Conseils (A. Catalana)

 

                                                  LA PREPARATION DU PELERINAGE

 

  Ce qu’il faut emporter avec soi

 

  Les papiers à avoir sur soi

- Une pièce d’identité, votre carte d’assurance maladie et votre "passeport du pèlerin" ou credencial.

 

  La préparation du sac à dos

- Voyagez léger, ne portez jamais plus de 10 kilos sur vous. L’idéal est que le poids de votre sac à dos ne dépasse pas 10 % de votre poids.

- N’emportez pas d’objets inutiles. Pensez que, si vous oubliez quelque chose, vous pourrez l’acheter en route sans le moindre problème.

- Votre sac à dos doit être confortable. De forme anatomique, il sera équipé de sangles de taille et de poitrine, ainsi que de poches extérieures qui vous permettront de sortir et de ranger des choses sans avoir besoin de tout défaire.

- Rangez bien vos affaires à l’intérieur de votre sac à dos, si possible dans des sacs plastiques de différentes couleurs pour, d’une part, éviter qu’elles se mouillent et, d’autre part, les reconnaître facilement.

 

  Les chaussures

- Ne portez jamais de chaussures neuves.

- Vos chaussures doivent être bien adaptées au pied et être confortables. Elles doivent bien tenir la cheville et avoir une bonne semelle.

- Ce n’est pas la peine de prévoir des chaussures de rechange. En revanche, n’oubliez pas des nu–pieds ou des espadrilles pour bien reposer vos pieds en fin de journée.

 

  La coquille Saint–Jacques

- C’est le symbole le plus significatif du pèlerin. Dès le XIIIe siècle, elle est considérée comme le symbole de saint Jacques. Les pèlerins l’achetaient une fois arrivés à destination et la portaient fixée à leur ceinture, à leur chapeau ou à leur besace sur le chemin du retour. C’est aussi ce que faisaient, avec des clés ou des palmes, les pèlerins de retour de Rome ou de Jérusalem.

- On ne connaît pas bien l’origine du symbole de la coquille: elle évoque une main ouverte, symbole de charité. Elle est aussi symbole de naissance...

 

  Les vêtements

- N’emportez pas beaucoup de vêtements. Deux rechanges complet et un pull ou un coupe-vent suffiront. Ayez toujours des chaussettes propres et sèches à disposition.

- Des pantalons de type coupe-vent que vous pourrez enfiler et retirer sans avoir besoin d’ôter vos chaussures sont aussi très recommandables, de même qu’une cape de pluie qui recouvrira aussi le sac à dos (si vous emportez une cape, inutile de prendre un K-way).

- Si votre pèlerinage se prolonge, emportez du savon de Marseille pour faire des lessives.

- Emportez sans faute un chapeau ou une casquette, surtout si vous partez pendant la saison chaude.

 

  Sac de couchage

- Ajoutez un sac de couchage si vous avez l’intention d’utiliser les lieux d’accueil réservés aux marcheurs. En été, il peut être mince.

- Un matelas de randonnée en mousse est aussi un bon allié du pèlerin, mais une bonne planification de la route peut bien sûr éviter d’y avoir recours. Cela dit, si vous allez jusqu’à Saint-Jacques, n’hésitez pas : glissez le dans votre sac.

 

  Trousse de secours

- Il est conseillé de la réduire à sa plus simple expression: pansements, ciseaux, sparadrap, bande en coton et/ ou élastique, crème anti-infl ammatoire, de l’aspirine ou du paracétamol, un produit désinfectant (polyvidone iodée), une crème solaire et la solution de votre choix contre les ampoules aux pieds.

- Mieux vaut acheter en route ce dont vous aurez besoin.

 

  La signalisation de la route

- Le chemin de Saint-Jacques est signalisé en Espagne par les caractéristiques flèches jaunes que l’on trouve sur tous les chemins de Saint-Jacques. En les suivant, on arrive à Saint-Jacques-de-Compostelle.

- Tenez néanmoins compte du fait que le chemin n’est pas quelque chose de figé: il peut changer pour s’adapter aux circonstances (nouveaux bâtiments et nouvelles routes, zones industrielles...). C’est pourquoi nous recommandons de suivre les flèches et, en cas de doute, de ne pas hésiter à demander son chemin.

 

  Quelques conseils aux marcheurs

 

  Avant le départ

- Comme toute longue randonnée, le chemin de Saint–Jacques est un défi physique et mental qu’il faut aborder avec soin. La première recommandation est, sans nul doute, de se préparer physiquement à accomplir le pèlerinage. Parcourir ce chemin à pied est à la portée de tous, et ce n’est pas la peine d’avoir une préparation physique spéciale pour y arriver.

- Néanmoins, il est recommandé, les jours qui précèdent le départ, de faire des marches de plus en plus longues et, si possible, avec un sac à dos plein et les chaussures que l’on aura aux pieds pendant le voyage.

- Par ailleurs, pour profiter au maximum de cette marche, il est toujours agréable de posséder un peu d’information et de connaître l’histoire de l’itinéraire avant de se mettre en route. Plusieurs guides lui sont consacrés et les livres d’art et d’histoire portant sur les pèlerinages en Catalogne sont en nombre plus que suffisant pour permettre de profiter au mieux du versant culturel de l’expérience.

 

  Quelle est la meilleure époque de l’année ?

- Les mois du printemps et de l’automne sont les meilleurs pour faire ce parcours, car c’est là que les températures sont les plus douces. De plus, au printemps, les journées sont plus longues et on peut marcher matin et après-midi.

- En hiver, le brouillard s’installe pratiquement à demeure dans la région de Lleida,  et les températures

dépassent rarement les 5 ºC.

- Et, en été, le soleil tombe impitoyablement sur les chemins et sur les pèlerins.

 

  Combien d’étapes ?

- Il est recommandé de préparer à l’avance un programme d’étapes, sachant qu’il est habituel de faire entre 25 et 35 kilomètres par jour. N’oubliez pas que, quand on porte un sac à dos chargé, on fait en moyenne 4 kilomètres par heure.

- Il vaut mieux prévoir des étapes courtes les premiers jours, pour habituer graduellement le corps à l’effort physique.

- En été, évitez les heures de grand soleil en commençant le plus tôt possible à marcher. Enduisez vous de crème solaire, et portez un chapeau pour éviter les insolations.

- Ne marchez pas trop vite les premiers jours. Vous finirez par prendre le rythme tout en vous sentant à l’aise.

- Sur les parties goudronnées, marchez sur le côté gauche. N’oubliez pas que vous êtes vulnérable et que les automobilistes ne font pas très attention aux piétons.

- Si vous marchez de nuit, portez des vêtements munies de bandes réfléchissantes pour que les véhicules s’aperçoivent de votre présence.

 

  Boire et manger

- Prévoyez toujours quelques vivres dans votre sac à dos: des fruits secs, des fruits frais, du chocolat et de l’eau.

- Évaluez bien la distance entre les points de ravitaillement pour prévoir ce que vous devez emporter à boire et à manger à chaque étape.

- Évitez les repas lourds. Mieux vaut multiplier les petites doses d’aliments pour garder un équilibre entre l’ingestion et la dépense physique.

- Il faut boire de l’eau, même si l’on n’a pas soif, pour compenser la transpiration.

 

  Les ampoules aux pieds

- Elles sont dues au frottement du pied avec l’intérieur de la chaussure. Il y a de fortes chances que vous en ayez une (ou quelques–unes) pendant votre périple vers Saint-Jacques.

- Si une ampoule grandit et que vous décidez de la crever, prenez toutes les précautions pour éviter une infection.Une bonne façon d’effectuer cette opération est à l’aide d’une aiguille stérile (en vente dans toutes les pharmacies). Appliquez tout de suite après un produit désinfectant (de la polyvidone iodée, par exemple) et évitez que la plaie se salisse. Si la cloque se reproduit, répétez l’opération jusqu’à ce qu’elle disparaisse

définitivement.

- Mais si tout cela ne vous tente guère, sachez que le meilleur moyen d’éviter les ampoules est de se déchausser et d’aérer pieds et chaussettes jusqu’à ce qu’ils sèchent à chaque fois que vous vous arrêtez, c’est à dire toutes

les deux heures au minimum.

 

  Quelques conseils aux cyclistes

 

- Ce n’est pas pareil de faire une promenade à vélo le week-end que de partir pour plus de mille kilomètres en allant de routes goudronnées en pistes de terre.

 

  Mieux vaut–il faire le chemin à pied ou à vélo ?

- Faire le chemin de Saint-Jacques à vélo est une tout autre expérience que le faire à pied, on n’en gardera pas du tout le même le souvenir.

- Si vous envisagez de faire le chemin jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle, il vous faudra environ deux semaines, soit un temps bien inférieur au mois dont le marcheur a besoin.

- À vélo, on a l’avantage de pouvoir s’écarter facilement de l’itinéraire pour aller découvrir les endroits intéressants des environs. On peut aussi rester plus longtemps dans les jolis coins pour les admirer sans se presser.

 

  Bien se préparer

- Si vous n’êtes pas un(e) cycliste expérimenté(e), vous aurez besoin de vous entraîner à l’avance. Vous pouvez bien sûr faire cet entraînement sur le chemin proprement dit, mais n’oubliez pas que les premiers jours vont vous demander un gros effort.

- La vitesse moyenne du pèlerin à vélo est de 10 km/h, ce qui permet de parcourir facilement plus de soixante kilomètres par jour.

 

  Vos bagages

- Utilisez des sacoches qui prennent place à l’arrière ou à l’avant de votre vélo. Une petite sacoche de guidon - où vous rangerez vos papiers, votre guide et vos cartes ainsi que tout ce que vous souhaitez avoir à portée de main - vous sera également très utile.

- Portez des vêtements de cycliste de couleurs vives pour qu’on vous remarque bien sur la route. Et ne roulez jamais sans casque.

 

  Y a-t-il des lieux d’hébergement pour les cyclistes ?

- Les endroits qui accueillent les pèlerins permettent de garder les vélos à l’abri.

- Si vous dormez dans des pensions de famille ou des hôtels, demandez la permission de le garer dans un endroit protégé contre toute mauvaise surprise.

 

  Quelle sorte de vélo convient le mieux ?

- De nombreux pèlerins se servent d’un VTT pour se rendre à Saint-Jacques de Compostelle. Grâce à ses 18 ou 21 vitesses, ce genre de vélo permet de pédaler plus facilement. Ceci dit, en raison de ses pneus plus larges et plus sculptés, il est plus lourd et moins confortable qu’un vélo de randonnée quand on roule sur route.

- Théoriquement, on peut faire tout le chemin à vélo. Cependant, en raison de l’irrégularité du sol et du poids des bagages, seul un petit nombre de pèlerins, les plus résistants physiquement, peuvent le parcourir entièrement sur piste. La plupart des pèlerins à vélo finissent par rouler sur le goudron même s’ils sont à VTT.

- Sur le chemin de Saint–Jacques, les petites montées succèdent aux descentes, et les pistes aux tronçons de route goudronnée. Le VTT n’est pas l’engin le plus recommandé pour ce type de parcours en raison de l’importance du frottement de ses larges pneus. Les vélos conventionnels de route ne sont pas non plus indiqués pour les parties hors goudron.

- Le plus conseillable est donc un VTC (vélo tout chemin ou vélo de randonnée, hybride entre le vélo conventionnel et le VTT), dont le cadre est plus grand que celui des vélos de montagne et qui possède des roues aux rayons plus grands et aux pneus plus étroits, pensées pour un rendement mixte.

- Le plateau de ces vélos est généralement un peu plus grand que sur les VTT, ce qui est suffisant pour des montées moyennes et parfait pour des terrains plats.

 

  Les refuges du chemin de Saint–Jacques

 

- Rappelons avant tout que, pour avoir le droit de profiter des lieux d’accueil du chemin de Saint-Jacques, vous devez être en possession de votre "credencial" ou passeport du pèlerin.

- Sachez de plus que certaines localités ne prévoient pas d’accueillir les pèlerins, mais peuvent offrir un abri aux marcheurs en difficulté. Il suffit de s’adresser à la mairie ou à l’église, de s’expliquer poliment et de ne jamais exiger plus que ce que l’on peut vous offrir.

 

  La credencial

 

- La credencial, c’est la "lettre d’accréditation" du pèlerin. Elle est remise exclusivement aux personnes effectuant le pèlerinage de Saint–Jacques-de-Compostelle à pied, à vélo ou à cheval.

- C’est un petit document en accordéon sur lequel figurent les coordonnées du pèlerin. Il comporte plusieurs espaces destinés à recevoir les tampons des refuges, paroisses ou autres établissements des communes traversées par les pèlerins.

- Il n’est pas nécessaire d’obtenir plus d’un tampon par jour; le plus courant est de faire tamponner la credencial à l’endroit où l’on passe la nuit, mais tout autre tampon comportant le nom de la ville ou du village fait aussi bien l’affaire.

- La credencial est fournie par les évêchés, par certaines paroisses et par les associations des amis du chemin de Saint–Jacques.

- La credencial ne confère aucun droit particulier et n’impose aucune obligation au pèlerin qui la possède; il lui appartient, et à lui seul, de trouver les moyens d’aller au bout du pèlerinage: nourriture, hébergement, etc. - Personne n’est en droit d’exiger quoi que ce soit au titre de son statut de pèlerin, même si la credencial facilite l’accès aux auberges.

- La seule chose que la credencial permet d’obtenir, c’est la compostela, le document attestant le pèlerinage. Ce certificat, délivré par la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, est remis à tout pèlerin déclarant avoir effectué son pèlerinage pietatis causa, c’est à dire pour des motifs religieux ou, au moins, spirituels. Dans le cas contraire, on conserve la credencial comme document d’accréditation.

- Pour demander la compostela, il faut présenter la credencial au Bureau d’accueil des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle (rúa do Vilar, 1 - Tél. [+34] 981 566 577) et avoir, au minimum, parcouru les cent derniers kilomètres du chemin à pied, ou les deux cents derniers kilomètres à vélo ou à cheval.

- En outre, il faut tenir compte du fait que, depuis 2009, pour obtenir la compostela, seules sont valables les credenciales délivrées par la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle ou tout autre membre de la Fédération espagnole des associations d’amis du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ou de la Société française des amis de Saint-Jacques-de-Compostelle.

    

  retour à Q.Pratique Généralités

  home

                                                                       08/11/2011

delhommeb at wanadoo.fr