Conseils (Franche Comté)

 

                                     Association franc-comtoise du chemin de Compostelle

                                            http://www.af-ccc.fr/Doc-PDF/dossier%20pelerin.pdf  

 

  Conseils

- Des milliers de pèlerins venant des quatre coins de l'Europe, voire du monde, partent en un formidable élan vers Saint-Jacques de Compostelle.

- Leurs motivations sont très diverses : spirituelles, culturelles, artistiques, une épreuve, un voyage initiatique, par ferveur, souvent pour se ressourcer, se retrouver ou se comprendre.

- Si chacune ou chacun a toute liberté pour se mettre en route à son gré, seul ou accompagné, il paraît important de rappeler certaines règles à respecter sur le chemin et dans les structures mises à la disposition de tous.

- Marcheurs, randonneurs, vététistes, cavaliers, pèlerins qui pratiquent ces chemins historiques doivent veiller à faire régner un bon climat par leur attitude sportive, conviviale et d'entraide envers ceux qu'ils rencontrent. Ils se doivent d’adopter un comportement de respect aussi bien envers la nature, qu'envers les habitants des régions traversées, et les personnes bénévoles qui se consacrent au chemin.

- Pour vous aider à préparer ce grand voyage nous vous donnons quelques conseils pratiques qui permettront de rassurer ceux d’entre vous qui n’auraient pas la pratique de ce genre de marche au long cours.

 

  Préparatifs

- Lorsque vous avez pris la décision de partir, il est important de bien préparer son pèlerinage.

- Préparer son itinéraire, c'est choisir la longueur des étapes en fonction de sa forme physique, de la difficulté du jour, des infrastructures d'hébergement, des lieux à visiter.

- Tout en sachant que même si vous pensiez avoir tout prévu, il se peut que, pour diverses raisons, vous soyez obligés de faire preuve de " débrouillardise " et de souplesse d'adaptation. Mais s’il n’y avait pas de part d’incertitude il n’y aurait pas de mystère et ce chemin en est rempli.

 

  Hébergement

- En France comme en Espagne, les possibilités d'accueil ont bien évolué depuis le Moyen- Age. Les couvents et les monastères qui accueillaient les pèlerins se réduisent chaque année et des structures d'accueil se créent ou disparaissent. Tout au long de votre parcours, vous pourrez trouver des hôtels, des gîtes d'étape (communaux ou privés), des chambres d'hôtes, des campings...

- Nous estimons que le chemin est suffisamment pourvu de moyens d'hébergement pour ne pas retenir la solution de la tente et le poids qu’elle implique .

- Il faut savoir aussi que les centres d’hébergement ne laissent jamais un pèlerin sans solution de dépannage. En situation extrême, on peut s'adresser au curé du village, à la gendarmerie, à la mairie qui auront toujours à vous proposer un confort minimum dans une salle paroissiale ou municipale.

- Les gîtes communaux sont en général des dortoirs, des salles de sport, des salles paroissiales mis à votre disposition par la commune (en principe une cuisine équipée est à votre disposition (réfrigérateur, cuisinière, batterie de vaisselle, couverts...) et une douche permet vos ablutions. Vous trouverez toutes les coordonnées de ces lieux dans les livres et revues.

- Nous donnons en rubrique "chemin" dans la plaquette consacrée au chemin en Franche-Comté une liste des points d’hébergements tout au long de l’itinéraire franc-comtois qui sera complété progressivement. Nous avons établi avec la-plupart d’entre eux d'excellents contacts et vous devriez bien y être accueillis. Ils sont particulièrement conscients de l'apport économique et culturel que leur procure ce pèlerinage.

- En France, il est conseillé de réserver lorsque l'on voyage à plus de deux personnes, tandis qu'en Espagne on ne peut réserver dans les refuges, l'attribution des lits se faisant en fonction de l'ordre d'arrivée.

- A juste titre, il vous sera demandé de présenter votre crédencial (passe-port du pèlerin qui peut vous être délivré avant votre départ par notre association) pour s'assurer que vous êtes bien un pèlerin allant vers Compostelle.

- La participation financière est relativement faible, voire facultative dans les refuges espagnoles. Les gîtes sont souvent équipés d'une kitchenette ou vous pouvez préparer vos repas. C'est un moyen très convivial de s'imprégner de l'atmosphère du chemin.

- Pour indication, le budget se situe en moyenne journalière, en France, entre 20 et 30 euros (hébergement et nourriture). Une nuit dans un gîte communal peut coûter autour de 10 euros et le double dans un gîte privé. En Espagne, comptez environ 15 à 20 euros par jour. N'emportez pas trop de liquidités sur vous ; des distributeurs tout au long du chemin vous permettront d’effectuer des retraits avec votre carte bancaire.

 

  Chaussures

- Il est très important d’être bien chaussé et le modèle recommandé doit être de bonne qualité ‘’randonnée’’, montantes pour protéger les chevilles et imperméables. Privilégiez également la légèreté. Les magasins de sport traditionnels vous conseilleront utilement.

- N'oubliez pas de vous y habituer et de les porter avant le départ.

- Les tennis, même confortables, sont déconseillés. Certains ont fait le chemin sans s'en plaindre mais si vous tombez sur une bonne rosée matinale ou une période pluvieuse, qui peut parfois durer, vos tennis seront trempées et les ampoules apparaîtront inévitablement.

- Les chaussette doivent être aussi bien choisies ; les doubles, à bouclettes sont confortables et surtout peuvent permettre d’éviter les ampoules.

- Pour le soir, prévoyez une paire de "tong" ou nus-pieds légers pour relaxer vos pieds avec éventuellement une paire de socquettes soyeuses.

 

  Ravitaillement

- II ne faut pas négliger son alimentation. Au petit déjeuner, nourriture consistante et calorique, et pour la journée prévoir fruits secs, barres de chocolat, de céréales à grignoter en marchant. Pour couper la journée, prévoyez un pique nique et le soir prenez un bon repas copieux composé de sucres lents (pâtes et riz...)

- Dans certaines localités, vous trouverez des menus ‘’pèlerins’’ à des prix raisonnables. Les guides vous indiqueront les points de ravitaillement à chaque étape.

 

  La forme physique

- Marchez régulièrement deux à trois mois avant de partir. Faites toutes les semaines si possible une marche de 12 à 15 kilomètres avec vos chaussures neuves afin de les casser et de vous y habituer. L’idéal c’est d' effectuer ces marches en situation réelle avec votre sac à dos chargé. Vous commencerez par des étapes de 20 km pour les premières journées. Ce n'est qu'ensuite que vous pourrez adopter un rythme plus soutenu. Notre association propose régulièrement des marches le dimanche (voir en rubrique ‘’vie association’’).

- D'une manière générale, un pèlerin parcourt sans problème majeur 20 à 25 kilomètres par jour. Tout dépend du dénivelé. Ce rythme est effectif au bout de 3 à 5 jours. Sur un terrain non accidenté, il marche à raison de 4 km à l’heure.

- Dès les premiers jours, il est conseillé de surveiller ses pieds. Il faut les dorloter ! Une crème type Nok d'Akiléine peut détendre le pied en le massant doucement.

- En ce qui concerne les ampoules, deux écoles s'affrontent pour les soigner. Il faut de toute façon les percer pour évacuer le liquide. Une méthode consiste à découper la peau, d'aseptiser et de protéger la plaie avec du tulle gras et une compresse. L'autre façon de procéder est de laisser la peau sur le ‘’bobo’’, puis de le protéger avec un Compeed ou dérivés. En France, les pharmacies situées sur le chemin vous conseilleront.

- Tout au long du parcours, en Espagne, il est possible de se faire soigner gratuitement dans des Centres de Salud où les pèlerins ont priorité. De plus, n’oubliez pas d’emporter vos médicaments habituels.

- Afin de prévenir la déshydratation et les tendinites n'attendez pas d'avoir soif pour boire. Il est conseillé d' absorber au minimum 2 à 3 litres d'eau par jour. Cela évitera les tendinites et les crampes. Il est également sage d'emporter un relaxant musculaire sous forme de comprimés ou de crème pour pallier les tendinites. En période estivale, il peut faire très chaud et Il est toujours possible de demander poliment, de l'eau chez l'habitant. Vous pouvez aussi remplir votre gourde d'eau dans les cimetières où il y a presque toujours un robinet d'eau potable.

 

  Rythme et organisation de la journée

- Si vous marchez l'été, et afin d’éviter les fortes chaleurs, il est vivement conseillé de se mettre en route entre 5 h 30 et 7 h 00 et de prévoir votre arrivée vers 17 h dans l'après midi.

- Cela vous permettra de profiter agréablement de la fin de journée pour vous doucher, faire une sieste, effectuer vos achats, laver votre linge, visiter la ville, préparer l'étape suivante et échanger avec les autres pèlerins.

 

  Le portage

- Le poids est l’ennemi du pèlerin. Légèrement chargé, vous marcherez mieux. Nous vous conseillons fortement d'avoir un sac ne dépassant pas 8 à 10 kg. Les pèlerins qui réalisent de grandes étapes sans problèmes, sont ceux qui portent des sacs légers.

- N'oubliez pas que vous aurez à porter en plus de votre chargement, au moins 2 litres d'eau, sans compter les provisions de bouche. Ne vous chargez pas inutilement. En France comme en Espagne, vous pourrez acheter sur place ce qui vous manquera : pharmacie, vêtements, etc...

- Combien de pèlerins réexpédient par la poste des petits colis d'affaires personnelles vers leur domicile ?

- Et puis, on apprend très vite à se contenter du strict minimum.

 

  La sécurité sur le chemin

- En général, ce chemin est tranquille. Hormis la solitude que vous pouvez rencontrer à certaines périodes de l'année, il n y a pas de danger réel.

- Cependant, afin de tenir éventuellement à distance des chiens non tenus en laisse aux abords des fermes, nous vous conseillons de vous munir d'un bâton. Ce fameux « bourdon » d'autrefois peut devenir un instrument de défense comme il vous aidera également à franchir les gués et les ruisseaux ou à soulager votre marche.

- En Espagne, il semblerait qu'ait été réhabilitée la « guardia civil à cheval » sur certains tronçons.

 

  Le Retour

- Pour un voyage de retour rapide, il y a l'avion ( vol quotidien Santiago-Paris ). Attention à ce retour qui vous plonge en une heure dans la vie trépidante d'un aéroport. Après des semaines de marche et parfois de solitude l'atterrissage est parfois difficile.

- Pour se renseigner sur les prix et horaires vous pouvez contacter IBERIA 1, rue Scribe - 75009 Paris - Tél. : 0 802 075 075 ou votre agence AIR FRANCE.

- Chaque jour, vous avez aussi la possibilité de prendre le train de jour ou de nuit.

- Contactez IBERRAIL France 52, rue Chaussée d Antin - 75009 Paris

Tél. : 01 40 82 63 60.

 

- Pour rejoindre Paris par exemple, il faut compter une journée pour aller à Hendaye, puis changer et prendre soit un TGV soit un train de nuit pour Paris.

- La solution la plus économique reste le retour en car au départ de Compostelle par la compagnie EUROLINES 28, avenue du général de Gaulle - 93541 Bagnolet cedex - Tél. : 08 36 69 52 52 - II faut là aussi compter 24 h jusqu'à Paris.

- Pour les courageux, il peut être aussi envisagé de faire le retour à pied par la route qu'empruntaient les pèlerins des premiers temps en prenant la route de la Côte Cantabrique.

- Voici les coordonnées de l'Office du Tourisme espagnol à Paris : 43, rue Decamps - 75016 Paris - Tél. : 01 45 03 82 50.

 

  A tous les pèlerins qui vont emboîter leurs pas sur ceux des autres, nous leur souhaitons...

Buen camino !! Ultreia ! Ei suseia !!

 

  retour à Q.Pratique Généralités

  home

                                                                       18/01/2011

delhommeb at wanadoo.fr