Sac à dos (Pontidiluce)

 

                                                              Le Sac à dos parfait

                      (Edo Pedron e Gianluca Bacigalupo) traduction de Serena Fabbrini et Sylvie Gaury

 

  Grâce à l’expérience accumulée pendant des années et aux kilomètres parcourus à pied en montagne, on arrive parfois à effleurer cette magie du “Sac à dos parfait” où tout est essentiel et rien n’est superflu, mais dans la plupart des cas, le sac à dos est toujours beaucoup plus lourd que l’envie de le transporter sur le dos.

 

  Le paradoxe vient de ce que le travail le plus pénible du pèlerin n’est pas de marcher, mais de préparer le matériel à emporter, parce que votre sac à dos, où vous mettez toutes vos certitudes, ne doit pas être trop lourd, mais ne doit pouvoir contenir que ce qui est indispensable pour votre chemin. C’est apparemment facile, mais c’est la structure de votre sac à dos qui va faire la différence. Les produits les plus techniques sont faits pour améliorer le confort et la bonne distribution du poids sur le dos.

 

  Généralités

 

- Les bretelles doivent être bien rembourrées, et les sangles abdominales doivent avoir la juste ergonomie. De plus, très important, l’arrière du sac doit être fait en tissu transpirant, séchant rapidement, ayant une bonne circulation de l’air pour éviter d’être trempé par la transpiration.

 

- D’autres détails importants sont les dimensions de l’appui de l’arrière du sac qui pour le dos d’un homme de 2 m aura d’autres exigences par rapport à celui d’une femme de 1,60 m. Les meilleurs produits sont proposés sur le marché en plusieurs tailles, avec possibilité d’adapter le sac à votre dos. Les producteurs se sont bien rendus compte que, sous le profil physiologique et anatomique, les hommes et les femmes ne sont pas identiques, et les femmes peuvent enfin trouver des sac à dos faits exprès pour leur morphologie. Les maisons les plus prestigieuses s’appuient sur des cliniques orthopédiques pour créer leurs prototypes.

 

- Ceci dit, il ne faut jamais exagérer avec le volume des poches extérieures, car si le poids n’est pas parfaitement équilibré et bien distribué, vous aurez du mal à marcher de manière équilibrée. Les meilleures poches sont celles qui peuvent disparaître s’il le faut par compression et qui suivent le profil du sac à dos.

 

- Un accessoire important, et même stratégique en cas de pluie, est le sursac en tissu imperméable, souvent intégré dans une pochette au fond du sac ou sur la fermeture supérieure.

 

- A ce propos, la séparation de la partie supérieure et de la partie inférieure est très utile, surtout si on a la possibilité d’avoir accès au deux indépendamment de l’extérieur. Par exemple, en dessous on peut mettre le duvet et les vêtements, au-dessus le change, la nourriture, l’appareil photo et ce dont on a le plus souvent besoin. - Enfin la qualité des tissus employés est aussi importante: les tissus doivent être légers mais aussi très résistants au frottement et à l’usure. Lors de votre choix, prenez un sac à dos qui soit construit avec des matériels de qualité garantie.

 

  Modèles de sac à dos

 

- Les modèles qui existent appartiennent à plusieurs catégories, mais ici on va analyser seulement celles qui nous intéressent pour le chemin.

 

- Pour le chemin, nous n’avons pas besoin d’un sac à dos de grande capacité, mais un de 45/50 litres de volume, est plus que suffisant, et parfois il serait même trop gros si vous parcourrez le chemin en été, quand on a besoin de moins de choses à emporter. Autrement, si vous en trouvez, prenez en considération les sac à dos flexibles qui sont de taille variable 40+10, et qui vous permettent d’agrandir, s’il le faut, la seule partie supérieure.

 

- Les parties principales des sac à dos à prendre en considération sont les suivantes :

 

  Dos (arrière)

 

- Le dos peut être fixe ou mobile. Dans ce cas, on peut régler la distance entre la sangle abdominale et les rappels de charges. Certains modèles vous permettent aussi de régler la distance entre les deux épaules en sens horizontal. La raison est claire: le sac à dos peut ainsi s’adapter à un grand nombre d’usagers, indépendamment de leur taille.

 

- Selon moi, les sac à dos fixes sont les moins stables et s’abîment plus vite. Par contre, les sac à dos fixes ont les sangles pectorales à une hauteur fixe par rapport à la ceinture, et vous devez choisir la bonne taille.

Ils offrent l’avantage d’avoir une grande stabilité et un poids inférieur. Ils sont en général les plus robustes, n’ayant pas de parties mécaniques en mouvement ou à régler. Dans ce cas la règle générale est: "ce qui n’y est pas ne se casse pas".

 

  Armature

 

- La plupart des sac à dos fixes ou mobiles ont a l’intérieur des barres en aluminium qui peuvent se modeler selon la courbe naturelle de votre dos. L’armature peut être aussi en plastique, plus légère que l’aluminium. Elle peut se trouver englobée dans le tissu, les modèles ayant des cadres en aluminium sont dans la plupart des cas mobiles. L’armature est l’âme du sac à dos et détermine la rigidité de la structure.

 

- On peut trouver aussi des sac à dos très légers qui arrivent à contenir 50 litres, mais qui à mon avis n’ont aucune structure portante. Par contre, il vaut mieux un sac qui pèse 300 ou 400 grammes de plus, mais qui adhère bien au dos et soit bien stable.

 

  Sangle abdominale

 

- Elle doit être généreuse, bien rembourrée, plutôt dure. Qu’elle soit ample de façon à bien s’appuyer sur les hanches, afin de décharger le poids sur le bassin, déchargeant ainsi des épaules une partie du poids. Celle ci est une des parties du sac à dos souvent sous-estimée, mais si elle est bien ajustée, elle vous aidera à soulager les épaules et le dos.

 

- Certaines ceintures ont à l’extérieur des pochettes très utiles pour y mettre des petites choses et les avoir à portée de main.

 

  Sangle pectorale

 

- Très utile pour tenir les bretelles et éviter qu’elles ne vous tirent les épaules en arrière: la plupart des sacs à dos d’une certain volume ont une sangle pectorale.

 

  Poches externes

 

- Des philosophies très différentes et souvent discordantes existent à ce propos, moi, je conseille d’en avoir de très petites qui peuvent disparaître. En tout cas, il faut savoir que plus celles-ci sont grandes et moins la charge est stable . La raison étant que nous éloignons le point d’équilibre du sac à dos vers l’extérieur, et donc notre corps prend des postures peu naturelles pour mettre le binôme homme-sac en équilibre.

 

  Compartiments

 

- Un sac de 50 l de capacité devrait avoir au moins deux compartiments à l’intérieur, séparés par une ficelle, par une cordelette ou par une fermeture éclair. Dans la partie inférieure, on peut mettre le sac de couchage et les choses qui serviront à ce dernier, dans la partie supérieure tout le reste.

 

  Ceintures de compression

 

- C’est une des premières choses à regarder lors de l’achat d’un sac à dos. Elles peuvent être verticales et/ou horizontales. Les sac à dos de meilleure qualité ont les deux. Elles sont faites de rubans qui courent le long du sac, sur les côtés et qui sont fermées par des boucles ou par un réglage en plastique qui permettent de comprimer le contenu. La règle étant: Charge comprimée = sac à dos stable = moins de fatigue

 

  Fermetures Eclair

 

- Elles doivent être de bonne dimensions, de façon à s’ouvrir facilement, encore mieux si elle sont protégées par un ruban en tissu qui les rendent imperméables. On doit pouvoir couvrir et protéger la partie supérieure ou les parties les plus exposées aux agents atmosphériques.

 

- La fermeture éclair du compartiment inférieur est celle qui supporte les plus grands stress mécaniques et doit avoir de grandes dents et être la plus grande par rapport aux autres.

 

  Accessoires

 

- Pour un chemin de plusieurs jours, un sursac s’avère très utile; dans les marques les plus importantes, il est intégré dans la pochette sous le sac. Il couvre tout l’extérieur du sac en cas de pluie.

 

- Camel bag: c’est une sorte de poche en plastique, mise à l’intérieur du sac; elle permet de transporter l’eau et de s’hydrater grâce à un tuyau qui sort d’une des bretelles. Selon moi, c’est l’accessoire le moins indiqué pour le chemin… l’eau stagne dans le tuyau qui, exposé en plein soleil, la réchauffe, et même si la poche est lavée avec différents produits…l’eau a toujours un goût de plastique. Mieux vaut utiliser une ou deux bouteilles d’un demi-litre que vous remplirez d’eau fraîche aux fontaines.

 

  Conseils

 

- Un conseil pour les femmes: si le sac que vous allez acheter est de dimension supérieure à 35/40 l, je conseille vivement d’en acheter un adapté à la morphologie féminine. Ce sac est doté d’un dos plus court, la sangle abdominale est plus étroite et petite, les bretelles adaptées aux épaules des femmes et ne gênent pas la poitrine; c’est un sac créé exprès pour la conformation féminine.

 

- Pour les sacs de petite dimension et donc pour des charges réduites, ces différences peuvent être ignorées.

 

  Et maintenant que nous l’avons acheté, comment le remplir ?

 

- Si l’on réduit à l’essentiel le matériel à emporter et si l’on prépare le sac de manière adéquate, le portage sera plus simple.

 

- Il est donc fondamental de ranger dans le bon ordre les objets, en mettant par exemple les choses les plus légères et encombrantes comme le sac à viande et les vêtements au fond du sac, et les choses plus lourdes comme les livres, l’appareil photo ou autre, dans la partie supérieure de façon à ce qu’ils adhèrent le plus possible au dos.

 

- Et à propos de la compression du contenu du sac, je conseille la compression des vêtements qui généralement occupe beaucoup de volume, la plus grande partie constituée d’air. La meilleure façon de réduire l’air est de mettre les vêtements sans rien plier, dans un sac de compression, mieux connu sous le nom de stuff sack. Une fois rempli, on tire la cordelette que l’on ferme par un Tanka, on s’assoit dessus et on tasse bien. On peut faire la même chose pour le duvet. On trouve des sacs de compression dans le commerce, de différentes marques, certains sacs sont étanches.

 

  Comment régler le sac à dos?

 

1. Après avoir rempli le sac à dos, tirez sur les bretelles de compression pour fixer la charge à l’intérieur.

2. Ensuite, détendez toutes les sangles du système de portage (bretelles, sangles de réglage de charge, ceinture abdominale, rappels de charge)

3. Mettez le sac sur vos épaules, serrez bien la ceinture abdominale et positionnez-la sur les hanches.

4. Maintenant vous pouvez tirer (pas trop) les bretelles.

5. Fermez la sangle pectorale de façon à fixer les bretelles aux épaules et à ne pas créer de points de compression.

6. Tirez les sangles de la ceinture abdominale.

7. Tirez bien sur les sangles de rappel de charge afin que les bretelles ne dépassent la hauteur des épaules.

8. Le point d’attache des bretelles doit se trouver environ une main en dessous de la septième vertèbre cervicale (celle qui ressort le plus du cou). Le point d’attache des rappels de charge doit se trouver à hauteur de la clavicule.

 

Si vous n’avez pas d’expérience à ce sujet, je vous conseille d’essayer votre sac chargé et de le faire régler par le personnel du magasin où vous l’achèterez. Sac bien réglé = moins de fatigue.

 

Nous n’avons pas voulu citer de modèles ou de marques pour ne pas faire de publicité, et sur les images nous avons caché les noms des marques.

 

  Remerciements: à Antonio D’Albore et le guide CAI, guide pour choisir le sac à dos idéal d’où j’ai tiré des conseils.

 

  Voici des photos de modèles de sac à dos :

 

- Photo 1a et 1b

Ce modèle est l’un des plus indiqués pour le chemin avec une capacité de 45 ou 50 litres, une poche inférieure séparée qui permet l’accès à la partie supérieure par une fermeture éclair, 2 poches latérales dont une thermique et d’autres poches dans le filet. Le dos est ergonomique, l’armature en matériel plastique et est séparé du dos par un filet tendu.

 

- Photo 2

Autre modèle inspiré de l’alpinisme, par exemple celui-ci:

La forme rappelle la hotte, elle est très répandue parmi les alpinistes, elle suit la forme du corps humain et donc le sac est plus stable, il a 2 grandes poches latérales qui disparaissent dans le sac si on ne les utilise pas, augmentant la stabilité.

Toujours muni d’une d’une belle sangle abdominale et de la sangle pectorale qui s’appuie sur le sternum.

 

- Photo 3

Autre sac, celui-ci a le dos rapproché avec un grand tunnel le long de la colonne vertébrale qui laisse le dos transpirer.

 

                             

 

                                     

 

     retour à Q.Pratique départ

                                                                       22/02/2011

delhommeb at wanadoo.fr