Conseils (Arboles)

 

   Consejos (Arbolesparaelcamino)  

http://www.arbolesparaelcamino.org/c_consejos.php?l=es

                                        (BD traduction personnelle)

 

Le soin des pieds et les jambes

- C'est le premier et le plus important; il est essentiel, puisque ces extrémités sont les responsables de notre transport et, par conséquent, ce sont celles qui peuvent nous provoquer davantage de problèmes en premier lieu.

- Il faut utiliser des chaussettes sans coutures, et d'une extrême qualité.

 

Il est fondamental de doser l'effort.

- Ce point est des plus importants, puisque si notre intention est de consacrer plusieurs jours au parcours (plus de 5), il est très clair que marcher plus que le compte est une erreur que nous paierons, en nous obligeant à nous reposer plus que ce que nous avions pensé en principe, et par conséquent affectera la moyenne de kilomètres que nous avions pensé faire d'une manière normale.

- Le chemin ne va pas s'en aller ailleurs, il ne sert à rien de courir, il vaut mieux profiter de ce qui nous entoure, et ne pas se le prendre comme une compétition athlétique.

- Et rappelez vous que beaucoup des abandons par les pèlerins sont causés par des efforts excessifs.

 

Les chaussures :

- C'est important aussi; de bonnes chaussures de marche seront suffisantes; sur le marché, nous avons une gamme étendue, et presque toutes sont très bonnes.

- Les chaussures de sport ne sont pas recommandées, car le chemin comporte généralement de la boue, de l'eau, de la neige, et dans ce cas, avoir des sandales, c'est comme marcher déchaussé, et même pire, puisque nous devrons les enlever et les accrocher à notre sac à dos (davantage de poids)

 

En ce qui concerne le sac à dos

- Dans ce paragraphe il est essentiel de tenir compte de deux conseils essentiels :

Le sac à dos que nous choisissons sera notre authentique compagnon de voyage.

Il n'est pas le meilleur pèlerin, celui qui porte davantage de poids sur son dos, c'est seulement celui qui doit faire plus un grand effort pour avancer dans la dure étape quotidienne.

 

- Par conséquent, et en tenant compte des considérations précédentes, nous indiquerons :

Le sac à dos et son contenu ne doivent jamais peser plus de 10 kilos.

La normale c'est 10% du poids de la personne qui le porte.

 

- Il faut utiliser un sac à dos qui s'adapte bien au dos et ne devient pas une charge; il doit convenir comme si c'était un gilet pesant collé au dos et, par conséquent, il est important qu'il ait des courroies pour les adapter comme il faut.

 

L'équipement essentiel est très réduit :

- Un change de vêtement: chemisette, pull-over, pantalons, sous-vêtements, 4 paires de chaussettes; en dehors de l'été, le vêtement combinera un ensemble d'hiver et un autre de mi-saison;  la veste imperméable est indispensable.

- Pour l'hygiène quotidienne: savonnette, brosse à dents, pâte dentifrice, petite serviette, peigne ou brosse.

- Une boîte de secours élémentaire: pansements adhésifs, bandage élastique, désinfectant, aiguille à coudre (pour vêtements).

- Autres choses utiles: petit nécessaire de couture (avec trois ou quatre mètres de fils de différentes couleurs) deux ou trois boutons de différentes tailles, petit rasoir, coupe-ongles, papier hygiénique, compresses ou tampons pour les dames, un carnet de poche et un stylo à bille, appareil photographique (jetable, ou numérique de taille réduite), épingles de sûreté (elle sont très utiles).

- Bouchons pour les oreilles (l'expérience conseille d'être protégé contre les ronflements d'un compagnon pèlerin), et un sac de couchage, de ceux qui existent actuellement sur le marché, très compacts et légers, parce qu'ils sont nécessaires dans beaucoup d'auberges.

 

- Il faut emporter la documentation personnelle à jour et en règle: carte d'identité ou passeport, carte sanitaire ou carte de l'assurance médicale. Pour les étrangers, le passeport et les documents sanitaires habituels.

- Quant aux moyens de paiement, les cartes de crédit sont plus sûres que l'argent liquide, bien qu'on ne puisse pas s'en passer.

- Actuellement, le téléphone portable est pratiquement indispensable par son utilité pour toute urgence; toutefois il est recommandé de le porter éteint, et de l'allumer seulement à la fin de chaque étape, pour recevoir les messages et appeler famille ou amis, et ainsi ne pas perturber notre méditation et concentration sur le chemin par un appel inopportun.

- En principe la "Credencial" de pèlerin n'est pas indispensable, mais dans beaucoup d'auberges, sans elle nous pouvons avoir des problèmes pour nous loger. Elle sera en outre nécessaire si on pense obtenir la "Compostela" ou le justificatif qu'on donne à  Santiago à la fin du Chemin. Dans ce cas, il ne faut pas oublier de l'estampiller sur toutes ses cases dans les différentes étapes qui sont effectuées.

- Bâton (bourdon) pour nous soutenir et éviter des chutes.

 

- En considérant toutes les recommandations précédentes, on peut assurer qu'on n'a pas besoin d'autre chose pour effectuer le Chemin.

- De toute manière, s'il apparaît toute autre nécessité non mentionnée ici, il est assez facile de s'approvisionner en route, puisque de nos jours il y a des magasins de tout type en tout lieu du parcours.

- Si on se passe de faire attention à ces conseils, qui sont le fruit de l'expérience de plusieurs Chemins parcourus, et qu'on se trouve dans l'obligation de se défaire de ce qui nous gêne, la meilleure option est de l'envoyer par la poste à la maison, ça fonctionne dans presque toutes les localités, et c'est généralement bon marché et efficace.

- Comme exemple d'objet qui finit par gêner, il y a la gourde; il est préférable acheter de petites bouteilles d'eau en matière plastique, et de les remplir ou de les renouveler de village en village.

 

Autres conseils importants

- La signalisation: suivre toujours la flèche jaune, et être toujours attentifs, car elle peut être peinte sur tout emplacement, même sur le sol.

- En cas de mauvaises conditions climatiques: neige, pluie, brouillard, il est très utile et recommandé de chercher les foulées marquées par d'autres pèlerins qui nous précèdent (toujours plus de trois traces).

- En cas d'erreur (chose peu probable), les gens des villages nous indiqueront le chemin correct.

 

- Dans les auberges, nous disposerons de vaisselle, couverts, casseroles et poêles, pour pouvoir nous faire le repas; par conséquent il ne sera nécessaire de porter aucune de ces choses; et il ne faut jamais oublier de les laisser propres et rangées.

 

- La quantité d'argent liquide estimé comme nécessaire pour les frais quotidiens oscille entre 10 et 20 € par jour, suivant l'auberge (quelques unes demandent seulement une contribution à la volonté, et d'autres peuvent coûter 6 €).

 

Avertissement

- Les auberges ne sont pas des hôtels; elles sont généralement en bonnes conditions, mais nous ne devons jamais rien exiger, car les gens qui les entretiennent apportent leur effort personnel, et dans quelques cas leur propre argent, pour donner un service aux pèlerins. Et comme on dit.... à cheval donné.... on ne regarde pas les oreilles.

- La majorité des auberges que nous nous trouverons sur le chemin sont des endroits très intéressants, car la personne qui les tient a l'habitude de donner de très bons conseils pour l'étape du jour suivant et pour profiter du chemin.

- Les hospitaleros sont généralement des personnes très "spéciales", dans le meilleur sens du mot; sans eux il serait très difficile qu'existe le Camino de Santiago. Puisque la tâche qu'ils assurent aussi est très "spéciale", il convient de faire cas de leurs indications, et de ne jamais discuter avec aucun; si l'emplacement ou la personne ne vous satisfont pas, cherchez à vous loger ailleurs.

 

- Quand vous marchez, ne portez pas de radio ni d'appareils qui peuvent vous distraire de la communion avec le Chemin, parce que vous perdrez une grande partie de tout ce que vous êtes venu chercher.

- Ne prenez pas le Chemin comme un défi sportif ou un marathon (pourvu que vous ne le fassiez pas par sport); profitez des paysages, et intégrez vous dans la mesure du possible avec tout ce qui vous entoure.

- En résumé, profitez des jours loin de la vie quotidienne. Quand vous retournerez, votre vie aura changé.

- Vous apprendrez que les choses ont leur rythme propre, et qu'il ne sert à rien d'essayer de les forcer; les choses se produisent quand elles devront se produire.

    

  retour à Q.Pratique Généralités

  home

                                                                       04/06/2009

delhommeb at wanadoo.fr