Conseils (Denis)

 

   Comment partir à Compostelle (Denis)

                 http://www.chemindecompostelle.com

                                      

(les rubriques suivantes sont en partie extraites du recueil " Partir à Compostelle, manuel pratique ")

 

Itinéraires - orientation - balisage

La question préalable généralement posée est de savoir comment on peut se déplacer à pied sur de très longues distances sans avoir de connaissance du terrain.

La réponse est simple, car, sur les quatre voies historiques, le balisage des chemins, les guides d'itinéraires ou topo-guides vont permettre à tous de s'orienter sans risque.

Il faut pourtant noter que les quatre voies ne sont pas équivalentes à ce propos.

 

La voie du Puy jusqu'à Compostelle est un GR balisé par la Fédération Française de Randonnée Pédestre et ne pose aucun problème d'orientation. En complément, plusieurs éditions de guides d'itinéraires permettent d'y cheminer avec aisance.

La voie d'Arles est un GR et fait aussi l'objet d'un balisage et d'un guide d'itinéraire.

La voie de Vézelay est presque intégralement balisée et fait l'objet d'un guide très précis de son itinéraire, qui permet de s'y orienter sans difficulté. Ce guide a été réalisé par l'Association des Amis de Saint Jacques de la voie de Vézelay.

La voie de Tours n'est pas encore balisée, mais deux guides de l'itinéraire existent qui couvrent le trajet de Paris à Roncevaux.

 

Hébergement

Du Puy-en-Velay à Compostelle, les solutions d'hébergement sont variées et nombreuses. On trouve en particulier de nombreux gîtes d'étape ou de "pèlerins". Que ce soit sur la portion française ou espagnole, les localités riveraines et d'autres initiatives, laïques ou non, ont le souci de ne laisser personne sans abri, même au cours de la période d'afflux du 15 juillet au 15 août. Durant cette période de haute fréquentation, en France, les gîtes d'étape acceptent les réservations, mais certains, depuis peu sur la voie du Puy, la refusent aux groupes.

 

Sur la voie du Puy-en-Velay, deux recueils permettent de connaître tous les hébergements et lieux de ravitaillement existants, portion française et portion espagnole. Ne vous laissez pas influencer par leur titre burlesque, les " miam-miam-dodo-dodo " sont la haute référence dans ce domaine et remis à jour chaque année.

 

Sur les voies de Tours, Vézelay et Arles, les solutions d'hébergement sont localement moins nombreuses et moins adaptées aux pèlerins. Pour le moment, l'offre y est essentiellement tournée vers le tourisme afin d'offrir un confort élevé, et malheureusement, bien que justifiés, des prix en conséquence. Sur ces voies, l'option du camping pourra faciliter la progression et la maîtrise du budget.

 

Les personnes équipées pour camper rencontreront moins de difficultés pour trouver une place, ceci quelle que soit la période ou la voie empruntée.

 

L'aspect physique de ce projet

Il faut dire d'abord que, sur les chemins de Saint-Jacques, aucune règle n'impose une longueur d'étape ou une vitesse de marche. Vous êtes totalement libre de régler votre voyage à votre rythme et selon vos souhaits. Vous êtes seul maître à bord.

Il reste que la fréquence des hébergements en jouant sur la longueur des étapes va, selon la voie choisie, nécessiter plus ou moins d'efforts physiques.

 

Sur la voie du Puy-en-Velay, la fréquence des hébergements, pèlerins en particulier, vous laissera libre d'une progression à votre rythme. Leur nombre permet la plupart du temps de choisir votre longueur d'étape. Vous aurez ainsi la possibilité d'y démarrer en douceur.

 

Sur les autres voies, la fréquence et le type des hébergements n'offrent, pour l'instant, pas la même facilité. Il reste bien entendu la possibilité d'utiliser parfois les hôtels et chambres d'hôtes, selon votre budget.

        

Marche à pied et préparation physique

En encouragement de départ, sachez que la marche, si elle est correctement gérée, en particulier au début de votre voyage, ne sera pas un obstacle, ceci quel que soit votre niveau physique préalable.

Cependant, la marche longue ne s'aborde pas comme une randonnée de week-end où l'effort se limite à quelques heures, et où tous les excès sont possibles, puisque la voiture attend pour vous ramener chez vous. En marche longue, l'arrivée d'une cloque au pied, ou pire, d'une tendinite, annonce la souffrance qui commence pour une durée indéterminée. Outre la blessure, vous risquez bien entendu l'arrêt de votre projet.

 

Il existe des méthodes pour marcher au long cours et surtout pour la préparer. Les connaître permet de placer toutes les chances de son côté avant d'entreprendre un tel projet. Vous trouverez, sous le titre " Partir à Compostelle, manuel pratique " un recueil de l'ensemble de ces méthodes et tous les conseils associés.

S'il est néanmoins un conseil essentiel, le voici : gardez-vous bien d'attaquer trop fort et réservez-vous durant les premiers temps de marche.

 

Choix du matériel

On ne s'en rend compte qu'après avoir commis une erreur de sélection, mais le choix du matériel détermine, pour partie, la réussite de ce type de projet.

Le matériel va favoriser votre aisance, ou à l'inverse vous freiner, voire vous handicaper. Surtout, le choix de votre matériel contribuera à prévenir toutes blessures.

 

Nous ne sommes pas tous égaux par la sensibilité de nos pieds.

Certains voient apparaître des cloques aux pieds presque quasi systématiquement en randonnée, même faiblement chargés.

Sachez que la combinaison d'une méthode de marche et d'un équipement qui vous est adapté évite avec certitude toute blessure: cloques, tendinites et autres.

        

Paquetage

La quantité étant inconsciemment synonyme de sécurité, le volume emporté est facilement majoré quand le voyage à pied est une nouvelle expérience.

Evidement, le poids est un paramètre aggravant lorsqu'on a peu d'expérience, et particulièrement les premiers jours où l'on se trouve plus exposé aux blessures.

Cela conduit au paradoxe suivant: les personnes les plus exposées aux blessures emportent généralement un sac lourd.

La surcharge entraîne des effets physiques durables ou des blessures, mais hélas aussi vous accapare en permanence sur la seule difficulté du portage. Ne vous privez pas de cheminer avec aisance en partant avec un sac léger.

 

Le conseil d'une liste de paquetage n'est pas facile, car de nombreuses listes, toutes différentes, sont déjà disponibles dans la littérature. A l'évidence, le seul conseil pertinent dans ce domaine est celui de la liste minimum, la seule sur laquelle un consensus pourrait exister. Pour les ajouts indispensables, chacun a son idée et ces idées sont toutes différentes...

 

Ne suivez surtout pas ces conseils du petit bout de ficelle, qui peut toujours servir et ne pèse rien, car ils vous mènent droit à la surcharge inutile. Vous ne partez pas en montagne ni dans le désert, vous n'avez donc pas besoin de tout prévoir et tout emporter. Sur le chemin de Saint-Jacques, vous croiserez chaque jour 10 commerces où trouver un bout de ficelle ou un violoncelle alto.

Méfiez-vous aussi comme de la peste du couteau suisse avec toutes ses fonctions. Si vous portez votre paquetage, alors votre ennemi sera le poids.

 

Lorsque vous pousserez la porte d'une Poste, voyant pointer votre mine rougie et en sueur, les postiers vous proposeront immédiatement une boite pour réexpédier votre trop plein, ceci avant que vous n'ayez expliqué votre besoin. Sur le chemin de Saint-Jacques, les postiers ont l'habitude, ils voient cela tous les jours.

Un paquetage léger, mais bien conçu, vous fera traverser sans dommages les intempéries et les aléas de voyage pour vous mener jusque là-bas, au bout des terres émergées.

    

  retour à Q.Pratique Généralités

  home

                                                                       06/06/2009

delhommeb at wanadoo.fr