Bicyclette à Compostelle (Clouteau)

 

                                         Les pèlerins à bicyclette (Jacques Clouteau)

  http://www.chemindecompostelle.com/PelerinsParticuliers/PelerinsParticuliers.html#Bicyclette

 

  Est-il encore possible de vous faire changer d'avis ?

- Pouvez-vous imaginer ce à côté de quoi vous allez passer ? La divine lenteur d'abord et puis bon nombre de sentiers du chemin qui sont impraticables en vélo, mais aussi la sérénité de la marche sans le souci mécanique.

- La composante humaine, pourtant si forte dans ce projet, sera masquée par votre vitesse. Cela vous empêchera, en particulier, de lier contact avec les autres pèlerins, car vous ne reverrez jamais ceux que vous avez croisés la veille au gîte ou rencontrés en route.

- Vous dites que vous manquez de temps pour y aller à pied. Mais pourquoi n'y allez-vous pas en plusieurs fois, par tronçons périodiques ? Et si vous envisagiez de sacrifier coûte que coûte  le temps nécessaire pour faire tout en une fois et à pied !

- Vous dites que la marche à pied c'est trop dur et trop long. Mais depuis dix siècles que tous y vont, croyez-vous que si c'était aussi difficile, les candidats se presseraient encore de nos jours. Ne pouvez-vous imaginer ce qu'ils obtiennent à chaque pas en récompense de cet effort ? Est-ce une raison pour se priver de la crème du chemin ?

- Vous dites que de toute façon vous aimez le vélo et la raison de votre choix est là ! Alors voici quelques conseils pour optimiser votre préparation et nous vous souhaitons malgré tout le plus beau des voyages.

 

  La machine

- Vous serez amenés à pratiquer de la route macadamée et du chemin. Vous rencontrerez du temps sec et des chemins boueux. Choisir un vélo trop spécialisé dans un domaine vous handicaperait dès que le terrain ou les conditions changent.

-  Le vélo apte à répondre à ces exigences de polyvalence, n'est pas un VTT (tous terrains), équipé de roues de faible diamètre et de pneus de forte section. Ce n'est pas non plus un vélo de route, équipé de roues de grand diamètre et de pneus de petite section. Le VTC (tous chemins) se situe entre le VTT et le vélo de route. Il est le plus polyvalent.

- Si vous avez le choix, optez pour le vélo le plus simple ou le moins technologique. Le vélo idéal est rustique, solide et endurant.

- Partez cependant avec un vélo de marque reconnue, équipé d'accessoires fiables. En route, il sera trop tard pour découvrir que votre vélo n'est pas adapté à l'endurance sur tous types de chemins et toutes conditions.

- Selle. Une selle de bonne qualité, en gel, d'un gabarit prévu pour les longs trajets, c'est-à-dire offrant une faible surface de contact. Evitez les selles larges, qui bien que confortables, augmentent la surface de frottement, en particulier à l'entrejambe et sont inadaptées pour les longues durées de pédalage.

- Amortisseurs. Dans la mesure où les amortisseurs sont aptes à l'endurance, il ne faut absolument pas se priver de rouler sur amortisseurs. Il faut simplement éviter d'ajouter un équipement qui par sa fragilité, pourrait être à l'origine d'une panne. Si vous n'envisagez pas les amortisseurs sachez que les cadres acier ont un meilleur comportement aux vibrations que les cadres aluminium.

- Porte-bidon. Le porte bidon est indispensable pour avoir une réserve d'eau en permanence à portée de main.

- Compteur kilométrique

En voyage long, il permet de vérifier les distances parcourues et participe ainsi à l'orientation et au dosage de l'effort. Il faut cependant qu'il soit d'une qualité adaptée à l'endurance, c'est-à-dire à la répétition des chocs et vibrations sur une longue période. Il doit donc être très fiable pour tenir sur toute la durée du voyage.

- Eclairage. La pose d'un éclairage avant et arrière est indispensable pour vous signaler sur portion routière. Préférez les modèles à piles, afin de vous signaler aussi lorsque vous êtes à l'arrêt.

- Sonnette. La sonnette est indispensable pour vous signaler sur les chemins à l'approche de marcheurs ou dans les agglomérations.

- Casque. Sur de longs trajets, pour votre sécurité, il est indispensable de porter un casque cycliste. L'offre propose des modèles dont le poids moyen se situe entre 200 et 300 g.

- Antivol. Pour vous permettre de quitter votre vélo, l'antivol peut s'avérer indispensable. Préférez un modèle permettant de couvrir cadre et roues.

- Assurance. Vérifiez avant le départ, que votre contrat responsabilité civile couvre bien votre voyage à vélo. Faites de même pour votre assurance assistance.

 

  Préparer le vélo

- Si votre vélo est neuf, ne partez pas sans l'avoir rodé sur 500 à 1000 km.

- S'il n'est pas neuf, échangez préventivement les accessoires suivants :

  - Câbles et gaines, patins de freins, chaîne, tous neufs.

  - Jantes neuves ou en excellent état, parfaitement équilibrées, plateaux avant en excellent état.

  - Pignons arrières, neufs de préférence, mais rodés.

- Partez avec des pneus peu usés.

- Ne soudez pas sur le cadre, par exemple pour y fixer un porte-bagages. Les cadres sont en acier ou aluminium allié et ne peuvent être soudés sans précautions techniques, généralement hors de portée du bricoleur. Avec les sollicitations du voyage, vibrations et chocs sous contrainte, la fissuration est quasiment inévitable.

- Soyez prudents avec les éventuels aménagements techniques que vous auriez effectués vous-même sur la machine. Si c'est le cas, testez-les sérieusement en endurance, bien avant le départ.

 

  Matériel et pièces à emporter

- 2 chambres à air et kit de réparation des chambres

- un câble long, pouvant remplacer n'importe quel câble de votre vélo

- un jeu de patins de frein

- une pompe solide

- une clé multifonction solide, couvrant tous les écrous de votre vélo et si nécessaire un tournevis

- une burette d'huile et un chiffon, de la graisse pour suspension si nécessaire

- Préférez un système à blocage rapide des roues pour éviter d'emporter un outil supplémentaire.

- Pour limiter le matériel de réparation, essayez d'uniformiser certaines vis ou écrous présents sur votre machine, au besoin en les échangeant. L'objectif étant d'éviter d'emporter trop d'outils différents. Evitez néanmoins de toucher aux vis mécaniquement sollicitées.

 

  Savoir dépanner

- En empruntant les chemins sur de longues distances, le vélo qui est chargé se trouve soumis à des sollicitations importantes qui vont immanquablement entraîner des déréglages et des pannes. Il existe un certain nombre de pannes classiques, qu'il faudrait dans l'idéal, savoir dépanner soi-même :

- Changer une chambre à air et la réparer

- Changer un pneu

- Changer un câble (bien qu'il soit peu probable de casser un câble neuf) puis régler le freinage ou le dérailleur

- Changer les patins de frein et régler ensuite le freinage

- Réparer la chaîne en changeant un maillon

- Régler les dérailleurs avant et arrière, bien qu'il soit normalement possible de rejoindre l'atelier d'un professionnel

 

  Portage

- Veillez à équilibrer les portages avant et arrières pour affronter les pentes.

- Equipement de portage :

- Le porte-bagages : fixé sur le cadre, à l'arrière et à l'avant

- Les sacoches arrières : étanches, elles sont accrochées au porte-bagages et descendent de part et d'autre de la roue. L'offre propose des contenances de 35 à 45 litres par sacoche, pour un poids variant de 1,3 à plus de 2 kg la paire.

- Les sacoches avant : principe identique aux sacoches arrières, elles sont plus petites et sont ancrées plus bas sur le vélo. Les contenances sont d'environ 25 litres par sacoche et la paire pèse environ 1,1 kg.

- Le sac ou rouleau supérieur : il se fixe sur le porte bagage arrière et peut couvrir les sacoches. Volume et poids variable selon les modèles. Il existe des combinés, en forme de U inversé, regroupant les sacoches arrières et le sac supérieur (les 3 éléments restent séparables).

- Le sac à dos de cycliste : plus petit que le sac à dos de marche et adapté à la pratique du vélo, il comprend cependant les mêmes réglages et options. Le port du sac à dos à vélo doit être évité, car il rehausse le centre de gravité du cycliste.

- Le sac de guidon : facilement amovible pour pouvoir l'emporter, il s'ancre sur une interface qui elle, est fixée sur le guidon. C'est généralement là que l'on loge les documents, cartes et affaires importantes.

- La remorque tubulaire, mono-roue, qui se fixe de part et d'autre du moyeu de roue arrière, grâce à un adaptateur articulé. Elle permet le transport d'un sac de grande contenance. Son utilisation peut être délicate dès que le chemin n'est plus régulier.

 

  Limite de poids

- A vélo, les possibilités pour transporter du matériel sont importantes. Il faut cependant se garder de surcharger le vélo.

- Hors vélo, le poids maximum doit rester compris entre 12 et 15 kilos. Monter une côte, même sur route peut devenir une véritable épreuve avec un vélo trop chargé. Sur chemin, la maniabilité peut aussi s'en ressentir significativement.

 

  Equipements spécifiques au cycliste

- Pantalon pour rouler : Le pantalon cycliste existe aussi en trois-quart et en long, les 2 avec bretelles. Vous pouvez choisir les modèles équipés d'un "pad fessier" intégré, qui rend plus confortables les longues randonnées.

- Pour ceux qui préfèrent rouler en jeans ou shorts classiques, il existe des slips cyclistes comprenant également un "pad fessier" intégré. Bien entendu, ces vêtements et sous-vêtements existent en modèle féminin.

- Chaussures pour rouler : Il est préférable d'éviter les pédales automatiques mais si vous y tenez, vérifiez qu'elles soient confortables à la marche. Les nombreux passages difficiles, où il faudra descendre de vélo pour marcher, justifient le port de chaussures aptes à la marche. Ces chaussures doivent être adaptées à la finesse de sensation que réclame le pédalage, mais aussi aptes à la marche à pied.

 

  Préparation physique

- N'envisagez pas de profiter des premiers jours de voyage pour vous roder. La durée du voyage et l'intensité des contraintes imposées à vos jambes par un vélo chargé seront considérables. L'absence d'une préparation physique conduirait à un risque important de blessure.

- Après quelques semaines de préparation, réalisez vos courses en vous plaçant dans les conditions réelles du voyage. Utilisez pour cela le vélo équipé en le chargeant progressivement jusqu'à atteindre la situation de voyage. Empruntez des terrains variés. Sortez au moins une fois sur terrain humide et surtout sous la pluie.

- Il faut être capable de réaliser des journées de vélo de 4 heures au minimum. La préparation doit également vous permettre de tester vos capacités et mesurer vos limites par rapport aux difficultés occasionnées par tous les types de terrains.

- En préparation comme durant le voyage, il est conseillé de rester toujours en dessous de ses limites.

 

  Période de voyage

- Comme nous l'avons expliqué, le choix du vélo interdit certaines portions de certaines voies. Veillez alors à éviter les saisons pluvieuses, qui risqueraient de réduire encore les portions de voies franchissables à vélo. En effet, nombre de chemins lorsqu'ils sont détrempés, sont impraticables avec un vélo chargé.

 

  Choisir la voie

- La voie du Puy-en-Velay est praticable à vélo, mais assez accidentée. Cela rend certaines portions assez physiques pour le cycliste. D'autres portions sont impraticables à vélo, ce qui est souvent le cas entre Le Puy et Cahors. Les parcs de l'Aubrac, entre Nasbinals et la ville d'Aubrac, où les clôtures sont prévues pour être franchissables à pied, seront également une difficulté.

- La voie de Vézelay. Cette voie est beaucoup moins physique pour le cycliste que la précédente. Elle comprend aussi de nombreuses portions routières.

- La voie d'Arles. Cette voie est très physique pour le cycliste. Elle comprend de nombreuses portions infranchissables pour les vélos. En particulier sur la portion de Montpellier à Castres, il est souvent indispensable au cycliste d'emprunter les axes routiers en traçant lui-même son itinéraire.

- La voie de Tours. Cette voie est sans doute la plus cyclable. Elle emprunte de nombreuses portions routières et comprend peu de dénivelés. Certains amateurs de vélo sportif la jugent trop "facile".

 

  Préséance

- En Espagne, les cyclistes doivent attendre la fin de l'arrivée des pèlerins à pied pour accéder au gîte. Ils ne sont généralement pas autorisés à y accéder avant 19h.

- Le cycliste peut en effet envisager, avec plus de facilité que le marcheur, de se remettre en route pour trouver un hébergement dans la ville suivante.

- En France seule la courtoisie gère ce problème.

 

  Ménagez le vélo

- en particulier en limitant votre vitesse dans les descentes sur chemins. Une vitesse excessive pourrait conduire à voiler une jante ou même casser un rayon. Dans tous les cas, économisez votre machine.

                                 ---------------------------------------------------------------------------------------

    

  retour à Q.Pratique Avant

  home

                                                                       10/06/2012

delhommeb at wanadoo.fr