Bicyclette (Sylvie)  

 

                                                          Vers Saint-Jacques à vélo ?

                                                                          (Sylvie)

  http://www.radiocamino.net/itineraire/vers-saint-jacques-a-velo

  Bicyclette (Sylvie) PDF 

 

  La Compostela est délivrée aux pèlerins cyclistes pourvu qu’ils aient parcouru au moins les 200 derniers kilomètres vers Saint-Jacques a vélo. Sur l’année 2013, ces 26.646 "bicigrinos" représentaient 12,34% des 215.880 pèlerins enregistrés à Santiago. Je m’interroge sur l’opportunité et les motivations à parcourir le chemin en vélo plutôt qu’à pied.

  Cet été, j’ai choisi de rejoindre St Jean Pied-de-Port par la Voie de Paris et Tours. Cet itinéraire est le plus plat des 4 chemins jacquaires à travers la France. Venant du nord, il est très apprécié des cyclistes, notamment Flamands et Hollandais.

  Mais pourquoi choisissent-ils le vélo plutôt que les bâtons pour aller à Saint Jacques ?

 

  La rapidité

  Certes, l’argument majeur du vélo est que l’on peut atteindre Compostelle en un été, plutôt que de "tronçonner" le chemin lorsque l’on ne dispose pas de 3 ou 4 mois de congés consécutifs. Mais…

  Est-il de concilier cette rapidité avec la méditation, le recueillement, le lâcher-prise ?

  Comment ne pas se laisser "distraire" de ses pensées lorsque l’on partage la route avec des voitures ou même des camions bruyants et dangereux ?

  Comment apprécier le fait « d’être en chemin » quand prime la volonté d’atteindre le but que l’on s’est fixé ?

 

  Les enfants

  On croise parfois des familles qui font le choix de partir à vélo vers Saint Jacques. Cette formule présente plusieurs avantages:

  Les enfants en bas âge peuvent venir sur le porte-bagage, dans une remorque ou sur un petit vélo accroché derrière celui d’un parent.

  Les parents peuvent tirer les bagages de toute la tribu dans une remorque.

  Les étapes semblent plus faciles pour les enfants qui roulent à vélo que s’ils ont l’impression de marcher, marcher, marcher,…

 

  La santé

  Pour certaines personnes souffrant de problèmes de santé (ne pouvant pas porter de sac sur le dos, ne pouvant pas effectuer de longues distances à pied), le vélo permet de réaliser son rêve et d’aller à Compostelle.

 

  La liberté

  Certes, avec un vélo, il est plus facile de changer d’itinéraire, de faire des détours, de trouver un autre hébergement quand celui que l’on avait prévu est plein.

  Le vélo permet aussi de transporter plus de poids que le sac à dos, et donc d’être autonome (tente, réchaud, …).

  Mais le vélo est un "fardeau" qu’il faut emporter avec soi:

  Il faut le surveiller contre le vol, lors des pauses et la nuit.

  Il faut gérer les aspects techniques, crevaisons, pannes, usure mécanique.

  Il faut organiser le retour de la bécane.

  Question: Combien pesait votre chargement ? Et votre vélo ? Avez-vous roulé avec un sac sur le dos ?

 

  Les rencontres

  Les cyclistes ne vont pas au même rythme que les pèlerins piétons. Les rencontres avec ces derniers sont donc éphémères: un soir et au revoir.

  Les cyclistes ne sont pas toujours admis dans les gîtes. Ils préfèrent souvent les campings, où ils rencontrent d’autres cyclo-randonneurs, mais pas nécessairement des pèlerins.

  Les cyclistes, lorsqu’ils roulent, s’arrêtent moins facilement pour discuter avec des riverains ou des marcheurs. Ne perdent-ils donc pas cette dimension essentielle du chemin, la rencontre ?

  Les cyclistes n’empruntent pas nécessairement les mêmes itinéraires que les piétons, préférant souvent les petites routes aux sentiers de randonnée. Là encore, ils feront moins de rencontres.

  Et vous, avez-vous fait de belles rencontres lors de votre chemin à vélo ?

                                                ----------------------------------------------------

      

  retour à Q.Pratique avant

  home

                                                                       04/11/2014

delhommeb at wanadoo.fr