Voie du Piémont Pyrénéen (Véron)

 

                      Le Chemin du. Piémont Pyrénéen vers Saint-Jacques-de-Compostelle

                                                     Georges VÉRON (+ 2005)           

                                                         Rando Editions 2002

 

    

 

  Georges Véron publia en 2002, en collaboration avec son épouse Jacqueline, un guide de la Voie du Piémont Pyrénéen.

  Ce guide, épuisé depuis longtemps, a eu le grand mérite d'attirer l'attention sur une voie alternative en France vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

  Le tracé, privilégiant les petites routes, peut maintenant être supplanté par le GR-78 d'un bout à l'autre. Il n'en reste pas moins qu'il conserve tout son intérêt pour les pèlerins ne désirant pas affronter toutes les difficultés d'un GR.

                                                                 * * *

  Voici le texte de présentation publié en couverture du guide.

 

  "Parmi les nombreux chemins sillonnant l'Europe et conduisant vers Compostelle, il existe un itinéraire à part entière qui relie la Méditerranée à l'Atlantique, les Alpes aux Pyrénées: l'itinéraire des piémonts.

 

  Ce guide en décrit la partie alliant Narbonne, la vieille capitale gallo-romaine, à Roncevaux, épicentre de tous les chemins. De voie romaine en sanctuaire pyrénéen, les cheminants d'aujourd'hui passent par Carcassonne, Mirepoix, Saint-Lizier, Saint-Bertrand-de-Comminges, l'abbaye de l'Escaladieu, Lourdes, Oloron-Sainte- Marie. À savoir, un parcours d'une puissante cohérence culturelle, esquissant la trame d'une civilisation occitane .

 

  Découpée en 23 tronçons (plus un prologue), cette voie, par souci de simplicité, emprunte un réseau de petites routes, de chemins vicinaux, de pistes, s'adressant autant aux marcheurs qu'au vététistes. À noter que la traversée de l'Ariège peut également s'effectuer en suivant les balises du GR78.

 

  Au-delâ des renseignements pratiques, chaque étape fait l'objet d'un commentaire patrimonial destiné à mieux connaître lieux et paysages traversés".

                                                                 * * *

  En prologue, une précision parmi d'autres...

 

  "Il est bien plus facile de définir un itinéraire pédestre en haute montagne qu'à travers les plaines agricoles, où les remembrements font peu à peu disparaître les chemins communaux non encore transformés en chaussées bitumées! Maintenant, en campagne, et même en piémont, il faut souvent utiliser le goudron pour éviter les "propriétés privées" ..

  Le comportement de certains inconscients (qui font par exemple du feu, en plein été, dans des forêts) ou indélicats (qui cueillent des fruits, traversent des cultures ou des prairies non fauchées ..) donne hélas des arguments à une méfiance qui n'est pas toujours injustifiée.

  Heureusement, on peut éviter au mieux les routes à forte circulation et accepter des compromis, conciliant diverses réalités.

  En plus du problème constant des propriétés privées, il faut considérer qu'en général les pèlerins ne sont pas des randonneurs confirmés, capables de trouver leur itinéraire dans un réseau compliqué de sentiers, parfois peu évidents en l'absence de balisage. Il faut faire simple, éviter les complications, les sentiers boueux ou broussailleux.

  Dans la mesure du possible, nous utilisons des pistes et des chemins vicinaux, parfois goudronnés, mais où l'on ne peut parler de "circulation" quand on croise seulement quelques tracteurs ou la voiture jaune du facteur

  Pour autant, ces voies, ces pistes, ne sont pas toujours ouvertes à tous, certaines sont interdites, non seulement à la circulation des véhicules, mais également aux pédestres.

  Les itinéraires que nous avons utilisés en 2001 sans trouver d'interdiction peuvent à l'avenir être remis en cause et interdits.

  Le guide pratique n'est pas un passeport, il ne peut que prouver votre bonne foi, sauf si une signalisation récente d'interdiction n'a pu être ignorée de votre part.

  Il en est de même des divers balisages: ce n'est pas parce qu'un balisage traverse une cour de ferme que l'endroit est public

  En cas de contestation avec un propriétaire (particulier, commune, organisme, ou autres), montrez vous courtois et compréhensif, demandez conseil, et informez nous au plus vite de ces différents, que la bonne volonté pourra en général régler".

 

                                                                           * * *

  Etapes :

- V.Piémont étapes (Véron)

  Cartes :

- V.Piémont cartes (Véron)

                                               ----------------------------------------------------------------

      

  retour à V.Piémont

  home

                                                                       18/04/2013

delhommeb at wanadoo.fr