personnes prennent position sur le sujet des "Donativo" avec ou sans "s", en se référant bien sûr à leur situation personnelle, pour émettre leur avis sur cette réalité du chemin. Chacun est libre d'avoir sa propre opinion et de défendre ainsi son gagne-pain, même avec des argumentations "complexes", financières ou moralisatrices. Et je me refuse à ouvrir la boîte à polémique pour contester ou approuver telle ou telle vision. Mais étant directement concerné par ces affirmations péremptoires sans qu'aucun échange ne m'ait été proposé par les détracteurs de l'accueil en libre-participation, je souhaite utiliser mon juste droit de réponse pour exprimer la version "hébergeur libre" qui défend son approche de l'accueil "Donativo", témoignage de Foi.

 

  Première remarque:

  Ce chemin, n'en déplaise aux Organisations et Associations commerciales, est avant tout un chemin de "Pèlerinage" et non de randonnée; et ceux qui le fréquentent ne sont généralement pas les mêmes que les habitués des GR20, GR10, et autres grandes randonnées. Il y a quelques marcheurs plus ou moins désargentés, c'est vrai, mais surtout beaucoup de blessés de la vie. Je réfute absolument l'idée que les accueils chrétiens "donativo" sont là pour les pauvres financièrement, et que des riches en profitent. Je sais bien que d'aucuns voudraient que notre motivation soit limitée à cela, mais non, nous sommes là pour tous ceux qui sont en marche avec des poids de vie trop lourds, quels que soient leurs moyens financiers. C'est notre rôle de chrétiens que nous tenons, et notre manière de témoigner de notre Foi.

 

  Et si nous sommes en libre-participation, c'est parce que nous affirmons avec force que nous recevons, en chaque pèlerin, le Christ qui frappe à notre porte. Il ne nous parait pas conforme à notre Foi de recevoir notre Sauveur en lui proposant un prix à payer... Celui qu'Il a versé pour nous (Sa mort sur le Sainte Croix) nous semble incomparable pour oser demander un prix ! Lorsque nos amis hébergeurs, détracteurs de notre approche,  s'expriment au nom de la Foi, en s'appuyant sur un vague passage de l’Evangile sans pour autant accepter de prendre en compte l'ensemble de la démarche chrétienne, ils usurpent des compétences qu'ils n'ont pas; ils n'ont pas eu le courage d'ailleurs d'échanger avec nous sur la démarche de Foi avant de critiquer...!

 

  Je comprends bien que la charité humaniste est discrète, et personne ne le conteste; mais en ce qui concerne le témoignage chrétien par l'accueil du Frère en Christ (pas seulement offrir le lit et la soupe, ça c'est facile), mais prendre le temps de prier pour et avec l'accueilli, comme le rappelle notre Evangile, la lumière n'est pas faite pour être mise sous le boisseau. Cet Accueil est et restera avant tout "Chrétien", l'affichera sur tous les supports concernés, et, parce que le Christ y est accueilli, restera "Libre".

 

  Deuxième remarque:

  Les hébergements commerciaux, en guerre les uns contre les autres, n'ont pas besoin des accueils chrétiens "donativo" pour se pourrir la vie, et provoquer des fermetures d'hébergements. Quand la fréquentation réelle baisse de 20%, que le nombre d'accueils commerçants augmente de 25% en deux ans, et que les prix de certains s'envolent, la loi de l'offre et de la demande fait le reste... Ce n'est pas la vingtaine d'hébergements en libre participation, souvent d'une dizaine de places (15 maximum), sur les 800 lieux d'hébergements de la voie du Puy et les 150 places disponibles en moyenne à chaque étape de ladite voie, qui sont responsables du problème.

 

  Si l'on veut parler économie et commerce, aucun hébergement de moins de vingt places n'est "rentable" au sens strict; il ne peut être qu'un complément de revenu. Quels que soient les arguments proposés par ceux qui pensent vivre du chemin sans autre source de revenu et avec 15-20 places, ces petits hébergements seront mécaniquement contraints de revoir leur copie; en cause la logique financière d'une entreprise, qu'il y ait ou non dans le secteur un accueil en libre participation.

 

  Troisième remarque, et non des moindres:

  En chambres d'hôtes, comme en gîtes, en France, le prix est libre; si en tant qu'entreprise, je décide de proposer à chacun de me régler le prix qu'il veut, je suis dans la libre concurrence, et lorsque mon entreprise paye ses charges et ses impôts comme tous les autres commerçants, je ne vois pas où se trouve le problème.

 

  Ma conclusion:

  Sans la démarche chrétienne, le chemin n’est plus ! Cette démarche chrétienne n’est pas économique, mais spirituelle; le témoignage de la porte ouverte au Christ qui pèlerine est un témoignage de Foi qui s’affiche clairement, et qui ne peut être remis en cause par le simple fait économique; sauf à considérer que la Foi est un moyen de gagner de l’argent, et je laisse à ceux qui pensent cela leur entière liberté de l’assumer.

 

  Pour autant, je reste à la disposition de ceux qui souhaitent échanger sur ma réponse, mais pas à travers un déballage polémique, mais de façon directe sur mon e-mail que je laisse ci-dessous.

  Amitiés Jacquaires à toutes et tous.

 

  Jean-Marc Lucien, Hospitalité Chrétienne Pèlerins d’Emmaüs à Saint-Privat-d'Allier   jmlucien@accueilstprivat.com

                                   -----------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Pratique retour

  home

                                                                       20/11/2014

delhommeb at wanadoo.fr