Avant de partir : Avec qui (divers)

 

                                 Association franc-comtoise du chemin de Compostelle

                                                                Avec qui ?

  http://www.af-ccc.fr/Doc-PDF/dossier%20pelerin.pdf  

           Association "Les Amis de saint Jacques. Provence-Alpes-Côte d'Azur-Corse"

  http://www.compostelle-paca-corse.info/Conseils/Resources/GP_07.pdf   

                                                           

- Seul : C'est certainement la meilleure façon de partir, une expérience exceptionnelle de réflexion et de remise en question. Est-on d'ailleurs vraiment seul quand on pense à soi, aux autres... ou à Dieu !

- En couple : C'est un moyen idéal d'approfondir sa relation.

- En groupe : Le chemin sera plus facile, mais il vous sera plus difficile de faire connaissance d'autres pèlerins.

- Attention au choix de vos compagnons de route ! La promiscuité du pèlerinage peut révéler certains comportements asociaux.

                                   ------------------------------------------------------

                                                     Pèlerin magazine HS 2011                   

                                                           Voyager en famille

 

- Le pèlerinage en famille peut être une expérience fabuleuse, s'il est bien préparé. Voici les conseils de Gilbert Mosser.

- L'âge idéal, ou du moins celui qui permet à l'enfant de profiter de cette aventure, se situe entre 10 et 13 ans.

- Ne pas dépasser 15 à 20 km par jour, et prévoir des aménagements au fil des étapes, avec des pauses où les enfants peuvent jouer ou faire une sieste.

- Avancer tous les jours pour ne pas couper le rythme, mais prévoir des jours où on n'effectue que 5 à 10 km.

- Prendre le temps de discuter, de chercher une solution aux difficultés, dans le respect de chacun, y compris

des enfants.

                                    ----------------------------------------------------

                 Association Amis du Chemin de Saint Jacques Pyrénées Atlantiques

                                             Faut-il faire le chemin en groupe ou seul ?

  http://www.aucoeurduchemin.org/spip/

 

- Il est préférable de marcher seul ou à deux (en couple par exemple). En effet, la grande richesse de cette marche est constituée par les rencontres nombreuses et diverses, par le fait de se trouver face à soi-même et ainsi pouvoir faire le point.

- De toute façon, vous marcherez souvent seul, car votre rythme ne sera pas le même que celui de vos compagnons: il y a mille raisons pour vous conseiller de cheminer seul.

                                          -------------------------------------------------------------

                                           Association Du Québec à Compostelle          

  Je projette de faire le pèlerinage seul. Se prête t-il encore à la contemplation et à la sérénité? Est-il sécuritaire?

  http://www.duquebecacompostelle.org/questions.html   

 

- Pour profiter pleinement de votre pèlerinage, vous pouvez partir seul. Au fil du chemin, vous rencontrerez d'autres pèlerins, vous vous ferez des amis, mais vous aurez toujours la possibilité de marcher seul quand vous en sentirez le besoin.

- Il est possible de faire le chemin dans un esprit de contemplation et de méditation, de silence et de sérénité : admirer simplement le paysage, s'émerveiller devant la nature, trouver plaisir à cheminer, à traverser un petit village, à visiter un vieil édifice ou un monastère du Moyen Âge, à s'arrêter quelques minutes en chemin, en pleine campagne, pour réfléchir.

- Le Camino francés est sécuritaire. Peu de situations déplaisantes sont rapportées. La police est très présente, surtout dans la haute saison (de mai à septembre). Mais il ne faut jamais oublier d'être prudent. Des vols ont déjà été rapportés…

- Et le soir, au refuge, le partage avec les autres vient compléter cette marche, lui donner son sens.

- Il y aura certainement, en cours de route, des petites déceptions, des froissements avec d'autres pèlerins. On reste toujours soi-même… Prendre du temps de réflexion chaque soir et chaque jour, s'arrêter à l'occasion pour un office religieux, tout cela favorise un cheminement intérieur créateur. Ces frottements et épreuves nous redonnent "un coeur nouveau". Partez à l'aventure! Répondez à cet appel en vous abandonnant à ce que le Chemin vous réserve.

                                         --------------------------------------------------------

                                                     Sylvain Vaissière - ACIR

                         Faut-il partir accompagné ou est-ce préférable d'être seul ?

 (Détours en France HS Mars 2010)

 

- Partir en pérégrination vers Compostelle est en principe une démarche individuelle.

- Certains préféreront marcher solitairement, d'autres auront besoin de partager chaque instant avec un compagnon de route.

- Les rencontres spontanées le jour du départ ou en cours de route ne sont pas rares sur les itinéraires les plus fréquentés.

- Il est possible de partir à deux ou en petit groupe. Les bandes trop importantes auront des problèmes pour se loger au même endroit lors de la halte.

                                               --------------------------------------------------

                                                           Webcompostella

                                                         Pèlerinage en groupe

 http://www.webcompostella.com/  

  

          Ami Pèlerin, si vous vous préparez à partir :

- en famille :

- avec un mouvement de jeunes

- en retraite pèlerine de groupe (renseignements sur info@st-jacques-bourgogne.com)

- en accompagnement d’handicapés,

- en réinsertion de personnes en difficulté (prisonniers, drogués...)

- avec des amis 

          Attention à la préparation préalable,

- difficulté de trouver des lieux d’accueil compatibles avec la taille du groupe

- pas de réservation possible en Espagne

- en France, problème posé si les réservations de votre groupe bloquent les gîtes d ’étape  

          Attention au juste équilibre entre :

- richesse et dynamisme de vie en communauté (repas-hébergement-marche)

- intimité de la démarche individuelle et personnelle (rôle de chaque membre - "seul à seul" préservé)

- nécessaire autonomie du groupe

- ouverture aux "autres" rencontrés sur la route

                                           ----------------------------------------------------

                                                  Chemin de Compostelle

                                                  Partir seul ou en groupe ?

  http://www.chemindecompostelle.com/PelerinsParticuliers/PelerinsParticuliers.html#Bicyclette

 

 

- Lorsqu'on choisit de partir à plusieurs, il est difficile de sortir de l'organisation du groupe, où l'on conserve alors tous ses réflexes et ses comportements sociaux conditionnés. C'est un handicap pour s'abandonner au chemin, et il est probable que l'on passe à côté de quelque chose.

- Sur la voie du Puy empruntée en permanence par de très nombreux groupes, un malaise s'est fait jour ces dernières saisons. Il est causé par les perturbations qu'apportent avec eux les groupes et leur organisation avec hiérarchie, véhicules, intendance et accompagnant pour la voiture-balai.

- Ces organisations qui sollicitent durement les responsables de gîtes pèlerins sont aussi bruyantes. L'ensemble est tout naturellement en conflit avec la sérénité de la démarche et du chemin. Des places sont occupées par les accompagnateurs transportant généralement les bagages.

- Bien entendu, dans cet état d'esprit, on ne trouve pas le gîte suffisamment confortable, ou on le trouve trop rustique. On apprécie peu la promiscuité des pèlerins, mais surtout on ne se gêne pas pour protester.

- Comme toujours en cas de déséquilibre, la réaction ne se fait pas attendre. Une première réplique à la situation va voir le jour. Elle émane des acteurs de l'hébergement pèlerin, dont certains refusent désormais les groupes.

- Il y a des années que l'on parle de vrais ou de faux pèlerins, et ce débat était parfois gênant. Aujourd'hui des arguments sont offerts à la branche radicale du monde jacquaire pour installer ce débat au premier plan.

- Des conséquences logiques vont aménager la circulation sur les chemins de Compostelle, dans la mesure où celui qui part longtemps souhaite bénéficier en priorité des accueils pèlerins.

- L'exclusion des vacanciers hors des gîtes pèlerins est pour demain. Nous sommes cependant quelques-uns à espérer ne pas voir disparaître les "cheminant au coeur léger" dans ce remaniement.

                                               -----------------------------------------

                                    Camino n°128 (Avril 2013) / n° 143 (Juillet 2014)

                                           "Recherche de pèlerins pour le chemin"

 

  Camino vous explique pourquoi les annonces "Recherche de pèlerins pour le chemin" sont refusées…

Presque toute l’année, la rédaction reçoit des petites annonces de futur pèlerin, ou randonneur, cherchant un

compagnon ou une compagne pour marcher ensemble, pour faire 15 jours ou 3 mois sur le Grand chemin.

Et chaque fois nous répondons par la négative. Camino ne publie jamais de petites annonces de ce genre là !

Pourquoi ? Explication :

 

  Partir pour faire 1000 km avec quelqu'un que l'on ne connaît pas très bien, c'est l'échec assuré, c'est l'engueulade assurée au bout de 7 jours, et dans 99.9 % des cas, c’est le retour à la maison. Et un bel échec sur les épaules.

 

  Faire le chemin vers Compostelle, c’est une très grande aventure (humaine, physique, spirituelle, culinaire)…, mais cela ne s’improvise pas. On ne part pas avec une personne comme pour faire une randonnée d’une journée. Le soir, chacun sera chez soi, et on prend facilement sur soi les humeurs de l'autre durant une journée. Mais marcher 8 semaines ensemble n’est pas la même chose, et même les couples, déjà ensemble dans la vie, ont quelquefois des difficultés, parce que la vie à la maison permet des coupures personnelles.

 

  Le chemin (sauf à marcher chacun de son coté et de se retrouver le soir), c’est 24/24 h les choix de l’un et de l’autre confrontés… Si on ne se connaît pas très bien, dans 99 % des cas, c’est la dispute… On se sent obligé malgré tout de terminer ensemble le chemin….

 

  Ce que l’on conseille, c’est de partir seul, et les amitiés, les contacts se feront sur le chemin de façon naturelle... Au gré des rencontres, dans les gîtes d’étape, ou sur le Chemin, vous pourrez marcher avec qui bon vous semble, sans être tenu par aucun contrat moral… Le Chemin n’en sera que plus beau….

  La rédaction.

                                                       -----------------------------------------

                                                     Camino n°145 (Septembre 2014) 

                                           "Recherche de pèlerins pour le chemin"

                                                                Guy Chabant

 

  Je suis tout à fait d'accord avec vous sur les motivations du refus de publier des annonces "Recherche de

pèlerins pour le chemin" (votre avertissement du n° 143 JUILLET 2014).

  Déjà, avec des personnes que l'on connaît bien, il y a de nombreux "réglages" et compromis à faire ..; a fortiori avec un / une inconnue !

 

  Les 3 ou 4 points essentiels où il faut s'accorder sont:

  a) le rythme de marche: lent ou rapide, avec pauses ou sans pauses, longueur des étapes (moyenne,

maximum avant épuisement)

  b) l'alimentation: petit-déjeuner (de quasiment rien à copieux), le break de 10 h (quand nous marchons à trois avec un copain Michel, il est "en manque" et détresse si on ne trouve pas un bistrot avec café et croissant pour s'y arrêter, alors que pour nous, c'est totalement indifférent), le repas de midi (frugal, copieux, voire restaurant pour certains), le repas du soir (cuisine pâtes et jambon, ou restaurant ?)

  c) l'heure du départ et du coucher: gros litige entre les lève-tôt et lève-tard !

  d) les centre d'intérêts et motivations: visites d'églises, de musées, converser avec l'habitant rencontré sur le chemin, assister aux offices religieux, passer 5 minutes à cadrer en macro une photo de fleur, etc.

  e) le niveau de confort exigé pour la nuit (voire le camping en totale autonomie)

  f) attitude vis a vis des épreuves: la pluie, le froid, le gîte plein à craquer, la douche froide, les punaises,

etc...

  g) partir ensemble, est-ce un contrat "à la vie - à la mort", ou encore "pour le meilleur etpour le pire" ? Si l'un se blesse (entorse par exemple) ou a d'énormes ampoules, nécessitant un arrêt de 1 ou 2 jours, que doit faire l'autre, tout guilleret et plein d'énergie ?

  h) et par dessus tout ça: le BUDGET que chacun souhaite consacrer !

 

  Bon camino ! Guy Chabant

                                           ------------------------------------------------------------

     

  retour à Q.Pratique Avant le départ

  home

                                                                       16/10/2014

delhommeb at wanadoo.fr