Avant de partir : Comment (divers)

 

   Association Bretonne des Amis de St-Jacques-de-Compostelle

       http://www.saint-jacques-compostelle-bretagne.fr/santjakez-guide-conseils.htm

 

LA MARCHE

- Même si, dans le pèlerinage à Compostelle, l'improvisation et l'aventure ont leur place, il est bon de préparer le voyage et de se munir d'un topo-guide.

- De Saint-Jean-Pied-de-Port à Santiago, il y a 780 km environ. Le chemin est balisé sur toute sa longueur. Il faut compter entre 25 et 35 jours pour le parcourir. Il est souhaitable de ne pas se fixer de date butoir pour l'arrivée: il y a parfois des imprévus !

- Se donner au moins 2 jours pour la visite de Santiago. 

- Marcher à son rythme.

- Ne pas démarrer trop vite sur des étapes trop longues.

- Marcher régulièrement mais faire des arrêts chaque fois qu'il y a des choses à visiter ou des occasions de rencontres et d'échanges.

- Ne pas hésiter, lors des pauses, à enlever chaussures et chaussettes pour s'aérer les pieds.

- Partir au lever du jour pour voir le balisage et pour marcher à la fraîche.

- Attention ! les descentes sont plus dangereuses pour les muscles et les articulations que les montées : risque de tendinites, d'entorses...

- Commencer la marche les ongles des orteils coupés courts.

- Se laver les pieds dès l'arrivée à l'étape ; les laisser à l'air ; chausser des sandalettes ; soigner les bobos (ampoules, etc...) dès leur apparition...

- Au cours de la marche, ne pas oublier de s'hydrater (boire souvent à petites doses... de l'eau) et de s'alimenter (barres céréalières, fruits secs, pâtes de fruits)...

                                          --------------------------------------------------------

  Comment partir à Compostelle (Denis)

                 http://www.chemindecompostelle.com

 

  Marche à pied et préparation physique

- En encouragement de départ, sachez que la marche, si elle est correctement gérée, en particulier au début de votre voyage, ne sera pas un obstacle, ceci quel que soit votre niveau physique préalable.

- Cependant, la marche longue ne s'aborde pas comme une randonnée de week-end où l'effort se limite à quelques heures, et où tous les excès sont possibles, puisque la voiture attend pour vous ramener chez vous. En marche longue, l'arrivée d'une cloque au pied, ou pire, d'une tendinite, annonce la souffrance qui commence pour une durée indéterminée. Outre la blessure, vous risquez bien entendu l'arrêt de votre projet.

- Il existe des méthodes pour marcher au long cours et surtout pour la préparer. Les connaître permet de placer toutes les chances de son côté avant d'entreprendre un tel projet. Vous trouverez, sous le titre " Partir à Compostelle, manuel pratique " un recueil de l'ensemble de ces méthodes et tous les conseils associés.

- S'il est néanmoins un conseil essentiel, le voici : gardez-vous bien d'attaquer trop fort et réservez-vous durant les premiers temps de marche.

                                  -------------------------------------------------------

  Conseils pour les pèlerins (100 consejos ...) Desnivel         

  Par Redacción digital   digital@desnivel.es 01.04.2004       (http://desnivel.com/deportes/excursionismo/camino_santiago/object.php?o=10738)  

  (traduit de l'espagnol)

 

  En bicyclette

-. Approche lentement des piétons, et n'hésite pas à mettre pied à terre. N'utilise pas de sifflets ni d'autres signaux acoustiques pour les informer de ta présence.

- De temps à autre, descend de bicyclette, et cause avec les piétons. Il est chaque jour plus nécessaire de resserrer les liens entre les deux classes de pèlerins.

- Utilise des sacoches ou un sac à dos bien assis sur le porte-bagages. Ne porte pas sacoches ni sacs à dos sur le dos.

- Evalue la rentabilité d'avoir des pédales automatiques: avec elles, ça rend mieux, mais tu auras besoin d'avoir d'autres chaussures. En outre, les cales font beaucoup de bruit sur les dalles des églises.

- Prête une attention spéciale quand tu iras par des routes locales ou régionales. Elles sont solitaires, mais il y passe des voitures. Ne t'y fie pas !

- Evite de pédaler pendant le crépuscule. Le soleil d'ouest peut éblouir les conducteurs qui viennent par derrière.

- Emmène un signal lumineux rouge à la partie arrière, et habille toi de vêtements de couleurs vives, ou mieux encore, un gilet comme ceux qui sont obligatoires pour les conducteurs.

- Si tu commences et retournes depuis une grande ville, le moyen le plus commode (et pas aussi cher qu'on peut le penser) est de louer une voiture.

- La Renfe permet d'emporter des bicyclettes seulement dans quelques trains (informe toi sur www.renfe.es ou au téléphone 902.340.202). Si tu voyages en autobus, informe toi de savoir s'ils te permettent d'emmener la bicyclette et de quelle manière. Quelques entreprises perçoivent le transport de la bicyclette comme excès de bagages; d'autres seulement les admettent si elles sont dans des housses ou empaquetées.

- L'entreprise Viagalicia de Santiago transporte la bicyclette en tout point de la péninsule, Iles Canaries et Iles Baléares, en 48 heures pour 30 euros. Tél : 981.535.999; santiago@viagalicia.com.

                                 ----------------------------------------------------

  Pèlerin magazine HS 2011 

                                                           

  LA MARCHE

- Préparation physique : si vous n'avez jamais randonné, mieux vous entraîner avant le départ, en augmentant progressivement la durée de la marche.

- Rythme: il dépend de chacun, ainsi que de la météo et du poids transporté. La moyenne est estimée à 4 km/h.

- L'accoutumance: ne commencez pas la randonnée par de longues étapes. Ménagez, au cours de la semaine (le dimanche, par exemple), une journée où l'étape est plus courte.

- Progression: les descentes sont redoutables pour les genoux. Pour atténuer les chocs, descendez en zigzaguant.

- Évitez le goudron, car il échauffe la plante des pieds et provoque des chocs. Marchez sur les bas-côtés de la route.

 

  À VÉLO

- Vous pouvez faire le chemin à vélo, VTC ou VTT, à condition d'adopter un code de conduite respectueux des marcheurs.

- Aménagez vos étapes en fonction de la fréquentation et avertissez de votre arrivée par une sonnerie.

- Pour plus d'infos, lire les conseils donnés par Dominique Fourgeaud:

http://vtt.compostelle.pagesperso-orange.fr

 

  AVEC UN ÂNE

- L'âne peut être un bon compagnon de route et vous soulager dans le port des bagages.

- Parfait pour un pèlerinage en famille, avec de jeunes enfants, il n'est pas du tout "têtu", contrairement à ce que l'on dit!

- Le seul inconvénient est le stationnement en ville: il faut prévoir où le mettre ... et emmener de quoi le nourrir.

- Vous pouvez lire les conseils de Jacques Clouteau, pèlerin de Saint-Jacques, auteur de "Randonner avec un âne" (Les Éditions du Vieux Crayon, coll. "Au fil de l'âne", 2005) et l'un des meilleurs spécialistes de cet animal.

Rens.: www.bourricot.com.

                          ----------------------------------------------------------------------------

  Association Du Québec à Compostelle

        http://www.duquebecacompostelle.org/questions.html  

  

 Combien de temps faut-il pour faire le pèlerinage de Saint-Jean-Pied-de-Port à Compostelle?

- Il y a beaucoup plus que 733 km, car on ne va pas à vol d'oiseau, et puis on revient de temps en temps sur ses pas, on va à l'épicerie, on visite les villes, les villages... (et, parfois, on fait quelques km de trop en cherchant son chemin ). Mais en Espagne, c'est très bien balisé.

- Partir de St-Jean-Pied-de-Port au lieu de Roncevaux ajoute 30 km de plus, et les Pyrénées à traverser, et... des pieds ou des genoux meurtris en plus... ! Mais les Pyrénées sont si merveilleuses, par beau temps.

Pour aller à la mer, au cap Finisterre, c'est encore des km de plus.

- Mais pour les pieds fragiles, il faut marcher lentement, faire des étapes raisonnables et plus courtes (autour de 20 à 25 km, par exemple)... Dans ce cas il faut prévoir 5 à 6 semaines, autrement c'est très exigeant pour les genoux et les pieds. 35 jours, ça m'apparaît un peu serré.

 

- On doit compter 5-6 semaines pour marcher les 780 km du Camino francés, selon son rythme de marche. Et si on veut voir l'Atlantique et se rendre au cap Finisterre, là où le soleil se couche, il faut ajouter 90 km. Pour les pèlerins ordinaires, mieux vaut marcher modérément et faire des étapes raisonnables de 20 à 25 km par jour. Certains se contentent de 15!

- Allez-y à votre rythme et, surtout, n'essayez pas de brûler les étapes en voulant arriver le plus tôt possible à destination. Il ne s'agit pas ici d'un marathon. Ceux qui sont pressés ont ensuite des regrets d'avoir manqué tel point d'intérêt ou telle rencontre. Dans une petite église à Triacastela, il est écrit: "Le pèlerinage n'est pas une course de vitesse".

                             ------------------------------------------------------------

  Webcompostella

         http://www.webcompostella.com/  

         

  Quelques rappels pour une démarche de pèlerinage :

 

- choisissez vos étapes en fonction des rencontres que vous voulez faire et que vous aurez choisies (saints, art sacré, beautés de la création, personnes et communautés),

- le lieu et le type d ’hébergement en sera la conséquence et ne viendra qu’après,

- en moyenne, vous pouvez compter des étapes journalières de 25 km, une fois passés les premiers jours du voyage,

- prévoyez des temps de "respiration" dans les étapes consacrées aux principales rencontres de la route et notamment aux grands sanctuaires,

- ne vous trompez pas d’hébergement

                         

  Quel moyen de transport ?

 

  Traditionnellement :

- à pied

- de chez soi

- d’une seule traite.

 

  D’autres moyens non motorisés valables :

- voilier :

- VTT:

http://perso.wanadoo.fr/vtt.compostelle/

- cheval :

http://www.equipyrene.com/otsisl.htm

http://vfolatre.free.fr/francais/lg_francais.htm  

http://www.caminoacaballo.com/

- âne :

www.bourricot.com

www.multimania.com/rmy

 

  Important :

- les rencontres des autres

- le travail du corps

- la nature

 

  Les "auxiliaires" du transport ? (âne porteur, entreprise de transport de bagages...), ils dépendent

- de votre état physique,

- de votre santé,

- de votre choix ou non pour une ascèse de simplification et de dépouillement

 

  Et si vraiment,

- vous ne pouvez partir qu’en faisant suivre la caravane de vos malles, interrogez vous sur votre appel à effectuer ce pèlerinage de façon traditionnelle.

- les grâces reçues en pèlerinage dépendent plus de son appel que du moyen utilisé, plus du coeur réceptif du pèlerin que de son équipement !

- il existe de magnifiques conversions à Santiago pour des visiteurs en automobile.

 

  N’oubliez pas l’essentiel:

- quel est le moyen qui vous permette le mieux de prier Dieu et d’être disponible à votre frère ?

 

  Cyclistes :

 

Des conseils du Miam-Miam-Dodo aux cyclistes … avec lesquels vous ne serez peut-être pas d ’accord !

 - " ...Le chemin de saint Jacques est pratiqué en France par une minorité de cyclistes, et en Espagne par la majorité des pèlerins. Beaucoup de gens prennent le chemin à bicyclette, en pensant qu’ainsi ils iront plus vite en voyant la même chose que les marcheurs.

- C’est une idée totalement fausse et bon nombre de cyclistes reprennent un jour le camino avec leurs pieds, conscients qu’ils étaient passés à côté de belles choses à vouloir à tout prix conduire leurs machines ferrées. Car le chemin de saint Jacques est un breuvage qui se déguste lentement, à la mesure de ses pas.

- En effet, il faut savoir qu’il est impossible de parcourir l’ensemble du chemin à vélo, même avec cet engin curieux qu’on appelle VTT. Certaines sections sont très cabossées, extrêmement pentues, en montée comme en descente, et y aller avec un engin à roues bardé de lourdes sacoches relève du désir de suicide…Dans ces sections, qui sont souvent les plus belles, vous n’aurez d ’autre choix que de prendre la route voisine.

- Il se passera la même chose sur les derniers 200 km du chemin, en Galice: il y a tant de marcheurs qu’il est impossible de se glisser parmi la foule, sauf à essuyer quelques jurons dans toutes les langues d ’Europe.

- Vous allez aussi rencontrer la concurrence des marcheurs en arrivant dans les gîtes, surtout en Espagne. D’après le règlement, ceux-ci ont priorité, mais ce règlement est difficile à mettre en œuvre dans la pratique. Il se déroule alors de superbes empoignades, fort peu chrétiennes, entre le vététiste arrivé à 16 heures et le marcheur qui entre épuisé cinq heures plus tard, et n’a plus de lit où poser son duvet…"

 

  Cavaliers :

 

Des conseils du Miam-Miam-Dodo aux cavaliers … qui vont vous encourager !  

- " ...Beaucoup de gens rêvent d’effectuer le pèlerinage de Compostelle avec un cheval. C'est là une chose fort méritante, car l’entretien d’un cheval à l'étape est une tâche prenante.

- Si votre monture est habituer à dormir en plein air, elle sera particulièrement heureuse sur le chemin. Celui-ci est en effet une immense prairie, et un terrain de broutage d’excellente catégorie pour un cheval de race rustique. Tout comme les vélos, il existe cependant certaines sections extrêmement dangereuses à entreprendre si votre cheval n’a pas le pied sûr, sans oublier les arbres couchés en travers du chemin ou les rangs de barbelés oubliés par le paysan voisin…

- Ce guide donne une série d’hôtels, de gîtes d’étapes, campings à la ferme, chambres d’hôtes, centres ou fermes équestres qui pratiquent l’accueil de chevaux. L’ouvrage précise quelquefois si votre pur-sang favori aura un box ou une écurie à sa disposition. Il disposera la plupart du temps seulement d’une prairie clôturée, ce qui n’est déjà pas si mal.

- Quelques fois, en raison de l’absence de clôture, vous devrez attacher votre animal. N’oubliez donc pas dans votre panoplie la longe ou la chaîne pour la nuit, suffisamment longue pour que votre cheval puisse brouter tout son saoul.

- Certains de ces centres équestres acceptent votre cheval, mais n’offrent aucun hébergement pour son maître. Dans ce dernier cas, ils vous autorisent souvent à planter la tente dans la prairie au plus près de votre mobylette à quatre pattes, ou bien à coucher dans le foin.

- La randonnée à cheval étant toujours plus contraignante que la randonnée pedibus jambis, le cavalier veillera à téléphoner avant son départ, afin de préparer ses étapes suivant le degré de confort nocturne qu’il souhaite pour lui et son animal.

- De même, le cavalier pourvoira lui-même à l’achat de l’aliment complémentaire (orge, avoine, granulés), car les hébergements qui acceptent les chevaux n’ont pas forcément de nourriture en stock. La saison idéale pour voyager avec un animal est le printemps, surtout pour la section espagnole. En effet jusqu’à fin juin, vous trouverez en abondance eau et herbages. Ensuite, c’est cagnard et compagnie, et plus rien à brouter…

- Attention : pour circuler d’un pays à l’autre à l’intérieur de l’Union Européenne, il faut posséder un document appelé "certificat de circulation intracommunautaire des équins".  Ce papier se procure à la Direction des Services Vétérinaires. Vous avez alors dix jours pour franchir la frontière. Bien évidemment, compte tenu de ce délai, cet ensemble d’opérations ne peut s’effectuer qu’une fois en route, et le pèlerin-cavalier doit combiner toutes ces tâches administratives avec la faible vitesse de son équipage.

- Au retour d’Espagne, vous devriez normalement effectuer l’opération inverse en terre ibérique, mais la frontière est peu surveillée et la plupart des chevaux reviennent en France sans problème et sans contrôle… "

 

  Le bourricot :

 

Des conseils du Miam-Miam-Dodo aux randonneurs accompagnés d’un âne... l’expérience unique du père du site www.bourricot.com

 

- " ...Option d’autant plus facile à défendre que le signataire de cet ouvrage a eu le plaisir de parcourir le trajet, d’une seule traite avec Ferdinand, son bourricot préféré, à ses côtés.

- Un âne est un petit compagnon doux et affectueux. Il ne mord pas, ne botte pas, et ne s’affole pas au premier papillon qui passe. Il s’attache très vite à son maître, et le suivra au bout du monde si celui-ci le traite avec bonté. Il n’existe pas de meilleur moyen pour se lier avec les gens que cette grosse peluche aux longues oreilles, dont le regard humble sait attendrir tout le monde, les enfants comme les anciens.

- Contrairement à une légende tenace, l’âne n’est pas têtu (il réfléchit longtemps), et marche à bonne vitesse. D’ailleurs la plupart des randonneurs à âne, très rapidement, lâchent la bride de leur compagnon, et le laisse trotter à son pas, broutant de ce de là et rejoignant son maître sitôt qu’il a disparu dans un coude du chemin.

- Un âne porte le bagage de deux, voire trois, randonneurs, sans fatigue, y compris le matériel de camping et de popoting. Un âne est un véhicule extrêmement économe, puisqu’il se nourrit seulement de l’herbe du chemin. Sa gourmandise, ce sera une haie pleine de ronce, d’aubépine et de chardon. Véhicule rustique aussi, puisqu’il couche dehors par tous les temps.

- Il faut cependant apporter une réserve à cette auto-satisfaction béate, car il existe certains inconvénients, d’ailleurs également propres aux chevaux: on ne peut faire halte en pleine ville ou dans les bourgades importantes, car l’animal n’y trouverait rien à brouter. Certaines étapes du chemin sont donc à étudier soigneusement pour que Maître Cadichon puisse se restaurer le soir venu.

- De même le voyage de retour devient plus compliqué, car il faut obligatoirement qu’un véhicule adapté, camionnette ou van, vienne à Compostelle chercher le maître et l’animal, d’où dépense supplémentaire et importante.

- Lisez les "conseils aux cavaliers" pour les renseignements de circulation hors des frontières nationales…

 

  Location d’un âne :

  Quelques loueurs d’ânes de randonnée, membres des deux fédérations nationales FNAR (Fédération Nationale Anes et Randonnée) ou AMAN (Anes et Mulets Association Nationale) proposent des animaux de bât sur le trajet du chemin de Compostelle. Jusqu’à présent, il s’agit seulement de locations dépassant rarement deux semaines:

- P’tit âne, Valentin, 43160 Berbezit, tel 04 71 00 09 22

- Rando-Ane, Chemin de Fourchaud, 43700 Arsac-en-Velay, tel 04 71 08 81 42

- Rouerguâne, la Borie del Gras, 12320 Noailhac, tel 05 65 72 80 55

- Arôme Ane en Quercy, les Bories, 46330 Crégols, tel : 06 20 64 79 82

- Brahm’âne, Cazillac, 82110 Cazes Mondenard, tel 05 63 95 84 61

- Bib’âne, 64410 Méracq, tel 05 59 04 55 49 Escapades en Pays Basque,

- Maison Chalbaïnia, 64220 Irouléguy, tel 05 59 37 00 34,

- Bard’âne, 46800 Le Boulvé, tel : 05 65 31 93 34

- Asinerie de Pinseguerre, 47330 Douzains, tel : 05 53 36 92 35

 

Comptez environ 200 FF (30 euros) par jour, comprenant l’âne, la bât et les sacoches, rajoutez le coût du rapatriement quand vous serez au bout du chemin.

- Internet : Si vous voulez en savoir plus sur les possibilités de l’âne en randonnée, notamment sur le chemin de Compostelle, aller faire une visite sur Internet au site www.bourricot.com .

 

  Pèlerinage par tronçons

- Ami Pèlerin, vous êtes peut-être parmi ceux qui, de plus en plus nombreux chaque année, effectueront le pèlerinage par "tronçons". Quelques conseils :

- compter un minimum de 8/10 jours pour entrer dans une démarche de pèlerinage et en recueillir les fruits,

- organiser chaque tronçon comme un pèlerinage complet, partir d’un grand sanctuaire vers un grand sanctuaire,

(exemple sur la route du Puy,

… de Notre-Dame du Puy à Sainte Foy de Conques ou à Notre-Dame de Rocamadour,

… de Sainte Foy de Conques à Saint Pierre de Moissac,

… de Notre-Dame de Rocamadour à Notre-Dame de Roncesvalles)

- choisir la lecture du tronçon (un Evangile, par exemple),

- prendre un saint ou une sainte comme compagnon de route du tronçon,

- au retour écrire son journal de route. Y reporter les merveilles de chaque jour. Outil de relecture et de témoignage.

- préparer le tronçon suivant à la lumière de l’expérience des merveilles rencontrées. 

                           --------------------------------------------------------------

     

     retour à Q.Pratique avant

                                                                       01/05/2011

delhommeb at wanadoo.fr