Partir à vélo (Clouteau)

 

                              extrait du livre "Compostelle mode d'emploi" (Jacques Clouteau. 2011)

 

                                                                     Partir à vélo

 

  Le chemin de Compostelle est pratiqué en France par une petite minorité de cyclistes, et en Espagne par une grosse minorité de pèlerins, presque 20%. Beaucoup de gens prennent le chemin à bicyclette, en pensant qu'ainsi ils iront plus vite, tout en voyant la même chose que les marcheurs. C'est une idée totalement fausse, et bon nombre de cyclistes reprennent un jour le Camino avec leurs deux pieds, conscients qu'ils étaient passés à côté de belles choses, à vouloir à tout prix conduire leurs machines ferrées.

 

  Car le chemin de Saint-Jacques est un breuvage qui se déguste lentement, à la mesure de ses pas. On ne peut pas profiter de la nature, méditer, parler avec ses collègues, et en même temps surveiller sa roue avant pour éviter qu'elle ne batifole dans le fossé. Et puis, enfin, est-ce que un ou deux mois de bonheur, dans la vie d'un homme, c'est trop ? Pour quelle raison profonde et insondable faudrait-il raccourcir ce temps ?

 

  Il faut savoir qu'il est impossible de parcourir l'ensemble du chemin balisé à vélo, même avec un VTT. Certaines sections sont très cabossées, extrêmement pentues, en montée comme en descente, et y aller avec un engin à roues bardé de lourdes sacoches relève du désir de suicide ... Dans ces sections, qui sont souvent les plus belles, vous n'aurez d'autre choix que de prendre la petite route voisine, et de la partager avec les voitures, ou la grande route voisine, et de la partager avec les camions. Sur les derniers 200 kilomètres du chemin, en Galice: il y a tant de marcheurs qu'il est impossible à un vélo de se glisser parmi la foule, sauf à essuyer quelques jurons dans toutes les langues d'Europe.

 

  Vous allez donc pédaler, si vous persévérez dans votre idée d'aller à Compostelle à vélo, sur un mélange de petites routes et de larges voies, très rarement sur des chemins tranquilles, mais au final vous serez complètement passé à côté du chemin balisé. Ce sera certes une jolie balade, mais ça ne sera pas le "chemin" de Saint Jacques.

 

  Vous allez aussi agacer bien des marcheurs si vous empruntez des sections faciles, car il vous faudra user de la sonnette pour forcer le passage quand un groupe de piétons avance de front en discutant. Attendez-vous à quelques réflexions fort peu pèlerines ...

 

  Vous allez aussi rencontrer la concurrence des marcheurs en arrivant dans les gîtes, surtout en Espagne. D'après le règlement, ceux-ci ont priorité, mais ce règlement est difficile à mettre en oeuvre dans la pratique. Il se déroule alors de superbes empoignades, fort peu chrétiennes, entre le vététiste arrivé à 16 heures et le marcheur qui entre épuisé cinq heures plus tard, et n'a plus de lit où poser son duvet...

 

  Prévoyez donc dans votre budget qu'il vous faudra dormir en chambre d'hôtes ou à l'hôtel plus souvent que les marcheurs. Mais comme vous irez plus vite, ça compensera. Comptez par exemple une dizaine de jours du Puy-en-Velay aux Pyrénées, et autant des Pyrénées à Santiago.

 

  Cependant, si vous voulez vraiment utiliser la petite reine pour aller à Santiago, allez dans un magasin de cycles, et faites-vous conseiller par un vendeur compétent qui connaît la randonnée cycliste au long cours. Choisissez de préférence un modèle de type VTC (vélo tout-chemin), dont la robustesse permettra de supporter les cahots de la route. Evitez à tout prix le vélo bas de

gamme dont les pièces se briseront menu dans la première ornière. Préférez des pneus épais et bien crantés, qui accrocheront mieux au sol dans les passages difficiles et seront moins sensibles à la crevaison.

 

  Limitez votre poids au maximum, comme le ferait un marcheur, et installez votre fourniment dans de solides sacoches étanches posées à l'arrière, de chaque côté du porte-bagages, plus un éventuel petit sac amarré par-dessus ce même porte-bagages. Mettez le moins de choses possible à l'avant du guidon: l'eau, le topo-guide, les vivres de course.

 

  Et, bien entendu, n'oubliez pas le nécessaire pour la réparation d'urgence: câble de frein, patin ou plaquettes de frein, rustines, maillons de chaîne, rayon, burette d'huile, outillage propre au vélo. N'en prenez pas trop cependant, il existe des ateliers cyclistes dans toutes les villes intermédiaires, dans lesquels vous trouverez assistance et pourrez vous dépanner. Surtout, prenez la meilleure selle, il en existe aujourd'hui emplies de gel qui préserveront vos fesses des douleurs habituelles du cycliste. Et achetez des vêtements de route adaptés aux longs trajets. Oubliez la remorque où on en met toujours trop: elle sera impossible à gérer dans les sections de relief et les chemins cabossés.

 

  Ne craignez pas pour la sécurité de votre machine: la plupart des hébergements, en France comme en Espagne, disposent de locaux où mettre la bicyclette à l'abri.

 

  Encore plus que pour le pèlerin à pied, le pèlerin cycliste veillera à effectuer une préparation physique sérieuse. Quelle que soit le chemin choisi, et surtout si c'est le chemin du Puy-en-Velay, les premiers jours seront rudes et les douleurs lancinantes. On ne peut pas du jour au lendemain rester 5 à 6 heures en selle sans avoir un bon entraînement.

 

  Il existe un guide espagnol spécialement adapté aux cyclistes, qui spécifie les sections du chemin officiel à éviter et les itinéraires de remplacement, plus le quadrillage GPS : "el camino francés en bicicleta" ISBN 978-84-61384662, prix 14 euros, contact bicimap@gmail.com

 

  Un site plein de bons conseils: http://perso.orange.fr/vtt.compostelle

 

  En Espagne, la société Mundicamino (www.mundicamino.com) propose un service de location de vélos, qu'on peut laisser là où arrête son chemin. L'entreprise Jacotrans (www.jacotrans.com) assure le retour des vélos depuis Santiago.

                          ----------------------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Pratique Avant

  home

                                                                       04/12/2013

delhommeb at wanadoo.fr